Ilian Evtimov : « On garde notre base de JFL et Blake »

Ilian Evtimov vient de prolonger de deux ans avec Chalon avant même la fin de son contrat. Entretien.

BasketActu : Tu avais encore un an de contrat, pourquoi avoir décidé maintenant de re-signer jusqu’en 2014 ?

Ilian Evtimov : J’avais des clauses dans mon contrat qui me permettaient à la fin de cette première année de sortir de ce contrat. Nous avons donc fait une prolongation de deux ans. Il me reste donc encore trois ans au lieu d’un. Ceci va avec le projet du club et va dans la continuité de ce que nous voulions faire. Après la signature du coach il y a deux mois, j’étais vraiment très content, je voulais rejouer pour ce coach. Il y a aussi eu la resignature de Blake qui est vraiment très importante puisque nous gardons une base très importante avec Steed, Nicolas Lang, Jo Lauvergne et JBAM qui a encore un an de contrat. Il y a une grosse base de l’équipe qui sera présente l’année prochaine. Nous avons parlé de nos projets et nous voulons faire quelque chose de spéciale à Chalon. Nous allons pouvoir jouer dans la continuité de cette année.

BasketActu : Est-ce que votre victoire en coupe de France et vos bons résultats malgré votre défaite en playoffs ont joué dans ta décision ?

IE : Je ne dirai pas vraiment. Nous savions que nous avions une bonne équipe, nous étions déjà arrivé en finale à la Semaine des As, ce qui était déjà un grand exploit pour le club par rapport aux objectifs de début de saison. Puis, nous avons fini dans les quatre premiers, nous avons eu un très bon parcours en Coupe de France puisque nous l’avons gagné. Il est vrai que nous sommes sortis au premier tour des playoffs, ce qui est décevant mais ça nous montre qu’il y a encore de la marge pour s’améliorer. On peut encore s’améliorer, travailler, il y a encore beaucoup de choses à accomplir. Ce n’est pas parce que nous avons gagné une Coupe de France que nous allons être contents et satisfaits. Il y a la Semaine des As à gagner, le championnat de France et les playoffs, les Coupes d’Europe… Ça n’a donc pas vraiment joué sur ma décision. Ce qui a joué, c’est que le club voulait garder la base de l’équipe. Je me sens très bien ici, le club, la ville, c’est une grande famille. Tout le monde s’entend bien, ce n’est pas que du business. Tout le monde fait en sorte que tout le monde soit bien. Les gens des bureaux, tous les gens du clubs sont très gentils, le club a aussi fait de très gros efforts pour que je sois JFL en début de saison. Nous avions déjà commencé sur de bonnes bases de travail ensemble et il faut aussi renvoyer l’ascenseur.

BasketActu : Quand as-tu ressenti qu’il y avait quelque chose de spécial dans cette équipe ?

IE : Quand nous avons battu Cholet à la maison en janvier. C’était tôt dans la saison, mais quand nous les avons battus, nous avons vraiment montré que nous avions les qualités d’équipe et je pense que nous avons pris beaucoup de confiance. Après, les matchs se sont enchaînés. Nous avons gagné à l’ASVEL, on fait pas mal de bonnes prestations, on a fait une bonne semaine des As et là on était en pleine confiance. Ce qui s’est confirmé dans les résultats. Nous n’étions peut-être pas encore prêts à gagner le titre. Nous n’avions pas encore cette expérience de vécu ensemble, pas cette expérience d’être allé en finale, ce qui nous a permis de décrocher le titre en coupe de France.

BasketActu : Greg a dit ne pas être déçu suite à la défaite en playoffs. Est-ce qu’il n’y a pas de quoi l’être quand même malgré cette belle saison ?

IE : Oui, nous avons fait une bonne saison, mais perdre en playoffs alors que nous avions l’avantage du terrain, c’est quand même très décevant. On a travaillé toute l’année pour avoir cet avantage, finir dans les quatre premiers. Alors perdre comme ça en quarts, alors que nous avons travaillé neuf mois pour y arriver, c’est très décevant. C’est vrai que l’ASVEL a très bien joué notamment le deuxième et troisième match. Après la blessure de Pops, ils se sont vraiment regroupés, des joueurs ont fait des matchs extraordinaires. Kim Tillie a fait un super match 2. Puis Jackson dans le dernier… Ce sont des joueurs qui ont pesé dans la victoire de leur équipe. Cette défaite a été difficile à avaler, cette sortie de playoffs. Je pensais que nous avions encore quelque chose dans les poches, encore un peu de boulot à faire.

BasketActu : Quelle leçon as-tu tiré de ces playoffs ?

IE : La leçon des playoffs, c’est que même si tu as l’avantage du terrain, ce n’est pas gagné jusqu’à ce que tu gagnes. C’était évident, c’était une saison longue. Oui nous travaillons pour l’avantage du terrain, mais après il faut être à 100% dans ce qu’on fait. Nous n’étions pas prêts au deuxième match. Le troisième match, l’ASVEL a mieux joué que nous mais le deuxième match nous n’étions pas prêt pour le jouer. C’est dommage de ne pas avoir essayé de terminer la série. On a essayé mais nous n’étions pas prêt à 100%. Du coup, nous sommes en vacances et l’ASVEL est en demi-finale. Je pense que c’est la blessure de Pops qui a fait basculer cette série. Ils nous ont présenté un basket complément différent de celui qu’ils avaient eu toute l’année. C’était un jeu qui nous convenait beaucoup moins, leurs joueurs ont pris beaucoup de confiance, ils n’avaient plus rien à perdre. Ils avaient perdu leur meilleur joueur. Les joueurs du banc n’avaient plus rien à perdre non plus. Ils savaient qu’ils allaient avoir leur chance. Edwin Jackson qui met 30 points le dernier match, c’est une très grosse performance.

BasketActu : Quel a été le discours du coach suite à la défaite ?

IE: Le message était que nous devions être fier de nous-même. Que malgré tout ce qui s’est passé cette année, malgré le fait que nous n’avions pas le droit à beaucoup de respect de la part des autres équipes et de tout le monde, on a prouvé qu’on méritait notre place. On a retourné tout ça. Il nous a dit qu’on devait avoir la tête haute parce que ce qu’on venait de faire n’était pas rien, c’est grand. Il ne faut pas oublier les défaites en quarts de finale, mais avoir la tête haute.

BasketActu : Les playoffs ne sont pas encore terminés et vous êtes une des équipes qui a le plus avancé sur l’ossature au niveau du recrutement.

IE : Je pense que c’est un avantage parce que nous nous connaissons, nous connaissons la façon dont nous travaillons. On se connaît sur et en dehors du terrain. Il n’y a jamais eu de problèmes entre nous, nous avons toujours eu une bonne alchimie. Il n’y a aucune raison pour que ça ne s’améliore pas. C’est comme une amitié. Au fur et à mesure des années, elle devient de plus en plus soudée. J’espère que c’est ce qui va se passer avec notre équipe. On garde la base des JFL, avec Blake qui est un Américain qui joue ici depuis deux ans quand même… Il faut continuer à être encore plus soudé, plus ensemble. C’est dans les moments difficiles que le fait que l’on soit soudé va nous ramener à la victoire. C’est dans ces moments difficiles que nous pourrons regarder les coéquipiers dans les yeux et savoir que l’on peut compter sur eux.

Tags :
Comments

Commentaires (6)

  1. thedude

    Grosse équipe avec une grosse marge….La base est solide..Mais Lauvergne si il est drafté, il se barre où il reste?

  2. AND11

    Attention à pas voir les joueurs se reposer sur leurs acquis avec des contrats longues durées.. ça arrive parfois dans le basket..

  3. Pittocha

    Smith a montré sa capacité a apporter beaucoup en défense et notamment permis d'apporter une sérénité au jeu lors des moments d'écart même si souvent l'étincelle est venu de Blake.

  4. thedude

    Dobbins est au HTV..il est pas libre ! Mais garder Haynes serait bien pour eux.Moi je voit plus un 5 à trouver pour leur faire une grosse raquêtte!!

  5. Guillermont Lucie

    Même si Jeoffrey est drafté, il a dit vouloir rester encore 2 ans à Chalon.

    Quant à Marquez, apparemment ne pas trop espérer qu'il reste …