ALL STAR GAME

Italie – Il était une fois la Lega A, Saison 92 Episode 1

Cette année, on vous décortique la Lega A, première division du championnat italien, à la loupe.

taylor-rochestie-italieCette saison, vous pourrez suivre la saison du championnat italien la Lega A sur BasketActu.

Par Jonathan Michaut

Enel Brindisi–EA7 Emporio Armani Milan   88-80

« Milano !», « Milano ! », « Milano ! »… Quand on leur demandait à l’aube de cette nouvelle saison leur favori pour le titre, tous les entraîneurs avaient le même mot à la bouche.  Il faut dire qu’avec les arrivées de David Moss, C.J Wallace, Curtis Jerrells et consorts le roster de l’EA7 avait fière allure. Manque de bol, les Lombards devaient se coltiner Brindisi, l’équipe ayant fait la plus forte impression en pré-saison.  La balle au centre, hop c’est parti ! Après un bon départ, Brindisi se fait rattraper par l’EA7 dans le second quart-temps sous la houlette d’un David Moss grandiloquent (15 d’évaluation en 8 minutes). A la mi-temps Piero Buchi, le coach pugliese, remobilise ses joueurs, leur rappelle au cas où ils l’auraient oublié qu’il a entraîné Milan pendant trois ans (2008-2011) et qu’il n’est pas question de perdre ce match. Le message passe comme une lettre à la poste : les recrues Delroy James et Ron Lewis plantent 18 points à eux deux dans le troisième quart alors qu’en face il n’y a plus qu’un seul oueur sur le terrain, Keith Langford (11 points sur la période,  29 au total). Dans le dernier quart-temps Jerome Dyson parachève le succès des Brindisini (18 points au total, dont 10 dans les dix dernières minutes). A Milan, c’est déjà la soupe à la grimace et le nouveau coach Lucha Bechi (champion l’an passé avec Sienne) va devoir trouver des solutions à la mène où Curtis Jerrells a été fantomatique (0 point à 0/6, 0 assist, -3 d’évaluation) et Alessandro Gentile extrêmement imprécis (7 pertes de balle !).

Les ex : Rencontre au sommet entre deux anciens pensionnaires de Pro A,  et même mieux, deux anciens Châlonnais. Sous la tunique de Milan, MarQuez Haynes a effectué des débuts pour le moins timides (2 points en 16 minutes, rien d’autre à se mettre sous la dent) tandis qu’Alade Aminu, la tour de contrôle nigériane de Brindisi, n’a pas eu un rôle prépondérant dans la victoire de son équipe (5 points, 0 rebond, 1 block et 2 assists en 21 minutes).

Cimberio Varese-Grissin Bon Reggio Emilia  83-64

En tête du classement à l’issue de la saison régulière l’an passé, Varese repartait sans son trio magique Green-Banks-Dunston (parti pour de nouveaux horizons) remplacé par une triplette a priori moins talentueuse Clark-Coleman-Hassell. Heureusement pour les supporters, Achille Polonara (meilleur espoir de Lega A lors des deux dernières saisons) et Ebi « Get Buckets » Ere étaient toujours là. Après une première mi-temps mal maîtrisée (33-41) et un sursaut dans le troisième quart (remporté 22-16 par les Varesini pour recoller à 55-57), le capitaine Ere profite des dernières minutes pour planter 4 tirs longue distance tandis que ses coéquipiers mettent en place une défense de feu pour contrer les assauts d’Andrea Cinciarini et James White (seulement 7 points pour Reggio Emilia lors du dernier quart-temps). Au final, un score en trompe l’œil et un total de 16 d’évaluation pour le trio Clark-Coleman-Hassell qui devra impérativement faire mieux le week-end prochain contre Milan.

Les ex : A Varese, l’ancien Choletais Aubrey Coleman a été assez maladroit (3/9 à 2 points, 0/4 à 3 points) mais a essayé de compenser par une défense agressive (11 points, 6 rebonds, 2 assists en 34 minutes, 9 d’évaluation). De l’autre côté du terrain, Troy Bell (ex-Orléans), rend une copie encore moins folichonne (10 points, 2 rebonds, 4 balles perdues et 1 assist en 22 minutes, 4 d’évaluation).

Sidigas Avellino-Victoria Libertas Pesaro  77-80

Le match du week-end ! D’un côté, une ossature solide (sept joueurs déjà là l’an passé),  des renforts de haut niveau (Jarvis Hayes, Daniele Cavaliero, Will Thomas), un meneur de jeu nommé Jaka Lakovic, avec à la baguette l’entraîneur qui a fait briller Varese l’an passé (Francesco Vitucci). En face, l’avant-dernier de l’exercice précédent, un nouveau président, un nouveau coach (Sandro Dell’Agnello en provenance de Forli, en LegaDue), un maillot vierge de toute inscription faute de sponsors (pour la première fois depuis 38 ans le maillot ne revêt pas le logo du sponsor historique Scavolini), et un seul joueur ayant déjà évolué en Lega A (Alvin Young, 38 ans !). Le premier quart-temps ressemble à un feu d’artifices, 50% à 2 points et 3 points pour Avellino contre 73% et 75% pour Pesaro où Alessandro Amici, 22 ans, tient la baraque (9 points). Fin du premier quart-temps : Pesaro mène 25-21. Lors des dix minutes suivantes la machine s’enraie et Pesaro n’arrive plus à trouver la mire à 3 points, tandis qu’Avellino fait la différence grâce à son collectif. Mi-temps : 42-40 pour les hommes de Vitucci. Au retour des vestiaires, la tendance se confirme : Will Thomas fait mouche dans la défense des Pesaresi et Daniele Cavaliero troue par deux fois le filet à 3 points face à son ancien club. A Pesaro, seuls trois joueurs alimentent la marque (Alvin Young, Marc Trasolini et Elston Turner). A 65-60 pour Avellino après 30 minutes, on se dit que la messe est dite. Sauf que… à la 35ème minute, alors qu’Avellino est à +4, Bernardo Musso lance un récital à 3 points. Une fois, puis deux, puis une troisième fois à 15 secondes de la fin pour donner l’avantage à Pesaro (80-77). La dernière possession ressemble à un concours de lancer de parpaing, et à ce jeu Avellino n’est pas très doué : ni Hayes ni Cavaliero ne font mouche depuis le milieu du terrain. Superbe victoire d’un Pesaro porté par les 34 points de deux illustres inconnus qui ne le resteront pas longtemps (Bernardo Musso et Marc Trasolini) et les 16 points de l’ancien de Texas A&M, Elston Turner, dont le père avait évolué à Pesaro lors de la saison 1990-1991. En face Jarvis Hayes et Will Thomas (18 et 15 points) ont longtemps entretenu l’espoir.

Les ex : A 38 ans, Alvin Young (ex-Strasbourg) a montré qu’il pouvait encore tenir le rythme (10 points à 45%, 2 rebonds et 4 assists en 28 minutes, 12 d’évaluation). Ça tombe bien, cette saison « Boogie » devra servir de guide à la jeune garde de Pesaro.

Pasta Reggia Caserta-Umana Reyer Venezia  84-65

L’issue de l’opposition entre deux équipes aux effectifs largement remodelés semblait courue d’avance. Pour Venise, candidat à l’une des cinq premières places, il s’agissait de lancer sa marche en avant, tandis que du côté de Caserta on partait dans l’inconnu avec deux recrues US déjà sur la sellette (Cameron Moore et Stephon Hannah). Et finalement il n’y a pas eu de match. Les Casertans l’emportent 84 à 65 grâce aux 17 points et 7 rebonds de Moore, aux caviars d’Hannah (6 halley hoops distribués en 31 minutes) et à une défense asphyxiante impulsée par l’Australien Carleton Scott (22 d’évaluation). Et pour que le succès soit complet, le tout jeune Michele Vitali en a profité pour faire la leçon à son frère Luca (Venise) en inscrivant 11 points. A noter : Donnell Taylor et Andre Smith, les deux meilleurs scoreurs du dernier championnat, réunis cette année sous les couleurs de Venise, n’ont inscrit que 19 points à eux deux.

Pas d’ex (ça arrive) 

Pallacanestro Cantù-Giorgio Tesi Pistoia  87-77

14 ans après l’avoir quittée, Pistoia emmenée par une bande d’americani débutants (Ed Daniel, Deron Washington, Kyle Gibson) et confirmés (l’ex-Celtic JaJuan Johnson et l’ex-limougeaud Brad Wanamaker), retrouvait la Lega A. Malgré une envie débordante et des tonnes de combativité, les Toscans n’ont rien pu faire face à Cantù et à son trio déjà rôdé Aradori-Jenkins-Ragland, auteurs de 59 des 87 points de leur équipe. Joe Ragland finit d’ailleurs avec une évaluation de 31, soit la meilleure de cette première journée. Pistoia pourra se consoler en notant l’émergence dans ses rangs du trio Gibson-Wanamaker-Daniel, à créditer de 53 points.

Les ex : De retour en Italie après sa parenthèse limougeaude, Brad Wanamaker s’est rappelé au bon souvenir des Transalpins (son CV compte des expériences à Teramo et Forli) en fournissant points (20), rebonds (2), steals (2) et assists (4), pour 24 d’évaluation.

Sutor Montagranaro-Acea Roma  75-78

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. » C’est ce qu’ont du se dire les tifosi romains lorsque Gigi Datome, MVP du dernier championnat, a annoncé son départ chez les Detroit Pistons. Pour le remplacer et compenser les autres départs (notamment Gani Lawal), les dirigeants de la Virtus Roma ont fait avec les moyens du bord. A Montegranaro,  la problématique de Coach Recalcati était la même : recruter malin avec des moyens limités. La photographie du match montre une partie au coude à coude qui a basculé à la 34ème minute avec 6 points d’affilée de Phil Goss pour Rome, puis un assist pour la claquette de Mbakwe (67-74) avant de gérer la fin de match. Bonne opération des romains avec des débuts prometteurs pour Quinton Hosley et Trevor Mbakwe (24 et 11 d’évaluation), alors qu’à Montagranaro l’ailier Zeliko Sakic et le meneur Josh Mayo ont montré la voie (22 et 18 d’évaluation).

Les ex : Qu’on se le dise, Phill Goss, qiu entame sa deuxième saison à Rome, n’a rien à voir avec le joueur aperçu sous le maillot villeurbannais il y a 2 ans. Ses 17 points, 3 rebonds et 2 assists en 29 minutes ont largement contribué au succès de son équipe. En face, Dimitri Lauwers (ex-Le Mans, Cholet et Dijon) a rendu une copie vierge (-3 d’évaluation) alors qu’un autre ex-Villeurbannais, Jamie Skeen, compilait 11 points et 5 rebonds en 30 minutes.

Montepaschi Siena-Vanoli Cremona  97-82

Avec une masse salariale tombée sous les 2 millions d’euros et seulement deux rescapés (Daniel Hackett et Tomas Ress), la Montepaschi ne faisait plus figure de favorite à l’aube de cette nouvelle saison. David Moss et Bobby Jones partis monnayer leur talent ailleurs, le nouvel entraîneur Marco Crespi a parié sur deux américains venus de NCAA et D-League (Erick Green et Kim English), en plus de joueurs confirmés (Taylor Rochestie, Josh Carter et Spencer Nelson). A Cremona, Ben Woodside est lui attendu comme le Messie. Les supporters toscans ont de quoi être heureux : pour leur première sortie, les hommes de la Mens Sana ont démontré une belle alchimie collective et affiché une adresse significative (65% à 2 points et 46% à 3 points) avec pour acteurs majeurs : Josh Carter (24 d’évaluation), Erick Green (12 points), Spencer Nelson (12 points, 15 rebonds, 5 assists !) et Kim English (22 points). Soit quatre recrues. Du côté des vaincus, Jason Rich (25 points) a porté Cremona sur ses épaules mais a dû rendre les armes face au collectif toscan.

Les ex : Dans le duel de meneurs que se livraient Ben Woodside (ex-Gravelines) et Taylor Rochestie (ex-Le Mans) c’est le premier qui est sorti vainqueur (14 points, 3 rebonds, 3 assists pour une évaluation de 21 contre 2 points, 2 rebonds, 2 assists). Aux côtés de Woodside, Brian Chase (ex-Le Mans) s’est contenté de 3 points et 5 assists.

Granarolo Bologna-Banco di Sardegna Sassari  98-88

Le fantasque président Claudio Sabatini (celui-là même qui voulait recruter Kobe Bryant durant le dernier lock-out NBA) ayant démissionné avant l’été, la Virtus Bologne a initié un nouveau cycle sous l’égide de Renato Villalta (président) et Bruno Arrigoni (g.m.). Pour ce premier match, Bologne avait le redoutable privilège d’accueillir Sassari, second de la saison régulière l’an passé. Et le moins qu’on puisse dire c’est que les hommes de Lucha Bechi ont marqué les esprits. Sous l’impulsion d’un Dwight Hardy de gala (24 points avec 7/8 à 2 points et 3/3 derrière l’arc) et du talentueux ailier suédois Viktor Gaddefors (14 points et 4 rebonds), les Bolognais ont attendu le troisième quart temps remporté 33-16 pour prendre l’ascendant sur les cousins Diener (20 points pour Drake et 15 pour Travis).

Les ex : Si Caleb Green (ex-Orléans) et Marques Green (ex-Roanne et Nancy) ont touché le fond pour leur première avec Sassari (respectivement -3 et 2 d’évaluation), Matt Walsh semble revenu au niveau de ses plus belles heures villeurbannaises : 19 points, 4 rebonds, 4 assists, 1 faute technique pour contestation des décisions arbitrales et une sortie pour 5 fautes !

Tags : ,
Comments

Commentaires (2)

  1. expertballistique

    bien ce résumé!

  2. mimil

    La Liga c'est quand même autre chose !

    Qu'est ce qui vous arrive à BasketSession ?