Itw Adrien Moerman « On a les moyens de se qualifier pour le Top 16 »

Moerman veut écrire une nouvelle page d’histoire avec le Sluc

BasketActu : Après 3 années passées à Orléans qu’est-ce qui t’a poussé à opter pour le changement ?

Adrien Moerman : J’ai voulu changer, car j’en avais marre. Je voulais voir autre chose parce que j’ai fait trois ans à Orléans où j’ai appris beaucoup de choses. Après, en tant que basketteur, t’as envie d’évoluer et de découvrir d’autres structures.

 

BasketActu : Qu’est ce que ces 3 années auprès de Philippe Hervé t’ont apporté en en termes d’expériences ?

AM : Ben, c’est beaucoup d’expériences. On a vécu énormément de choses. La première année on a eu une bonne saison en étant finalistes du championnat de France, mais aussi de la semaine des As. La deuxième année, on a tout de même joué l’Euroleague. Ca apporte beaucoup de choses en tant que joueur, c’est une expérience qui forge le caractère.

Au niveau du jeu, il m’a appris beaucoup de choses, notamment à prendre confiance en moi, à me libérer et je pense que ça m’a aidé au fur et à mesure du temps à me construire.

 

BasketActu : Et Humainement, n’était-ce pas trop dur de quitter un groupe avec lequel tu a écris une page d’histoire ?

AM : Si. C’est vrai que lorsque tu quittes un club comme Orléans tu ne gardes que de bons souvenirs. Maintenant, je dois construire une nouvelle histoire avec le Sluc Nancy.

 

BasketActu : Quelles sont les raisons qui t’ont amené à signer à Nancy ?

AM : J’ai signé à Nancy d’abord car j’aimais bien le coach, son état d’esprit et la manière dont il fonctionnait. En parallèle, il y avait l’Euroleague. Rejouer l’Euroleague, c’était un plus pour moi.

 

BasketActu : Qu’est ce que ça fait de retrouver ton ancien coéquipier de l’équipe de France junior Nicolas Batum ?

AM : Quand j’ai appris ça, j’étais très content car c’est vrai que Nicolas a une bonne mentalité, c’est un guerrier et il joue bien. Comme je l’ai fréquenté plus jeune et que je jouais avec lui il y a 5 ans en équipe de France, ça a été un plaisir d’apprendre la nouvelle.

 

BasketActu : Est-ce qu’il y a d’autres joueurs que tu connaissais déjà au sein de l’équipe ?

AM : Oui, je connaissais un peu les joueurs à la base parce qu’à force de jouer contre eux dans la saison, tu les connais. Ils m’ont bien intégré dans le groupe comme tous les nouveaux joueurs qui sont arrivés. Depuis, on a repris les entrainements et les matchs amicaux et ça se passe bien.

 

BasketActu : Quel regard portes-tu sur ce nouveau groupe ?

AM : La force de ce groupe c’est qu’on est tous ensemble, on est uni. Mentalement et physiquement on défend bien tous ensemble, on a une bonne mentalité. Il y a une bonne entente qui s’est créée. Quand tu as une bonne entente, entre les américains, les français, c’est la base d’un groupe. C’est comme ça que ça marche et que tu gagnes les matchs tous ensemble.

 

BasketActu : Comment se passe la préparation jusqu’à présent ?

AM : Pour le moment, on a mis l’accent sur les formes de jeu. C’est vrai que je trouve que pour les trois matchs amicaux qu’on a joué,  on se trouvait bien. On essayait de faire la passe en plus, après il y a quelques petits trucs à régler mais c’est encourageant. Mais c’est vrai que ça ne fait que trois matchs qu’on joue ensemble donc ça va venir. C’est comme avec Orléans l’an passé, on a changé beaucoup de joueurs, donc ça a pris un peu de temps avant de prendre.

On a joué notre premier match contre Gravelines, ensuite on a joué Charleroi et Liège. On a remporté les trois rencontres.

 

BasketActu : Comment tu t’es senti dans le jeu ?

AM : Dans le jeu, je me suis bien senti. Les systèmes me plaisent. Le coach te laisse jouer et c’est à toi de te montrer. Après c’est vrai qu’il me met bien en confiance. C’est une chose que j’aime avec les coachs, c’est que lorsque tu es en confiance, ils te laissent libéré. Parfois, tu ne fais pas les bons choix mais au mois ils t’encouragent.

 

BasketActu : Comment te sens-tu à l’idée de retrouver l’Euroleague ?

AM : L’Euroleague : c’est affronter les plus grands joueurs européens. Ca m’encourage énormément donc c’est une motivation supplémentaire qui te pousse à faire mieux sur le terrain. On veut montrer qu’en tant que club français, on a les moyens de se qualifier pour le top 16 et d’être compétitifs. Il n’y a pas beaucoup d’équipes qui se sont qualifiées pour le top 16 et si on peut le faire cette année, ce serait pas mal.

Autrement, tu gardes la même préparation. Tu essayes de te retrouver physiquement, de courir, et de récupérer la forme. Après sur les tactiques, on essaye de se les approprier. Tu changes quelques habitudes, car l’Euroleague, tu sais que c’est plus dur. C’est l’un des championnats les plus durs. Physiquement et mentalement, il faudra qu’on soit là car on va enchainer match d’Euroleague et match de championnat. On devra être présent dans les deux compétitions.

 

BasketActu : Qu’est ce que tu penses de l’impact du lock out sur les différents championnats européens ?

AM : Je ne suis pas un spécialiste. D’un coté, tant mieux pour les équipes françaises qui ont pu recruter de bons joueurs jusqu’en décembre voire plus. C’est vrai que c’est un avantage pour les clubs français. De l’autre coté, c’est la NBA. C’est leur problème, nous on est en France donc quelque part je m’en fous.

 

BasketActu : As tu suivi le parcours de l’EDF ?

AM : Oui je suis, je regarde les matchs.

 

BasketActu : Quel est ton pronostic ?

AM : Je vois une médaille. Au départ, je les voyais dans les cinq premiers mais je pense qu’ils vont peut être faire une médaille. Avec l’apport de Noah, je pense que l’équipe a bien changé de visage.

 

BasketActu : A quand Adrien en EDF ?

AM : Ben, c’est un souhait. Je l’espère. Après, ce n’est pas moi qui fait la sélection. C’est Vincent Collet qui choisit les joueurs. Mais, pourquoi pas ? Je serai là, de toutes les façons je leur ai dit, je serai toujours présents. S’ils m’appellent, je viendrai en équipe de France et c’est toujours un plaisir de représenter son pays. J’ai toujours été là en jeune. Maintenant, c’est le choix du sélectionneur et moi je serai là quoi qu’il arrive.

 

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.