ITW Alain Koffi : « Gerschon Yabusele est né pour le basket »

Alain Koffi en est persuadé : Gerschon Yabusele sera le prochain français en NBA.

Plusieurs équipes étaient sur le très prometteur intérieur Gerschon Yabusele et ce sont les Normands de Rouen qui ont empoché la mise. Alain Koffi nous parle de son coéquipier et des objectifs de Rouen pour la saison à venir.

BasketActu : Tu as resigné pour trois ans; ça doit être gratifiant de se voir proposer un contrat longue durée ?
Alain Koffi : Ian Mahinmi et le président de Rouen nous ont dit qu’ils comptaient vraiment garder la même ossature française histoire d’avoir une histoire sur Rouen. Le fait de nous proposer ces contrats, de nous faire confiance on s’est senti touché et reconnaissant. Maintenant on se dit qu’on a vraiment la chance de pouvoir participer à la croissance du basket dans la ville de Rouen. C’est vraiment une belle opportunité pour nous.

BasketActu : A Rouen il y’a un joueur dont on parle beaucoup c’est Gerschon Yabusele; qu’est-ce-que tu peux dire sur lui ?
AK : Pour moi il est vraiment le futur français en NBA. Je pense réellement qu’il a tout pour y arriver. Physiquement son basket est prêt ; il a encore deux/trois trucs à travailler mais sincèrement il est prêt. En amical il nous a fait un match à 40 d’éval pendant lequel il a été monstrueux. Quand tu vois le match tu te demandes « il n’a vraiment que 19 ans ? ». C’est vraiment impressionnant ce qu’il fait.

BasketActu : Ça pousse un peu les « anciens » d’avoir un jeune aussi productif ?
AK : Pas vraiment car il y’a des gens qui sont nés pour ce sport et je pense qu’il en fait partie. Il a des facilités. C’est quelqu’un de costaud et qui arrive à se déplacer facilement. C’est impressionnant. Ça veut dire qu’il a tout physiquement pour partir aux Etats-Unis et être compétitif.

BasketActu : Pour Rouen ça va être la deuxième saison en Pro A, celle qui est souvent la plus dure; comment l’équipe aborde ça ?
AK : C’est vrai que l’année de la confirmation est souvent la plus compliquée. Maintenant on n’est plus une surprise, tout le monde nous attend. On n’a pas réussi à garder nos américains de l’année dernière. Il faut mettre les nouveaux dans le bain. Ça va être difficile de surfer sur la vague de l’an dernier. Mais on va essayer de créer une dynamique cette année et de surfer sur cette dynamique-là parce qu’on a vraiment envie de rester en Pro A et de créer quelque chose sur la durée.

BasketActu : Tout en croisant les doigts pour éviter les blessures qui ont pourries votre saison…
AK : Déjà ça nous a coûté une place en Leaders Cup parce que l’année dernière on était vraiment bien parti pour y aller. Malheureusement on perd des matchs sur le manque de rotations. Sur la fin de l’année j’étais le seul 5 et donc c’était un peu compliqué. Cette année le club a fait l’effort d’avoir un groupe assez complet. Maintenant il faut que l’on fasse le travail. Si on est épargné par les blessures qui sait ce qu’on pourra faire ?

BasketActu : Comment as-tu vécu cette saison pendant laquelle on t’a revu à ton meilleur niveau ?
AK : J’avais signé à Rouen avec l’optique de me relancer. Après la fin au Mans plusieurs personnes avaient dit que c’était fini pour moi, que physiquement j’étais cuit. Ma première motivation c’était de montrer aux gens que j’étais encore un basketteur, que ma blessure était derrière moi et que je pouvais refaire ce que je faisais avant. C’était ça mon objectif premier et j’ai plutôt bien réussi. Maintenant cette année c’est l’année de la confirmation comme pour le club de Rouen. On va avancer dans le même sens, essayer de prouver que l’année dernière ça n’était pas une chance et qu’on est toujours présent en Pro A.

BasketActu : Monaco et Antibes ne sont pas des promus comme les autres, surtout les premiers; est-ce-que ça vous oblige à être prudent dans votre approche de la saison ?
AK : On sait que ça va être compliqué pour nous qui n’avons pas le budget d’un Monaco. Ils ont annoncés qu’ils lutteraient pour les playoffs mais je pense qu’ils peuvent viser encore plus haut. Ça sera à nous de trouver l’équilibre gagnant, de ne pas perdre de matchs à domicile et d’aller créer des coups à l’extérieur comme on a pu faire l’année dernière. Ça sera vraiment ça la ligne directrice.

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.