ITW Ali Traoré : « On tire d’abord et on parle après, comme Schwarzenegger »

Ali Traoré est revenu pour nous sur les dernières performances et l’esprit si particulier de la JSF Nanterre.

Ali TraoréRevenu face au Partizan Belgrade sur les parquets après plusieurs mois d’enfer, Ali Traoré monte en puissance. Le pivot international a vite pris ses marques dans un groupe où il se sent comme un poisson dans l’eau. Entretien.

BasketActu : Finalement la claque reçue face au Partizan n’est-elle pas la meilleure chose qui soit arrivée à Nanterre ?
Ali Traoré : C’est ce que je dis. Je pense que le Partizan nous a beaucoup servi. C’était une bénédiction cachée comme on dit en anglais. Ça nous a remis la tête en place. Je pense qu’après le CSKA on a cru que l’on était proche du top niveau européen alors que ça n’était pas le cas. On a oublié que pour nous le succès ne passe que par le collectif.

BasketActu : Au niveau de l’ambiance, de l’appréhension du contexte Euroleague cela a aussi du être un plus ?
AT : Ah oui. Après avoir vécu le Partizan je pense qu’il n’y a plus aucune salle qui va nous faire peur. On a vécu le top.

BasketActu : Après cette grosse semaine comme vous vous sentez physiquement toi et l’équipe ?
AT : Physiquement on se sent plutôt bien. On aura eu cinq jours avant d’arriver au match de Kiev. On a fait de la récupération hier, on a eu un jour de repos dimanche. On a bien récupéré donc on va bien préparer le match contre Kiev.

BasketActu : Tu parles de récupération; peux-tu nous en dire plus sur le travail effectué avec Nicolas Barth (le kiné) et Vincent Dziagwa (le préparateur physique) ?
AT : C’est super important. On a la chance d’avoir un préparateur physique à temps-plein, ça n’est pas le cas partout. Ils nous aident énormément à récupérer. D’ailleurs la victoire de Cholet c’est énormément grâce à eux. Ils nous harcèlent après chaque match pour faire des étirements, pour mettre des chaussettes de récup, boire les boissons de récupération… pour que l’on soit prêt pour les matchs. S’ils n’étaient pas là, je ne crois pas qu’on aurait pu performer comme ça contre Cholet.

BasketActu : Sur le plan personnel, un tel contexte ne peut qu’être l’idéal pour bien revenir…
AT : Oui c’est un contexte très très favorable parce que déjà ça me met beaucoup moins de pression pour revenir. Je peux prendre mon temps pour revenir à mon meilleur niveau. Il n’y a pas la pression du résultat car les bons résultats on les a. Si on était dans une mauvaise passe, j’aurai été obligé de forcer les choses beaucoup plus. Là je peux revenir tranquillement, on partage le temps de jeu.

BasketActu : A quoi attribues-tu cette grosse confiance qui émane du collectif ?
AT : C’est Nanterre, ce sont les joueurs. On a toujours un discours très positif et très ambitieux. On veut aller le plus loin possible dans les deux compétitions. C’est quelque chose que j’ai remarqué en arrivant ici c’est que les mecs n’ont peur de rien. On tire d’abord et on parle après comme Schwarzenegger.

BasketActu : On parle beaucoup de « l’esprit Nanterre »; comment tu le vis et tu le définirais ?
AT : Je le vis très bien. C’est vraiment une super ambiance. Par exemple dimanche on a eu un jour de repos, on s’est retrouvé lundi, on se tchek, on rigole, on est content, ça rit, salut mon pote… C’est vraiment une super ambiance et ça fait très longtemps que je n’avais pas connu une ambiance comme ça.

BasketActu : Comment l’équipe appréhende ce rendez-vous face à Kiev à domicile ?
AT : Là je pense que l’on va être forcément attendu. Si on veut rêver du Top 16 il faut que l’on gagne. Ça peut nous mettre de la pression en plus mais je suis confiant.

BasketActu : Comment analyses-tu la progression de Mam Jaiteh ?
AT : Mam progresse bien, je suis assez content de sa progression. Ce qu’il fait en Pro A c’est assez intéressant pour un gamin de 19 ans. Après en Euroleague c’est un peu plus dur car il est encore un peu tendre. Après je suis là pour ça (il rigole).

BasketActu : Avec Johan vous ne lui rendez pas la vie trop dure au rookie ?
AT : Sisisi; je m’occupe entre guillemets personnellement de son éducation. J’essaye de faire en sorte de lui apprendre quelques trucs.

 

Crédit photo : Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires (2)

  1. Ron Harper

    moi j'aime bien Ali Traoré… toujours à l'aide en itw, la tête sur les épaules. je suis bien content qu'il s'occupe de Jaiteh (du moins en attaque, pour la défense, il lui faudrait plus un Passave en coach perso !)

    Nanterre est une vraie raison de se réjouir du basket français en EL (même s'ils ne passent pas au top 16, ils réalisent de belles choses pour une découverte de ce niveau)