ITW Deshaun Thomas : « J’ai toujours été un scoreur »

Malgré un statut de rookie, Deshaun Thomas a su vite trouver ses marques au sein de la JSF Nanterre. Il revient pour nous sur son très bon début de saison.

Traoré Foster Passave Ducteil ThomasArrivé à Nanterre avec la double étiquette Ohio State-San Antonio Spurs, Deshaun Thomas (22 ans, 2m01) a suscité très vite de fortes attentes. Il faut dire que l’ailier a été un habitué des cartons offensifs durant ses trois saisons universitaires (il est le 9e meilleur marqueur de l’histoire des Buckeyes). Aussi malgré un statut de rookie, Thomas a su très vite trouver ses marques au sein de la JSF Nanterre. Il revient pour nous sur son très bon début de saison. Entretien.

BasketActu : Comment juges-tu ton évolution depuis ton arrivée à Nanterre ?
Deshaun Thomas : Pour l’instant j’ai plutôt bien joué même si j’ai été moins adroit au tir sur les deux derniers matchs. Mais j’essayé de faire autre chose à côté pour pouvoir aider l’équipe : aller au rebond, sur la ligne des lancers-francs, défendre… J’essaye de faire ce qu’il faut sur le terrain pour pouvoir aider l’équipe à gagner.

BasketActu : D’où tires-tu cette confiance en ton shoot ? On voit que tu n’hésites jamais à prendre ta chance même après plusieurs ratés…
DT : J’ai toujours été un scoreur; j’ai l’habitude de rester souvent à la salle après les entraînements pour shooter. Mon mentor me disait qu’il était important que je puisse mettre mes tirs, d’avoir cet atout car ça pouvait faire la différence avec d’autres joueurs qui ont des capacités athlétiques mais qui n’ont pas cette capacité à shooter.

BasketActu : Est-ce-que le fait d’avoir un autre joueur fort à ton poste comme Will Daniels t’enlève un peu de pression quand tu rentres sur le terrain ?
DT : Moi je comble les trous qu’il y’a autour de Will Daniels qui est un très bon joueur. J’essaye d’être un bon complément par rapport à ce que lui apporte sur le terrain. Là où ça m’aide beaucoup c’est à l’entrainement. Dès le début j’ai vu que c’était un bon joueur. Avec ses qualités, ça me motive chaque jour à l’entrainement à défendre sur un joueur comme lui.

BasketActu : On a aussi l’impression que tu as besoin d’avoir une ambiance familiale autour de toi pour pouvoir t’épanouir sur le terrain…
DT : C’est plus facile d’avoir cette ambiance-là surtout quand on est rookie. Il y’a parfois beaucoup de joueurs qui arrivent et qui ont du mal sans leur famille; ici on me traite comme la famille; on rigole tous ensemble mais on sait aussi être sérieux quand il faut travailler. Le fait d’avoir tout ça autour ça aide beaucoup pour une première expérience professionnelle.

BasketActu : Avec Lighty et Foster, vous êtes trois anciens d’Ohio State à Nanterre; comment expliques-tu votre réussite ?
DT : A Ohio State on a des joueurs qui ont réussi en partant de tout en bas et sont arrivés en haut dans une bonne fac. On a cette même détermination à réussir ici. Et c’est bien de retrouver à Nanterre cette association avec d’anciens joueurs d’Ohio State.

BasketActu : Quelles différences fais-tu entre le jeu NCAA et le jeu Pro A et Euroleague ?
DT : Les marchers (il rigole). Dans la Conférence où j’étais (La Big Ten qui est considérée comme la plus physique de NCAA, ndrl), c’était très physique. Il n’y a pas une si grande différence avec la Pro A mais en Euroleague c’est un peu plus costaud. La différence c’est surtout au niveau du rythme. En NCAA, tout le monde va super vite, il y’a des mauvais tirs qui se prennent. En Euroleague, les équipes contrôlent beaucoup plus, il y’a plus de mouvement sans ballon, plus de patience et de recherche du bon tir qu’en NCAA.

BasketActu : En venant à Nanterre c’était important pour toi de pouvoir évoluer en 4 pour gagner en polyvalence ?
DT : C’est surtout pour l’aspect défensif. Avec Ohio State j’ai beaucoup joué au poste 4. Ici je joue 4 mais comme on switch beaucoup avec les postes 3, le fait de pouvoir regarder des trois de très bon niveau comme David ça me permet de développer d’autres qualités dont j’aurai besoin pour évoluer à très haut niveau.

BasketActu : Que penses-tu devoir améliorer dans ton jeu principalement ?
DT : Etre plus rapide défensivement, ajouter plusieurs petites choses à mon répertoire offensif et garder la confiance que j’ai en ce moment.

BasketActu : Et concernant ton objectif à court terme, ça serait la NBA ou tu serais prêt à rester encore un an en Europe ?
DT : Ça je ne m’en préoccupe pas trop pour le moment. J’ai besoin d’abord de travailler dur pour y arriver et après il y’a des choses que je ne contrôle pas. Je ne sais quels seront les plans des Spurs mais je vais me donner les moyens d’y arriver. Après je suis jeune et le timming ça n’est pas très important.

 

Crédit photo : Claire Macel

 

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.