ALL STAR GAME

ITW Edwin Jackson : « J’essaye vraiment d’être un leader »

Après le titre de MVP français l’an dernier, Edwin Jackson est devenu meilleur marqueur cette saison. Sans pour autant oublier le collectif.

jackson diotAprès le titre de MVP français 2013, Edwin Jackson a cette année décroché la récompense du meilleur marqueur de la saison. Une performance que très peu de Français ont réalisé avant lui. L’arrière villeurbannais a donc de quoi être satisfait lui qui va bientôt attaquer les playoffs (lundi 12 mai) face au Limoges CSP. Entretien.

BasketActu : Finir meilleur marqueur de Pro A était pour toi un objectif cette saison ?
Edwin Jackson : Oui c’était un objectif. Je suis très content d’avoir réussi. Après c’est plus dur à faire qu’être MVP car être MVP c’est bien joué mais sans forcément faire de stats et rester dans le collectif.

BasketActu : Mettre ton nom à côté de celui de Jacques Cachemire c’est quelque chose qui te parle, qui est important pour toi ?
EJ : C’est important parce que ça fait longtemps que personne ne l’a fait. L’année dernière j’étais très content d’être MVP mais il y’en a eu d’autres. Un Français meilleur marqueur il y’en a eu peu qui l’ont fait. C’est vraiment spécial.

BasketActu : C’est aussi une forme de régularité par rapport à ce que tu as montré l’année dernière…
EJ : On m’a toujours dit que le sport de haut-niveau c’était d’être constant dans l’effort, de répéter les grandes performances. D’avoir fait une année sur le plan personnel aussi bonne que l’année dernière c’est une fierté.

BasketActu : Tu as senti plus de respect de la part de tes adversaires, des arbitres… pendant la saison ?
EJ : Au niveau de l’arbitrage pas spécialement. Dans le jeu je n’ai pas eu plus de coup de sifflet que l’année dernière. Après c’est vrai qu’au niveau des autres équipes elles font plus attention à moi; je ne dirais pas qu’il y’a un plan anti-Edwin mais c’est vrai que des fois il y’a des choses qui sont mises en place pour éviter que je score trop. C’est une preuve de respect.

BasketActu : Au sein de l’ASVEL es-tu seulement un leader au scoring ou tu essayes de l’être aussi vocalement ?
EJ : Je peux encore progresser c’est clair. J’essaye de le faire le mieux possible. Après c’est vrai que je suis encore jeune et je joue avec des joueurs plus âgés; des fois c’est difficile de le faire. Mais j’essaye vraiment d’être un leader, déjà par l’exemple, venir tôt aux entrainements, donner toujours le meilleur, essayer de montrer que je suis toujours là pour l’équipe. Il faut être bon et régulier car après on est plus à même d’être écouté si on a de bonnes performances.

BasketActu : Cette année l’ASVEL va rencontrer Limoges en playoffs, qu’est-ce-que t’inspire cette équipe ?
EJ : C’est une forte équipe. La clef, je pense, va être au niveau de l’équipe qui sera la plus défensive. Ils nous ont battu deux fois, ça va être une grande affiche. Celui qui en voudra le plus remportera cette série.

BasketActu : On dit souvent que leur salle peut paralyser l’adversaire mais est-ce-que ça peut au contraire vous galvaniser ?
EJ : Je pense que c’est une salle à double-tranchant parce qu’elle encourage beaucoup son équipe certes mais elle lui met aussi beaucoup la pression. Quand ils sont un petit peu moins bien ce ont des supporters qui huent facilement leur équipe, qui sont facilement mécontents. Ca dépend des fois, ça peut-être un public super, des fois moins. Moi je reste dans mon match et j’adore les rencontres comme ça où le public est hostile. C’est souvent là que je fais mes meilleurs matchs.

BasketActu : Au-delà du plan sportif, on a l’impression que le projet ASVEL avance bien; c’est quelque chose qui galvanise un peu plus les joueurs ?
EJ : On voit qu’il se passe de bonnes choses autour du club. On est content, en tout cas moi qui ai resigné, qu’l y’ait des ambitions qui se concrétisent. C’est vrai que des fois quand on arrive dans des clubs on nous présente des projets sportifs qui n’aboutissent pas toujours et ça c’est frustrant. Mais là il y’a vraiment des efforts qui sont faits. Ca se passe de mieux en mieux, Tony met vraiment la main à la pâte. C’est super de voir des choses qui peuvent se concrétiser. Pourquoi pas jouer une coupe d’Europe  ? On parle d’une wild-card éventuelle, de choses comme ça donc c’est vrai que ça fait plaisir.

Crédit photo : LNB / IS / Bellenger

 

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.