ITW Jean-Baptiste Maille : « Je serai longtemps reconnaissant envers Alexandre Ménard pour la confiance accordée »

Désormais au CCRB, Jean-Baptiste Maille n’a pas oublié ce qu’il doit à son passage à Rouen sous les ordres d’Alexandre Ménard.

Il avait rejoint Limoges en 2017 avec des rêves plein la tête. Mais à cause d’une rupture des ligaments croisés durant la préparation, Jean-Baptiste Maille n’a pu goûter à la ferveur de Beaublanc. De retour cette saison en Jeep Elite avec Châlons-Reims, après une année réussie à Rouen en Pro B, le meneur de jeu revient sur ces deux dernières années.

Ta première expérience en Jeep Elite a malheureusement tourné court. Quelle importance a eu le staff médical de Limoges après ta rupture des ligaments croisés ?
Il a été plus qu’important ! Çà s’est articulé autour de trois personnes : Xavier Dumélié, le kiné, Franck Kuhn, le préparateur physique et Yacine Aouadi. Je passais des journées entières avec eux pendant 7-8 mois. C’était plus qu’une relation professionnelle. Ils sont devenus des amis. C’était la pire période de ma carrière. J’étais éloigné du terrain et ce que je voulais c’était jouer avec les copains le week-end. Mais ça m’a aussi été bénéfique parce que j’en suis sorti grandi, tant sur le plan humain que basket.

Çà a été d’autant plus douloureux qu’en arrivant à Limoges tu nourrissais de grandes ambitions…
Oui, tout à fait, j’étais la doublure d’AJ English (coupé en cours de saison). Quand je suis revenu, l’effectif avait changé et le coach a fait ses choix. Il y avait des choses intéressantes à faire et la blessure est arrivée. Il a fallu le digérer et c’est ce qui est le plus dur.

Pour ton retour sur les terrains à Rouen, tu réalises la meilleure saison de ta carrière.
J’ai eu la chance que Rouen me fasse confiance après une saison sans jouer à Limoges. Je connaissais le coach Alexandre Ménard qui était assistant au Mans quand j’étais en Espoir. Le groupe et le staff étaient fantastiques. On fait une très bonne saison collective, même si on ne gagne pas de titre, on fait deux finales en Leaders Cup et en championnat et une demie de Coupe de France. Je serai longtemps reconnaissant envers le coach pour la confiance qu’il m’a accordée, parce que ça m’a permis de montrer que j’étais bien revenu.

Crédit photo : David Haynau

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.