ITW Jean-Christophe Prat : « Un jeune potentiel doit jouer »

Luka Doncic, les U18, la carte jeune de Denain… On a parlé formation avec Jean-Christophe Prat.

S’il y’a actuellement un nom qui est sur tout les lèvres c’est celui de Luka Doncic. La jeune perle du Real Madrid (il aura 18 ans le 28 février prochain) ne cesse de faire parler et on lui promet les meilleures choses. On est allé demander à Jean-Christophe ce qu’il en pensait. Avec l’actuel coach de Denain, qui a l’habitude de jouer la carte jeune en Pro B, on est aussi revenu sur la question de la formation et des nombreux talents qui arrivent et ne demandent qu’à éclore au plus haut niveau. Entretien.

BasketActu : L’un des joueurs dont on parle le plus en ce moment c’est Luka Doncic ; qu’en penses-tu ?
Jean-Christophe Prat : Il a un degré de maturité dans la maîtrise des fondamentaux individuels et pré – collectifs incroyable. Il en devient un joueur unique et créateur car il est en maîtrise de ce qu’il fait à seulement 17 ans. Son action géniale contre Baskonia sur le pick ‘n roll, je me la repasse en boucle au bureau. Ce qui est incroyable ce n’est pas tant la difficulté technique de chaque geste sur cette action (dribble dans le dos autour d’une jambe, la tête désaxée et la finition à une main avec un lâché de ballon très haut sur la planche) mais la combinaison des trois qui rend l’action magique. C’est peut-être le nouveau Drazen Petrovic ! Ce jeu appartient aux joueurs, ils le font évoluer.

BasketActu : Pourrait-on avoir un Luka Doncic dans une top équipe de Pro A ?
JCP : Je le pense sincèrement. Nous avons d’énormes potentiels en France. Il faut du temps, de la patience pour développer un jeune joueur. Pour cela il faut aussi que ça soit une philosophie de club, un projet partagé de tous et assumé car lorsque l’on met un jeune sur le terrain on sait qu’il y aura de l’inconstance à cause du manque d’expérience.
La problématique majeure est que l’on ne donne pas le temps aux entraîneurs pros car il faut gagner tout de suite, ce que je comprends. Donc à quoi bon lancer un jeune puisque l’important c’est le cours terme ? Il est pourtant possible de faire les deux, Erman Kunter avec Cholet Basket l’a démontré. Vincent Collet avec Le Mans et Strasbourg l’a fait aussi.

JC Prat Denain CP Maryline CallensBasketActu : Récemment on a vu que l’Asvel et Saint-Chamond avait signé un partenariat; est-ce-que c’est un concept à développer ?
JCP : Bien sûr. Un club comme l’Asvel et son projet d’Académie ne pourra pas faire jouer tous ses « prospects » avec son équipe pro donc avoir des clubs avec lesquels ils ont des affinités et qui vont jouer le jeu de mettre ces jeunes potentiels sur le terrain c’est intéressant.
Au Zalgaris Kaunas, ils ont quinze ou vingt jeunes potentiels chaque saison qui sont prêtés dans toute l’Europe afin de jouer et de continuer leur développement. Une fois de plus c’est une politique de club à mettre en place sur du moyen, long terme.

BasketActu : On voit aussi de plus en plus de prospects tenter l’aventure NCAA et des jeunes (Ntilikina, Doumbouya) qui ne sont pas (ou plus) à l’INSEP; comment analyser ces tendances ?
JCP : Il n’y a pas de vérité ou plutôt si, il y en a une : un jeune potentiel doit jouer. Après que ça soit en NCAA, à l’Insep ou en centre de formation peu importe. Sur la NCAA je dirai qu’il faut intégrer un bon programme car sinon tu peux vite te perdre et donc gâcher beaucoup de choses. Le plus important c’est quel projet tu as pour le jeune potentiel que tu recrutes, quelle place il peut ou il pourrait avoir dans ton équipe pro.

BasketActu : Les victoires de l’INSEP sont très rares; est-ce-qu’une réforme est indispensable ? Si oui dans quelle direction faut-il aller ?
JCP : Ce dernier mois je suis allé deux fois à l’Insep et j’étais au match contre Rueil. Ils ont des joueurs avec un  potentiel de très haut niveau. Le cadre de travail est unique et l’organisation autours des jeunes est de grande qualité. La Nationale 1 est un championnat très difficile avec un étranger de plus cette saison; c’est logique que cela soit encore plus difficile pour les jeunes joueurs. Je pense qu’il faudrait que le Centre fédéral ait la possibilité de faire jouer un ou deux joueurs un peu plus expérimenté afin de palier à l’inconstance dans le jeu. La saison dernière lorsque Vincent Poirier a joué des matchs le Centre Fédéral était plus compétitif.

BasketActu : N’a-t ’-on pas aussi trop de centre de formation (même s’ils font de mieux en mieux leur travail) et a fortiori un nivellement du niveau par le bas ?
JCP : Encore une fois c’est une politique de club à avoir. Certains en font un objectif majeur et d’autres ont certainement un centre de formation car c’est obligatoire.

BasketActu : On a vu que la génération des 98 est très prometteuse ; quel avis portes-tu sur elle ?
JCP : La génération 1997 est aussi très prometteuse (Okobo, Ponsard, Gombault, Jeanne, Denis, Noua, Poirier …). La génération 1998 a un gros leader avec Franck Ntilikina et beaucoup de bon joueurs comme Bathiste Tchouaffe, Abdoulaye N’Doye, …Et puis tu as,  Sekou Doumbouya, né en 2000, qui joue déjà en Pro B avec Poitiers. La génération 2001 est aussi très talentueuse. En fait, notre richesse elle est là sous nos yeux car dans chaque génération tu as des potentiels joueurs de Pro A et que toute l’Europe nous envie je peux te l’assurer.

BasketActu : Pour parler de Denain, on voit qu’il y’a toujours la carte jeunes mais l’équipe semble plus équilibrée ; il y’a eu un changement dans ta façon de recruter ?
JCP : Non je n’ai rien changé. Nous avons cinq jeunes joueurs de moins de 22 ans (avec Terry qui est Bosman Français Lol). Lorsque je recrute un jeune joueur il faut que je vois où je peux l’emmener ; si je ne perçois pas cela je ne le prends pas. C’est assez personnel, je me fis beaucoup à mon œil dans un premier temps et après j’accorde énormément d’importance à l’attitude et l’éducation de chaque jeune.
Pour moi le Potentiel c’est le talent propre à chaque joueur + La capacité de travail + l’attitude au quotidien (écoute, remise en cause, responsabilité, …) Je pense que dans mon approche je suis autant un éducateur qu’un entraîneur. Je garde toujours en mémoire une phrase que mon papa me répétait tout le temps : « tu vis ta vie comme tu fais ton lit le matin ! ». C’est ce que j’essaye de transmettre à mes joueurs, en plus de la technique et de la tactique. C’est un état d’esprit à avoir, une volonté de tous les instants et rien n’est facile, chaque seconde de chaque entrainement tous les jours, 7 jours sur 7.

BasketActu : Est-ce-que tu peux parler de Terry Tarpey qui semble être la belle surprise denaisienne de la saison ?
JCP : J’adore Terry car il dégage une énergie folle. C’est Monsieur 100 000 Volts, toujours à fond de la première seconde de l’entrainement à la dernière. Je pense qu’il sera prêt à la fin de la saison pour évoluer en Pro A ou au sein d’une première division européenne. C’est un garçon qui a compris qu’il devait être acteur de sa vie et donc il développe naturellement un sens élevé de responsabilité et d’auto –évaluation. Ce qui le rend encore plus intéressant c’est qu’il a une grande marge de progression, notamment sur les lectures du pick n’Roll.

BasketActu : Quand tu vois des William Howard, des Yakuba Ouattara s’éclater au plus haut niveau, qu’est-ce-que ça t’inspire ?
JCP : Beaucoup de fierté pour eux car c’est le fruit de leur travail. Je suis aussi très fier du parcours de Jerry Boutsiele à Cholet de Vafessa Fofana à Nantes et je suis certain qu’Isaïa Cordinier va très rapidement montrer à tous, son grand talent. En fait ce que cela m’inspire c’est que je ne remercierai jamais assez mon Président Alain Place qui a été assez dingue pour prendre un rookie coach et m’a laissé développer et mettre sur le terrain cette bande de sales gosses :-).

BasketActu : Mais leur explosion n’aurait-elle pas du et/ou pu se faire avec leurs clubs formateurs ?
JCP : Bien sûr que Si ! C’est un non-sens. Yak et William devraient être aujourd’hui des joueurs de Chalon et Gravelines. On en revient à ce que je disais en début d’ITW, pour investir sur un jeune joueur il faut avoir un projet club qui peut l ‘emmener jusqu’à l’équipe Pro.

Crédit photo : Maryline Callens

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.