ITW Jérémy Nzeulie : « Depuis Barcelone on nous prend vraiment au sérieux »

A quelques heures d’aller défier Moscou chez lui, Jérémy Nzeulie a fait le point avec nous sur la phase aller de Nanterre en Euroleague.

Pour Jérémy Nzeulie et la JSF Nanterre, le temps de la découverte e Euroleague est désormais révolu. Et l’arrière, comme ses coéquipiers, entend bien jouer le coup à fond avec pour objectif un spot au Top 16. Entretien.

BasketActu : Quel bilan fais-tu de la phase aller de l’Euroleague ?
Jérémy Nzeulie : Je pense que la première phase a été assez positive. On perd le premier match contre Moscou de trois points, c’est un match que l’on aurait pu prendre si l’on avait été un peu moins dans la découverte. Après on a eu une petite déroute à Belgrade mais ça n’empêche que derrière on a su rebondir en allant prendre le match contre Barcelone et on a bien enchaîne contre Kiev. Fenerbahce on sait tous que c’est une très grosse équipe donc je pense qu’être à deux victoires à ce moment-là c’est vraiment une bonne chose surtout que l’on est toujours en course pour le Top 16.

BasketActu : Sur le plan individuel qu’as-tu appris en Euroleague ? Et en quoi l’équipe s’est améliorée ?
JN : On a appris à découvrir l’Euroleague, les petits vices qu’il y’a en Euroleague, les petites techniques pour pouvoir mieux jouer, la façon d’arbitrer tout ça… Maintenant on n’est plus dans la découverte et on joue à fond.

BasketActu : Qu’est-ce-qui t’as le plus surpris en Euroleague ?
JN : Je pense que l’Euroleague c’est vraiment le très haut-niveau, on doit vraiment être toujours intense. C’est justement un peu notre défaut on est tellement intense en défense que souvent ça nous coûte un peu en attaque. Mais le problème c’est que si l’on ne met pas cette intensité-là en défense, on va être très rapidement sanctionné et on va prendre des cartons à chaque match.

BasketActu : Ce qu’il manque à l’équipe ne concerne-t’-il pas la gestion du money-time ?
JN : C’est le petit côté où on manque d’expérience des fois ça joue contre nous. Il faut que l’on travaille sur ça parce que c’est vrai que si on avait mieux géré notre fin de match contre Moscou on aurait pu la prendre. Et contre Kiev on a failli avoir le même problème et contre Fenerbahce on était quand même à quatre points à quatre minutes de la fin. Donc ça montre une fois de plus que l’on n’avait pas très bien géré la fin de match.

BasketActu : Tu as senti au fil des rencontres que Nanterre avait gagné le respect de ses adversaires ?
JN : J’ai vraiment l’impression que depuis Barcelone on nous prend vraiment au sérieux puisque c’est comme si contre Moscou ils s’étaient dit ils viennent d’arriver, ils sont dans l’euphorie, ils en prennent trente contre le Partizan donc c’est vraiment des touristes. Maintenant que l’on a battu Barcelone je pense que les autres équipes nous voient vraiment comme une équipe sérieuse. Dans les interviews d’après-match, on voit que l’on a plus de respect aujourd’hui.

BasketActu : Voir l’équipe louée pour ses prestations défensives ça doit vous changer…
JN : C’ets vrai que depuis quelques années Nanterre était surtout connu pour être une équipe d’attaque. En Pro A on ne doit pas être trop mal placé non plus. Mais on a compris que pour gagner des titres il fallait défendre, c’est ça qui a fait la grosse différence pendant les playoffs.

BasketActu : Quel sera l’objectif à Moscou ?
JN : C’est un très gros effectif donc on sait que tôt ou tard la mayonnaise va prendre mais j’espère qu’elle ne va pas prendre contre nous. Nous on va aller là-bas comme d’habitude on va jouer le coup à fond. Après ça va être difficile avec les heures de décalage, le voyage et tout. Mais nous on est des compétiteurs et on a rien à perdre. On va aller tout donner là-bas.

BasketActu : Est-ce-que l’équipe pense aussi déjà à la rencontre face au Partizan qui sera importante dans l’optique de la qualification ?
JN : On essaye vraiment de prendre les matchs les uns après les autres. Après on sait que battre le Partizan ça nous mettrait vraiment dans une bonne position et surtout battre Kiev derrière; gagner ces deux matchs-là ça nous mettrait vraiment dans une bonne position. Mais pourquoi pas prendre le match contre Moscou et ensuite enchaîner contre le Partizan ?

BasketActu : Dans quelle mesure disputer l’Euroleague vous sert ensuite en championnat ?
JN : Comme en Euroleague ça va plus vite, ça nous permet d’être mieux organisé. Après ce sont deux styles de jeu très différents mais c’est une très bonne expérience.

BasketActu : Après Orléans Pascal Donnadieu a parlé de fatigue, c’est quelque chose que tu ressens ?
JN : Depuis le début je trouve que Vincent le préparateur physique et Nico font du très bon travail au niveau de la récupération et les coachs aussi nous gèrent bien. Mais je pense aussi que c’est une fatigue mentale car le fait que l’on enchaîne beaucoup , qu’on n’ait pas beaucoup de jours off… Mais c’est aussi ça d’être professionnel. C’est à nous de rester concentré et d’aller chercher le plus de match possible.

 

Crédit photo ! Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.