ITW Kostas Papanikolaou : « J’espère que l’on gagnera l’Euroleague »

A la veille de jouer face à son ancien club au Palau Blaugrana, K-Pap est revenu avec nous sur le Barça, l’Olympiacos et sur sa progression.

Papanikolaou BasketActu : Vous allez affronter l’Olympiacos, ton ancienne équipe, comment te sens tu avant ce match particulier ?

Kostas Papanikolaou : C’est très spécial pour moi puisque j’y ai joué 4 ans et que j’ai remporté l’Euroleague deux fois. Forcément ce sera particulier. Mais maintenant je suis à Barcelone et je veux le meilleur pour mon équipe. Si on gagne, on sera sûr d’être premier de notre groupe dans ce Top 16. Donc on veut vraiment gagner, mais ce ne sera pas facile, l’Olympiacos est une excellente équipe.

BasketActu : Est ce que tu suis un peu leurs résultats cette saison ?

KP : J’essaie de suivre du mieux que je peux, j’essaie de regarder des matchs, ceux contre le Panathinaikos et les autres équipes d’Euroleague. J’essaie d’en voir le plus que je peux. Mais ce n’est pas facile, on voyage beaucoup et on joue les mêmes jours.

BasketActu : On a l’impression que tu es venu ici pour t’améliorer. Dans quel domaine de ton jeu dirais tu que tu as le plus progresser ?

KP : Je n’aime pas beaucoup parler de moi. J’ai besoin de travailler principalement mon attaque. Les gars de l’équipe et les coachs m’aident beaucoup ici. J’ai plus confiance en moi maintenant. Si tu veux devenir un grand joueur, tu dois travailler dur tout le temps, travailler sur des petits détails sur ta défense, sur ton physique et sur ton shoot.

BasketActu : Tu es à Barcelone depuis quelques mois, tu peux nous expliquer les différences qu’il y a avec l’Olympiacos ?

KP : Pour les fans, l’Olympiacos représente tout, ce club est une légende. Les fans font tout pour l’équipe chaque semaine, ils suivent le club à chaque match avec beaucoup de passion et d’envie. Ici, c’est différent. On est dans un club global qui a des fans à travers le monde. C’est un grand club, c’est incroyable ici. Le ressenti est excellent. Je pense qu’on ne peut pas séparer les deux clubs. Les deux équipes ont un niveau de jeu élevé en Euroleague et produisent deux des plus beaux jeux en Europe.

BasketActu : Tu as gagné deux fois consécutives l’Euroleague avec l’Olympiacos. La gagner une troisième fois de rang serait génial…

KP : Oui, mais c’est une longue route jusqu’au titre. J’espère qu’on va aller au Final Four à Milan, et alors on verra ce qu’il s’y passera. Mais c’est vraiment un long chemin. J’espère que l’on gagnera, et pas seulement pour moi, surtout parce que l’équipe est excellente. Ce serait merveilleux. Et puis à la fin de la saison, seuls les trophées comptent.

BasketActu : Tu sais que Dejan Bodiroga a gagné l’Euroleague, avec le Panathinaikos, puis l’a quitté pour Barcelone, où il a nouveau remporté le trophée. C’est un modèle à suivre pour toi ?

KP : J’espère que c’est un signe ! J’espère que ce qui est arrivé à Bodiroga m’arrivera. C’est un vœu pieux. Mais je ne veux pas en dire plus, car on ne sait pas ce qui peut se passer ensuite.

BasketActu : À propos de la prochaine Coupe du Monde, tu en parles un peu avec Spanoulis, Perperoglu et tes coéquipiers en sélection ? Vous aurez un objectif précis ?

KP : C’est très tôt pour en parler. Nous n’avons pas encore de coach. Selon la presse, cela devrait bientôt se faire. Mais je ne peux pas trop en parler parce que c’est trop tôt. Tout ce que je sais, c’est que tous les gars qui étaient présents l’an passé à l’Euro se sont sentis mal. On a très mal joué alors qu’on avait une bonne équipe. Tout ce que nous voulons, c’est donner le meilleur de nous même pour l’avenir.

Par Romain Fougeron à Barcelone.

Tags : ,
Comments
Plongeur avec Rudy Fernandez et coiffeur de Simone Pianigiani. Aussi solide que Lior Eliyahu dans un Final Four. Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.