ITW Léopold Cavaliere : « Je n’ai aucune raison de partir de Pau »

A 23 ans, Léopold Cavalière est désormais un joueur référence de la Jeep Elite par sa hargne sur le terrain. Et pour sa cinquième saison dans l’élite, le Palois nourrit de grandes ambitions.

Comment abordes-tu cette nouvelle saison à Pau, toi l’enfant du club ?
Avec beaucoup d’excitation, comme chaque nouvelle saison. J’ai un rôle qui grandit au sein de l’équipe et ça m’apporte de la satisfaction. J’ai envie d’apporter de plus en plus à ce club et je pense être capable de le faire.

Comment les nombreux nouveaux joueurs se sont intégrés dans l’équipe ?
C’est vrai que le fait qu’on n’ait pas gardé de réelle ossature par rapport à l’an dernier peut paraître comme un handicap. L’alchimie collective met plus de temps à arriver. Ceci dit, les gens ont tendance à être un peu sceptique lorsqu’ils ne connaissent pas les joueurs. Moi, j’apprends à les connaître. On s’entraîne et on vit ensemble depuis début août et je vois des choses qui me plaisent beaucoup. Matt Mobley, je vois un mec qui a des cannes de folie et qui est capable de tout faire en attaque, et Cheikh Mbodj a une énergie folle et se bat tout le temps.

Tu disais juste avant que ton objectif était de finir dans le top 4. Penses-tu que l’équipe a les moyens de le faire ?
Oui, l’équipe a les moyens de finir dans les 4 premiers. On a un potentiel très élevé et le plus dur justement, sera d’atteindre ce potentiel. Le renouvellement de l’équipe fait que ça va prendre du temps. Quand la Coupe d’Europe va arriver, on aura moins le temps de s’entraîner. Tout ça fait qu’on peut avoir un léger sur le moment où on sera le plus compétitif. Mais si on arrive au maximum de notre potentiel, on fera partie de la bataille pour le top 4.

Y a-t-il pire début de saison qu’une défaite à Limoges ?
Ce sont vraiment des choses qui fâchent. J’aurais aimé gagner ce match … Je ne suis pas le plus grand partisan de ce nouveau format de Coupe de France qu’a mis en place la fédération. C’est particulier de jouer directement une équipe du top 8 alors qu’aucune équipe n’est encore prête. Limoges n’était pas plus prêt que nous. C’est compliqué, on voit qu’il y a encore beaucoup de choses à mettre en place parce qu’on bien joué les deux premières et les deux dernières minutes du match. C’est compliqué de gagner un match comme ça. Le réel défi cette année sera d’être compétitif le plus longtemps possible dans un match. 40 minutes à notre meilleur niveau, c’est peut-être utopique mais il faut s’en rapprocher.

Ton nom a été évoqué du côté de Levallois cet été. Que s’est-il passé ?
Disons que des discussions ont été engagées. J’ai reçu quelques coups de fil de quelques clubs cet été. Les discussions avec Levallois étaient un peu plus poussées qu’avec les autres clubs mais je suis sous contrat avec l’Elan Béarnais et je vais honorer ma dernière année de contrat. Mais il est vrai que je ne suis pas resté insensible à leur intérêt.

Est-ce que tu pourrais envisager de rester à Pau toute ta carrière ?
Je suis hyper épanoui à Pau. Que ce soit le cadre de vie et le club, ça me plait énormément. Le jour où je ne trouverai plus mon intérêt sportif ou économique dans ce club, peut-être qu’il sera temps d’aller voir ailleurs. Et ça pourrait être intéressant. Mais je n’ai aucune raison de partir.

Crédit photo : F.Blaise

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.