ITW Loic Akono : « On a tous envie de continuer ensemble »

Le marathon de la saison régulière, le titre, la montée… Loic Akono est revenu avec nous sur la saison historique de Boulogne sur mer.

Loic-Akono-largePour Boulogne sur mer, la (longue) saison 2013-2014 est sur le point de toucher à sa fin ce vendredi avec la réception de Poitiers. Si le titre et la montée en Pro A sont déjà acquis, les Boulonnais, à l’instar de Loic Akono, veulent finir l’exercice sur une bonne note. Histoire de conclure par la meilleure des façons une saison sur laquelle est revenu avec nous le meneur. Entretien.

BasketActu : Trois jours après le titre et la montée est-ce que tu es descendu de ton nuage ?
Loic Akono : Je ne suis s encore redescendu et j’ai envie de rester sur mon petit nuage. J’ai envie de savourer encore surtout qu’il nous reste encore un match à domicile. C’est là que l’on va vraiment fêter le titre.

BasketActu : Face à Evreux, le match a été très serré; c’est la perspective du titre qui a aidé l’équipe à aller chercher le match ?
LA : Bien sûr. On a fini sr un petit score (50 à 47), je crois que c’est même le plus petit score depuis le début de la saison. Au bout il y’avait le titre et ça nous a permis de tenir. Mentalement on est, je pense, resté fort mentalement et bien ensemble.

BasketActu : Avant la rencontre l’équipe a-t’-elle ressenti de la pression de la part des supporters, des médias… ?
LA : Je ne pense pas que l’on ait eu une certaine pression mais on était conscient de l’enjeu du match. On savait que si on gagnait on était champion. Au sein du groupe on ne s’était pas mis la pression, on s’était juste dit qu’on allait faire le job à Evreux. Et puis on l’a fait et c’est énorme.

BasketActu : Le titre est-il d’autant plus valorisant cette année quand on sait que la saison s’étendait sur quarante-quatre matchs ?
LA : C’est valorisant parce qu’on a été leader du début jusque la fin. Ca n’était pas facile de garder cette première place avec ce nombre de match. La seule fois où on n’a pas été leader, c’était à la trêve. Mais on l’a toujours accroché, on a été ex-aequo avec Chalons. Mais c’est sûr qu’avec le nombre de match cette saison tout le monde pensait qu’on allait craquer et je pense que c’est très valorisant d’avoir été aussi fort mentalement.

BasketActu : Qu’est ce qui vous a aidé à tenir mentalement toute la saison avec cette étiquette de premier sur le dos ?
LA : C’était dur mentalement mais on s’est accroché à un but précis. A partir du moment où on a vu qu’on pouvait gardé cette première place on est resté super soudé. Dans notre groupe on ne s’est jamais éparpillé; on est toujours resté tous ensemble même quand on a eu un coup de moins bien pendant la saison. Je pense que c’est ça qui a permis d’aller accrocher cette première place.

BasketActu : L’équipe a pensé au titre dès le début de la saison ou il y’a eu un déclic par la suite ?
LA : Je ne vais pas mentir mais tôt dans la saison on s’était dit qu’il y’avait un truc à jouer. On ne pensait pas au titre. A la vue de notre pré-saison, on se disait que l’on avait un bon groupe, une belle équipe. Après on s’était dit que l’on allait accrocher les playoffs. Je pense que c’est au bout de dix/quinze journées quand on a vu que l’on était toujours premier qu’il y’avait moyen. Notre objectif de début de saison c’était de finir dans le Top 3.

BasketActu : On a pu voir cette saison que l’alchimie s’est très vite créée; ça a été votre atout numéro un ?
LA : C’est sûr. n prend beaucoup de plaisir, on se connaissait tous plus ou moins d’avant. La pré-saison ne nous avait pas trop aidé parce qu’ils nous manquaient les Américains au début de saison; il y’a eu des problèmes de visa et d’autres petits problèmes par-ci par-là. Après on a eu une bonne cohésion, on s’est tous très bien intégré, les coaches nous ont très bien intégré, surtout que c’était un nouveau groupe. Ils n’ont pas douté de nous, on a bien bossé et après les résultats sont venus. On voit que dans les groupes qui vivent bien, ça fonctionne bien.

BasketActu : Tu parlais du staff mais quel est le rôle de Germain Castano, le coach, dans ce parcours ?
LA : C’est à lui que revient le titre. C’est lui qui a construit l’équipe, qui nous a ramené ici. C’est lui qui nous a mis en confiance dès le début. Je sortais d’une très mauvaise saison, Medhi Cherriet qui est arrivé de Boulazac n’avait pas beaucoup de temps de jeu, Junior Mbida pareil… C’est lu qui nous a remis en confiance, nous a relancé. Franchement tout l’honneur revient à Germain Castano. Je n’ai rien à dire sur ce coach; dans ma carrière c’est le meilleur coach avec lequel j’ai joué.

BasketActu : Ce que tu as vécu cette saison avec Boulogne ressemble-t’-il à ton parcours avec Nanterre ?
LA : Il y’a trop de similitudes. Nanterre qui est parti de rien, ils ont remonté toutes les divisions pour arriver au plus haut niveau… c’est pareil pour Boulogne. La saison que j’ai passé à Nanterre durant laquelle on est monté, c’était un truc de ouf, il y’avait une cohésion, des gars vraiment en or. Ici c’est pareil, j’ai senti les choses comme lorsque j’étais à Nanterre. A Nanterre c’était une montée historique, ici c’est pareil aussi. Je me suis senti comme si j’étais à Nanterre et c’est pour ça, je pense, que j’ai évolué, que j’ai pu jouer un bon basket.

BasketActu : Cette aventure donne-t’-elle envie au groupe de continuer l’an prochain en Pro A ?
LA : C’est super important de garder une ossature. Après il faut recruter malin mais on a tous envie de continuer ensemble. On prend du plaisir à jouer ensemble, on connaît les qualités et les défauts de chacun; ça serait qu’une grosse partie de l’effectif reste.

BasketActu : Il y’a aussi des joueurs comme toi ou Stephen qui ont sûrement des choses à prouver avec ce retour en Pro A…
LA : Je pense avoir fait un bon petit parcours en Pro B. J’ai deux montées, deux titres à mon actif. J’ai assez prouvé de choses en Pro b: maintenant j’aimerai bien aller en Pro A et aller me frotter à des gros meneurs, ricains et français comme Andrew (Albicy), Antoine (Diot)… Je veux prouver que je peux jouer à ce niveau-là.

BasketActu : Avant de retrouver la Pro A, il reste ce match face à Poitiers à domicile; à quel style d’ambiance t’attend-tu ?
LA : A Evreux il y’avait déjà 250/300 personnes. Là vraiment ça va être énorme d’autant plus que tout le monde sait que l’on est champion; ça n’est pas comme si on jouait le dernier match avec de la pression. On va se décontracter, on va jouer le match déjà pour le gagner parce que ce serait bon de terminer la saison sur une bonne note. Et après ça sera la fête; tout le monde nous attend et tout le monde est impatient.

Crédit photo : Claire Macel

 

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.