ITW Mam Jaiteh : « Défensivement les coachs sont très très exigeants avec nous »

Mam Jaiteh est revenu avec nous sur l’importance de la progression en défense de Nanterre et comment il utilise l’expérience Euroleague pour s’améliorer.

Jaiteh JosephBasketActu : Face à Kiev c’était vraiment une grosse victoire…
Mam’ Jaiteh : C’est vraiment une très très grosse victoire et on en est heureux. Je pense que le public l’est aussi et tout le basket français. On avait passé la semaine à préparer ce match et les consignes on les a très bien appliquées. C’est à l’image du travail que l’on a fait.

BasketActu : Il y’a eu de une baisse de concentration sur la fin de match; est-ce-que Pascal vous en a parlé après ?
MJ : Dans les vestiaires, avant de nous féliciter ça a été la première chose sur laquelle le coach a voulu attirer l’attention. Notre petit relâchement en fin de match on est peut-être nouveaux en Euroleague mais on sait que le pointaverage compte énormément. Il nous a quand même reproché cela. Mais je pense qu’il faut quand même retenir la victoire malgré cette petite erreur-là.

BasketActu : La défense devient la marque de fabrique de Nanterre; c’est surtout ça qui vous a aidé face à Kiev ?
MJ : J’ai toujours connu Nanterre comme une équipe réputée pour être résolument offensive. Mais moi depuis que je suis arrivé c’est plutôt l’inverse. Pas totalement car on est toujours très bon offensivement mais défensivement les coachs sont très très exigeants avec nous. Tout le monde est logé à la même enseigne. C’est un peu une de nos forces cette année; les peu de moments où on n’est pas bien offensivement la défense permet de faire en sorte de ne pas prendre d’éclat.

BasketActu : Est-ce-qu’il y’avait des consignes particulières notamment pour tenir Darjus Lavrinovic ?
MJ : On a eu la chance d’avoir une semaine assez atypique par rapport à nos deux matchs par semaine. On a eu quasiment une semaine d’entraînements donc on s’est beaucoup focalisé sur Lavrinovic qui est l’un des meilleurs marqueurs d’Euroleague.  On savait que c’était un peu leur plaque-tournante, quand ça n’allait pas ils jouaient beaucoup sur lui. Nous on avait vraiment pour but de le limiter un maximum car on sait que ce joueur a beaucoup de qualités, qu’il allait beaucoup marquer. A l’image de l’équipe il a été déstabilisé.

BasketActu : L’intensité apportée par les rotations est-elle l’autre gros plus ?
MJ : C’est la solidarité. On est douze joueurs. On sait que personne ne jouera spécialement trente minutes. Chacun sait qu’il va jouer son temps de jeu, qu’il faut se donner à fond. Du coup ça permet de rester sur la même dynamique, sur la même constance. C’est le luxe d’être douze.

BasketActu : Comment juges-tu ta progression et comment te sers-tu pour ça de l’Euroleague ?
MJ : J’utilise l’Euroleague pour prendre beaucoup d’expérience, c’est-à-dire que d’un côté je joue mais de l’autre j’observe également énormément. Quand je ne démarre pas les matchs je regarde beaucoup comment font Jo et les autres intérieurs parce que c’est différent de ce que l’on voit en Pro A. J’essaye de beaucoup enregistrer ça pour mon expérience personnelle et j’essaye de le reproduire après à l’entraînement puis en match plus tard.

 

Crédit photo : Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.