ITW Mamoutou Diarra : « Il y’a quelque chose à faire »

Premier mvp de la Leaders Cup Pro B, Mamoutou Diarra entend bien viser plus haut qu’une qualification en playoffs avec Antibes.

Il ne connaissait pas la Pro B mais l’ailier Mamoutou Diarra s’y est très vite acclimaté. Arrivé l’été dernier à Antibes, il a remporté avec les Sharks la première édition de la Leaders Cup Pro B dont il a terminé mvp. Mais pour « Le Parrain » il n’est pas question de se contenter uniquement de cela. Entretien.

BasketActu : A froid comment tu analyses cette victoire en finale de la Leaders Cup Pro B ?
Mamoutou Diarra : Notre objectif avec Antibes c’était déjà d’atteindre les playoffs. La Leaders Cup c’était du coup un accélérateur de l’objectif. A la base ce n’était pas une priorité du championnat. C’est symbolique dans le sens où c’est la première édition. Ça c’est bien. Après ça n’enlève rien au fait que cette année le championnat soit très ouvert. Ce succès en Leaders Cup va nous permettre de voir la saison différemment. On aura plus de temps de se préparer sachant qu’on est déjà qualifié pour les playoffs.

BasketActu : En parlant de première, tu seras aussi le premier mvp de cette compétition ; c’était important pour toi de montrer que tu es toujours là ?
MD : Ma carrière est plus derrière que devant moi mais c’est une façon de dire que je suis encore là. Il y’a des restes ; j’ai encore envie de jouer.

BasketActu : La Leaders Cup est un objectif qui est venu progressivement ?
MD : C’est venu au fur et à mesure car notre objectif premier c’est le championnat. La Coupe de France et la Leaders Cup ça n’était pas une priorité. C’est venu quand on a gagné un/deux matchs. Quand tu arrives après en quart, demi, tu ne peux que jouer à 100% la compétition. Et notre objectif des playoffs on l’a atteint plus rapidement que prévu.

BasketActu : Est-ce-que tu as ressenti que la victoire pouvait être importante pour le club après la saison difficile qu’il a vécu l’an dernier ?
MD : C’est vrai que c’était important pour pleins de choses. L’an dernier le club avait connu une montée puis une descente. Au niveau de la gestion ce n’était pas trop ça ; c’est d’ailleurs pour ça qu’on a pris un match de suspension. Il y’a eu des joueurs coupés, très peu de matchs gagnés dans la saison… Il fallait effacer cette image par d’autres moyens. Il y’a une nouvelle équipe qui a été construite, il faut refaire venir les supporters, les sponsors… Avec un trophée forcément les choses changent même si on n’efface pas tout avec un trophée.

BasketActu : Ce trophée peut-il être un moteur pour aller chercher d’autres choses plus haut ?
MD : Bien sûr. Après avoir vu toutes les équipes pendant la phase aller, je persiste à dire qu’il y’a quelque chose à faire. Je ne sais pas quoi mais on est là pour le faire.

BasketActu : Après la victoire Junior Mbida expliquait qu’il y’avait un respect mutuel entre jeunes et anciens ; c’est une chose que tu ressens aussi ?
MD : On le ressent tous les jours. C’est un pari que le club a fait de prendre des joueurs de moins de vingt-cinq ans et de plus de trente ans, d’essayer de trouver une alchimie entre jeunesse et expérience. La mayonnaise a pris. Il y’a un bon équilibre dans l’équipe et c’est ça qui fait notre force.

BasketActu : Le rôle de grand-frère c’est quelque chose qui te plait ? Les plus jeunes sont en demande de conseils par rapport à ton expérience ?
MD : Les jeunes ont soif de ça. Ils sont très demandeurs par rapport à plusieurs choses sur et en-dehors du terrain. Ils me demandent souvent de raconter mon expérience. Sur le terrain c’est plus au niveau technique. Je leur transmets ce que je sais. Ça me plait d’avoir ce rôle d’encadreur, de grand frère. Je leur transmettrais tout ce que je peux car c’est ce qu’on a fait pour moi. Je suis là aussi pour ça.

BasketActu : Ce rôle tu l’as aussi à travers ton association « Courte Echelle » ; est-ce-que tu peux nous en parler ?
MD : Elle évolue bien. On est en train de préparer le camp numéro 2 avec mes frères. Il y’a déjà eu un rassemblement qui n’était pas sportif avec un cabinet d’avocats pour les jeunes afin de donner des conseils et de l’écoute. Il va y avoir un autre évènement avec les mêmes avocats le mois prochain. Tout ce qu’on a dit qu’on allait mettre en place est en train de se faire. L’association elle avance très bien. J’espère qu’elle va grandir comme on le souhaite.

BasketActu : Tu parlais juste avant de la possibilité d’avoir plus de temps pour travailler avec l’objectif atteint des playoffs ; dans quels domaines l’équipe peut encore progresser ?
MD : On peut tout le temps progresser mais vu que l’on a moins la pression de l’objectif on pourra se permettre de se focaliser sur des détails, du travail individuel pour les jeunes, peut-être un peu plus de repos pour nous ce qui nous permettra d’arriver en playoffs avec un maximum de bagage et de préparation. Après il ne faut pas tomber dans le piège de se relâcher et de ne plus jouer. Il faut se remettre au travail. Il faut continuer à avoir un certain niveau d’exigence pour arriver à 100% en playoffs.

BasketActu : Pour l’instant ta saison est plutôt réussie individuellement et collectivement ; ça peut t’inciter à continuer au-delà de cette saison avec le club ?
MD : J’ai déjà des petits contacts mais on n’en est pas encore là. La priorité c’est la concentration sur Antibes. Avec Ayité (Ajavon, son agent) on discute beaucoup, on l’a beaucoup fait avant que je n’atterrisse à Antibes. Je ne connaissais pas du tout la Pro B mais le discours et le plan d’Antibes m’ont plu. Pour l’instant je n’ai signé qu’un an. Pour l’année prochaine il y’a plusieurs paramètres à prendre en compte mais si ça se passe bien, ça peut être une éventualité.

Crédit photo : F.Blaise

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.