ITW Paul Lacombe : « Partir à l’étranger m’a toujours donné envie »

Nommé pour le titre de MVP de Jeep Élite, Paul Lacombe réalise sa meilleure saison en carrière. Le Monégasque évoque pour nous la saison de la Roca Team avec l’arrivée d’Obradović, mais aussi son avenir et la prochaine Coupe du Monde.

L’AS Monaco dispute ce samedi sa dernière rencontre de Jeep Élite de la saison contre Antibes. La Roca Team impressionne par sa forme époustouflante (15 victoires sur les 16 derniers matches de Jeep Élite) qui coïncide avec l’arrivée du nouvel entraîneur Saša Obradović. Paul Lacombe est le leader de l’équipe monégasque et réalise sa meilleure saison statistique en carrière (11,7 points de moyenne). Une excellente saison qui lui a valu d’être nommé parmi les cinq prétendants au trophée de MVP de la saison de Jeep Élite. Après les playoffs Paul Lacombe, en fin de contrat, devra choisir sa destination pour la saison prochaine, avant de peut-être s’envoler pour la Chine avec l’Équipe de France en août. Rencontré après un entraînement, le Monégasque évoque pour nous de nombreux sujets autour de lui.

L’ASM a connu un changement d’entraîneur après le départ de Saša Filipovski et l’arrivée de Saša Obradović. Qu’est-ce que le nouvel entraîneur a apporté à Monaco ?
Paul Lacombe : Le coach s’est adapté à chaque joueur, il a basé ses tactiques sur la qualité propre à chacun des joueurs. Il a compris que l’on était une équipe qui va vers l’avant, ça c’est encore plus vu avec Dee Bost qui est arrivé et pousse vraiment les ballons en attaque. Les principes de jeu du coach correspondent davantage à notre style qu’avec ceux de Filipovski. Obradović c’est l’école serbe : de la rigueur.

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné avec Saša Filipovski en début de saison ?
Je continue de penser que c’est un très bon entraîneur mais il est arrivé avec ses principes de jeu sans vouloir les adapter au championnat français et à notre jeu qui est très porté vers l’avant. Il est mort avec ses principes de jeu.

Tu as connu des entraîneurs français et étrangers, est-ce qu’il y a une différence dans les entraînements, le coaching, la relation ?
Obradović a apporté de la rigueur comme la plupart des entraîneurs serbes ou qui viennent de cette région (ndlr : les pays Balkans) que j’ai pas mal côtoyé durant ma carrière. Ça peut paraître dur, il est très sévère mais c’est comme ça que l’on peut s’améliorer. Contrairement aux coaches français en général, il va plus en demander aux joueurs titulaires et non pas aux joueurs moins utilisés.

Tu réalises ta meilleure saison personnelle statistiquement, penses-tu aujourd’hui avoir atteint ton meilleur niveau ?
Je n’espère pas avoir atteint mon meilleur niveau, j’ai progressé et je suis dans la meilleure forme de ma carrière. Je vais arriver dans la force de l’âge à 30 ans, c’est souvent là où on est le meilleur. J’espère bien progresser dans les deux prochaines années. Quand je vois des joueurs comme Amary Sy à 37 ans qui continuent à progresser, je sais que je peux aussi le faire.

Comment réagis-tu à ta nomination pour le titre de MVP de Jeep Élite ?
Je suis content de cette nomination et je pense avoir mes chances. Sans être arrogeant je sais que je fais une très bonne saison. Il y a de la concurrence par rapport à des joueurs comme Youssoupha Fall (Strasbourg) qui porte son équipe ou David Holston (Dijon), qui fait fantasmer par sa taille (1,67m). Si on finit deuxième du championnat ça va aussi m’aider.

On a vu sur les réseaux sociaux ton style original, la mode c’est une passion en dehors du basket ?
C’est quelque chose qui me plaît. Je n’ai pas toujours l’occasion de m’habiller comme je le veux, c’est souvent un survêtement après l’entraînement. Ma femme aussi apprécie ce style et essaye de me trouver des pièces. C’est en quelque sorte un moyen de se démarquer. Pour la cérémonie des trophées LNB je prépare quelque chose qui devrait être sympa. (sourire)

Imaginons : Monaco est mené à la mi-temps de 10 points, quel joueur va prendre la parole pour parler à l’équipe ? Est-ce que les joueurs plus expérimentés, comme Amary Sy, ont des rôles importants en dehors du terrain ?
Si l’équipe est en difficulté c’est Dee Bost qui prend la parole dans le vestiaire. Il ose prendre la responsabilité de parler et ce rôle lui va aussi bien. Amara Sy même s’il ne joue pas toujours il se fait écouter par tout le monde. C’est toujours bien d’avoir des joueurs d’expérience avec de la sagesse.

Samedi pour le dernier match de saison régulière Monaco se déplace à Antibes, comment l’équipe aborde ce derby ?
C’est une répétition générale avant les playoffs. Ça va nous faire du bien d’avoir un match comme ça avec de l’intensité, sinon l’équipe aurait pu en quelque sorte s’endormir avant les playoffs. C’est un moyen pour nous de rester concentré avant les playoffs. On l’a vu l’année dernière c’est un derby où c’est difficile de jouer à Antibes. Ils vont jouer leur dernier match en Jeep Élite avant sûrement deux ans. Et on a aussi la deuxième place du championnat à sécuriser.

Monaco a beaucoup de mal en finale de playoffs ces dernières saisons, est-ce qu’il y a une explication ?
Il y avait une espèce de conspiration de l’arbitrage contre le club et l’équipe et je pense que l’on s’énervait beaucoup trop, ce qui nous faisait sortir de nos matchs. Avec Obradović j’ai l’impression que cet état d’esprit est parti.

Quel est l’objectif du club pour les playoffs cette saison ?
On fait partie des quatre clubs qui se détachent. Il y a l’ASVEL même si sur les dernières années ils ont eu des résultats en dents de scie, Strasbourg aussi que je connais bien (NDLR : il y a joué durant quatre saisons), et Le Mans qui est le champion en titre.

Tu es en fin de contrat cet été, est-ce que tu penses rester à Monaco ? Quels sont les critères qui vont guider ton choix ?
Pour l’instant j’ai la tête en mode playoffs. Je me plais bien à Monaco, l’arrivée de Obradović va également dans ce sens. Le confort familial est aussi important. Partir à l’étranger m’a toujours donné envie, découvrir autre chose, j’y pense. Aujourd’hui dans ma situation j’ai beaucoup de chance de trouver quelque chose qui me va bien à l’étranger.

Tu as participé aux matches de qualification de l’Équipe de France pour la Coupe du Monde, comment s’est passé cette aventure ?
C’était exceptionnel je suis très fier de porter le maillot de la France, c’est une fierté. Je trouve que l’on a fait de très bons résultats dans la campagne de qualification avec une équipe majoritairement composée de joueurs issus du championnat français.

Est-ce que quelque part tu seras déçu de ne pas être convoqué pour la Coupe du Monde ?
Ce sera compliqué il y a beaucoup de joueurs talentueux. Si je ne suis pas sélectionné cela voudra dire que le joueur devant moi sera plus talentueux. La France a aujourd’hui beaucoup de joueurs de talent, et dans les années à venir ce sera encore plus impressionnant en qualité. Mais je m’attends au moins à être appelé pour les matches de préparation pour la Coupe du Monde.

Crédit photo : DR

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.