ITW Philippe Hervé : « Il faut garder beaucoup d’humilité »

Préparation, perspectives pour la saison 2013-2014…Philippe Hervé a fait le point avec nous sur l’actualité de l’OLB.

hervé orléans9e à l’issue de la saison 2012-2013, Orléans n’est pas passé loin des playoffs. Pour cette saison, le club, à l’image de son entraineur Philippe Hervé dont ce sera la dernière année dans le Loiret, fait preuve d’humilité mais le technicien l’affirme, cela n’empêchera pas l’OLB de se montrer ambitieux.

BasketActu : Quel premier bilan faites-vous de la préparation ?
Philippe Hervé : On a repris tardivement, plus tard que la majorité des équipes. Jusqu’à maintenant on a eu peu d’entrainements basket. Pour autant, sur le contenu des séances c’est très satisfaisant en termes d’investissement de chacun, d’écoute. Par contre on a constaté la blessure d’un joueur majeur avec Chris Hill qui, malheureusement nous amène à trouver au plus vite un pigiste médical parce que l’on pense qu’il sera absent à minima jusque fin octobre.

BasketActu : Cette blessure fait suite aux nombreuses intervenues l’an dernier; face à une telle avalanche est-ce-que l’on cherche des explications rationnelles ?
PH : Il faut faire attention qui plus est sur un geste totalement anodin, qu’il a répété 10 000 fois, un joueur qui n’a jamais eu la moindre blessure… Il a peut-être eu une faiblesse passagère car il faut savoir qu’il a eu une opération début août au niveau du cou. Est-ce-que ça a fragilisé le haut du corps ? Parce que là c’est totalement anodin. Normalement on ne se blesse pas sur un geste comme il a fait. On ne va pas associer ça avec la saison dernière. Il ne faut pas non plus tout changer. Par le passé, on était quasiment une des équipes dans laquelle il y’avait eu le moins de blessés et là en l’espace d’un an on a tout eu. Ca ne commence pas très bien mais on va dire que c’est mieux que ça arrive maintenant qu’en plein mois de novembre. Là ça nous laissera un peu de temps pour trouver une solution sur du court terme.

BasketActu : Le fait de ne pas avoir d’Europe cette année ça peut vous faciliter le travail pour le championnat ?
PH : On aura des temps de travail plus importants. Maintenant comme on le dit toujours les joueurs aiment bien jouer sinon les semaines d’entrainement sont longues. Donc on verra bien mais l’Europe on l’avait puisqu’on nous a proposé de la jouer. Il y’avait la défection de Roanne mais le club a préféré ne pas s’engager dans la compétition de l’Eurochallenge.

BasketActu : Pourquoi avoir fait ce choix ? Vous, le staff et vos joueurs avez été consultés ?
PH : Non. Je pense que c’est une décision avant tout financière qui explique la non-décision du club de disputer l’Eurochallenge. Ca ne m’aurait pas gêné de la jouer, les joueurs aussi. Mais après dans les décisions prises il n’y a pas toujours d’orientations sportives qui sont données.

BasketActu : Est-ce-que ce qu’il ne manque pas aussi au développement du club ça n’est pas cette fameuse Arena ?
PH : C’est évident que l’on a beaucoup parlé d’Orléans et de son projet il y’a quatre/cinq avec l’annonce de l’Arena en 2010, voir 2012 au plus tard. On a un peu surfé là-dessus, ça a suscité un véritable engouement avec en plus des résultats sportifs qui sont venus très très vite. Depuis 2010 on va dire que le soufflé est un peu retombé. Malheureusement l’Arena est décalée dans le temps. Est-ce-qu’elle verra le jour ou pas ? Aujourd’hui je suis incapable de répondre. On avait envisagé en parrallèle de ça, dans l’attente de l’Arena, le Zénith, une salle de 5000 places. Et puis on y joue de moins en moins pour des raisons, je crois, financières. Aujourd’hui la dynamique d’Orléans s’est un peu essoufflée par rapport au projet. Mais il faut essayer sportivement de maintenir une bonne dynamique.

BasketActu : La saison 2013-2014 sera votre dernière avec l’OLB; est-ce-que vous avez du coup une motivation particulière ?
PH : Non; c’est une dernière année mais pour autant la motivation elle est là. C’est sûr que j’aimerai bien clotûrer ce cycle de neuf ans, c’est une durée importante pour un entraineur, par une note positive. Les deux dernières saisons sont bonnes. L’année dernière elle l’est parce que dans les circonstances que l’on a vécu, finir sur un bilan équilibré c’était très très bien. La saison précédente on était dans le Top 3 du championnat. Finir bien aujourd’hui pour nous c’est plus accéder aux playoffs que de pouvoir objectivement aller jouer un titre ou une finale comme on a pu le faire il y’a trois/quatre ans. Aujourd’hui la compétitivité est très très forte dans le championnat. Les clubs ont des moyens plus importants, des effectifs sur le papier qui présentent mieux. Mais pour autant on aura quand même l’ambition d’aller bousculer un peu la hiérarchie comme on pouvait l’avoir au tout début de l’aventure quand on avait accédé à la Pro A.

BasketActu : Un parcours comme celui de Nanterre peut-il permettre d’être plus décomplexé ?
PH : J’ai envie de dire qu’Orléans l’a fait par le passé sans être champion mais vice-champion de France. Des finales on en a joué pas mal à une période alors que l’on était un jeune club dans l’élite au même titre que Nanterre l’est aujourd’hui. Ca vient simplement confirmer qu’aujourd’hui tout est possible dans notre championnat. Aujourd’hui vous avez à minima quatorze équipes qui peuvent prétendre aux playoffs sur le papier. Il y’aura pas mal de déçus à la fin donc c’est pour ça qu’il faut garder beaucoup d’humilité dans ce championnat. Oui on peut envisager les playoffs mais il faut aussi dans le même te:mps envisager le maintien. C’est marrant, étonnant de le dire mais c’est la réalité. Mais humilité ne veut pas dire que l’on manque d’ambition. C’est valable pour Orléans.

 

Tags : ,
Comments

Commentaires (2)

  1. GW

    Il se transforme progressivement en Guy Roux, l’ami Hervé.

    Cet entraineur « humble mais ambitieux », dont le club a preferé snobé la coupe d’europe par manque de moyens (parce que la JDA est plus riche ?) est le plus gros salaire de Pro A.

    De la langue de bois, « tout est possible », aucun objectif affiché, toutes les équipes de Pro A se valent.

    Voila les ambitions du « meilleur » entraineur de Pro A…

  2. Mou

    la saison de la descente pour l'olb?