ALL STAR GAME

ITW Randal Falker : « Prouver que je restais un bon joueur »

Pour Randal Falker, la saison 2013-2014 aura marqué son retour au premier plan après un séjour délicat en Turquie.

Falker-GobertOn peut être un pivot de seulement 2m01, ne pas être l’un des meilleurs scoreurs de la division (avec 11,2 points de moyenne), ni l’un des joueurs les plus flashys mais être toutefois élu MVP étranger de Pro A. C’est ce qui est arrivé pour Randal Falker qui a coiffé sur le fil le chalonnais AJ Slaughter. Pourtant rien n’était gagné d’avance car l’intérieur US sortait d’une saison compliquée en Turquie avec le Besiktas juste avant de rejoindre Nancy. Alors au tout début de l’année l’hypothèse de terminer MVP, ou encore meilleur contreur, n’était pas vraiment présente dans son esprit…

« Mon objectif en début de saison était juste de bien jouer au basket et me prouver à moi-même et aux autres que j’étais un bon joueur. Après cette saison au Besiktas c’était important pour moi de prouver. C’est assez difficile de revenir et refaire le job. J’avais dans la tête de prouver à tout le monde que la saison passée était une erreur et que je restais un bon joueur ».

Force est de constater que l’objectif est atteint. Avec ses 11,2 points et 9,3 rebonds de moyenne, Randal Falker s’est très vite imposé comme l’un des leaders de l’équipe lorraine. Et ce succès, l’ancien choletais estime le devoir en grande partie à son entraîneur Alain Weisz.

« Si je réussis avec Nancy c’est d’abord parce que coach Weisz m’a simplement dit de jouer. Je n’avais jamais eu un coach qui m’avait dit de davantage shooter (il rigole). Mais je dois aussi remercier tous mes coéquipiers qui ont toujours cru en moi et c’est pour ça aussi que j’ai été dans les nominés pour le titre de MVP. Mais ça n’est que le début, il nous reste encore plusieurs objectifs. Dès demain (aujourd’hui) on retourne à l’entraînement ».

Car le Sluc Nancy a une finale de Coupe de France ce dimanche face à la JSF Nanterre à préparer.

« Ils veulent gagner, nous aussi. Ca ne sera pas une revanche sur le championnat (Nanterre a gagné les deux oppositions, ndlr), on veut juste essayer d’être la meilleure équipe. Il faudra que l’on reste concentré car tellement de choses pourront se passer ».

Si les Lorrains venaient à ne pas décrocher la Coupe de France, leur saison ne serait pas terminée pour autant avec à suivre les playoffs face au Paris Levallois qui débuteront ce mardi à Gentilly, le Sluc ayant l’avantage du terrain. Falker en est un habitué puisqu’il les avait déjà disputé lors de son séjour choletais sous les ordres d’Erman Kunter. Un coach qu’il retrouvera l’an prochain, ce dernier s’étant engagé avec Le Mans.

« Ca sera fun de jouer contre lui, très intéressant. J’ai beaucoup de respect pour lui ».

Crédit photo : LNB / IS / Bellenger

 

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.