ITW Ruddy Nelhomme : « Sékou Doumbouya est déroutant »

Entraîneur de Sékou Doumbouya à Poitiers, Ruddy Nelhomme a évoqué avec nous le potentiel de l’ailier.

Surclassé avec les U18 alors qu’il n’a pas encore 16 ans (il les aura le 23 décembre), Sékou Doumbouya (2m05) détonne. Alors que les Bleus jouent en fin d’après-midi leur 1/2 finale de l’Euro face à l’Italie (18h45 sur la chaîne youtube de la FIBA), l’ailier y a grandement contribué en tournant à des moyennes de 19,8 points (deuxième meilleur total de la compétition) et 7,5 rebonds par match. Son quotidien c’est aussi le Poitiers Basket 86 en Pro B avec qu’il a entamé cette année sa carrière professionnelle. Ses débuts sont d’ailleurs prometteurs (3,6 points et 1,7 rebonds de moyenne en 11 minutes). Pour son entraîneur Ruddy Nelhomme, ses statistiques ne devraient qu’aller en s’améliorant à la vue de ce qu’il donne au quotidien à l’entraînement. Entretien.

BasketActu : Sékou Doumbouya vous a-t’-il surpris à son arrivée à Poitiers ?
Ruddy Nelhomme : C’est un joueur qui nous a tout de suite impacté dans sa façon d’être. Il est déroutant parce qu’il est capable de faire pleins de choses sur le terrain; il a un abattage physique énorme. On le connaissait déjà car on l’avait vu en minime quand il jouait à l’époque avec Fleury. C’est quelqu’un qui a énormément de volume dans le jeu. Il est capable de jouer à différents postes : 2,3 et 4. Il a cette qualité de winner, de savoir quoi faire sur le terrain pour gagner. On essaye de le faire progresser sur le shoot car c’est quelque chose qu’il doit vraiment continuer à travailler comme les autres secteurs de jeu.On est très content de l’avoir avec nous cette année à Poitiers.

france-u18BasketActu : C’est un joueur que l’on coache différemment du fait de son jeune âge ?
RN : On essaye de le coacher comme les autres; je n’ai pas de barrières par rapport à l’âge. C’est-à-dire que si le joueur montre à l’entraînement qu’il est capable de jouer après en match il joue. Il connaît un peu le plan de jeu, il sait les erreurs à ne pas faire. S’il en fait deux/trois il va sortir et s’il en fait le moins possible il restera sur le terrain. Mais il nous montre énormément de choses à l’entraînement donc petit à petit il est sur le terrain. Sur les derniers matchs qu’il a fait il a joué 15 minutes, 20 minutes, 15 minutes. J’espère qu’il prendra encore plus d’impact dans les prochains matchs.

BasketActu : Il est l’un des joueurs majeurs des Bleus à l’Euro U18; pouvait-on s’y attendre ?
RN : Je ne vais pas dire que je m’y attendais parce que ça serait un peu prétentieux de ma part. Mais vu le volume de ce qu’il fait à l’entraînement avec des adultes, ce qu’il produit avec nous ça ne m’étonne pas qu’il domine déjà physiquement et athlétiquement. En plus dans le jeu il est vraiment à maturité; il sait quoi faire. C’est un leader naturel; il sait à des moments donnés dire les choses aux autres. Il est très bien dans le groupe, je pense qu’avec les U18 il doit faire la même chose. Et c’est bien pour l’Equipe de France.

BasketActu : Le plus compliqué avec lui maintenant ne sera-t’-il pas de gérer toute la hype qui l’entoure ?
RN : C’est sûr que ça n’est pas simple pour lui d’avoir à gérer ça. On en parle pas mal avec Sékou. le groupe l’aide beaucoup parce que les joueurs autour de lui sont très sains par rapport à ça. Je pense aussi qu’on a une habitude. On a vu passer Evan Fournier; on sait à quel moment les mettre en valeur, ne pas les mettre en valeur par rapport à tout ça; leur aussi ce qu’il faut faire autour au quotidien. Je pense que tous ces antécédents nous permettent de mieux le gérer. Mais c’est quelqu’un qui est très à l’écoute par rapport à ce qu’on lui dit sur le journalisme, la communication, aux réseaux sociaux. Il a envie de réussir donc il écoute sur ce qu’il doit faire par rapport à où il veut aller.

Crédit photo : Ann-Dee Lamour (une)/Fiba

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.