ITW Séraphin : « Les premiers jours, j’étais complètement mort »

De retour de Lituanie avec la médaille d’argent en poche, Kévin Séraphin a aussitôt rejoint sa nouvelle équipe, le Caja Laboral. Le pivot français raconte son arrivée en Espagne.

BasketActu : Après cette belle aventure en Lituanie, l’euphorie est redescendue aujourd’hui ?

Kévin Séraphin : Ouais mais je pense que le fait que je sois vite parti en Espagne joue. Si j’étais à Paris, je serais encore en plein dedans. Mais là, je me suis vite focalisé sur la saison. Après, même ici, les gens me reconnaissent. On a quand même joué la finale de l’Euro, ce n’est pas rien. Et puis contre l’Espagne. C’est une très très belle équipe.

BasketActu : Quel est le joueur qui t’a le plus impressionné ?

KS : Kaman m’a beaucoup surpris. Ça a été l’un des joueurs les plus durs à garder avec les frères Gasol. Mais celui qui m’a vraiment surpris, c’est Tony. C’était carrément ouf. Son niveau de jeu était tellement surélevé. La campagne d’avant, il avait été au-dessus. Mais là il a été très, très fort. McCalebb a été impressionnant aussi, il monte tellement haut sur son double pas. Il a bien aidé la Macédoine en tout cas.

BasketActu : Joakim Noah parlait des différences entre le jeu NBA et le jeu européen. Tu les as ressenties également ?

KS : Oui. L’Europe, c’est beaucoup d’aides défensives et ça change tout. En NBA, tout le monde sait que c’est du 1vs1 la plupart du temps. Mais le système défensif européen fait toute la différence. En NBA, à partir du moment où tu passes ton joueur, tu peux généralement aller au panier. C’est plus tactique en Europe, il y a moins de jeu de transition.

BasketActu : Pas trop dur l’enchaînement Euro – Championnat ?

KS : Je te cache pas que quand je suis arrivé, c’était chaud. Les entraînements étaient bien physiques et je n’ai pas eu le droit à des ajustements, ce qui est normal. En fait, je suis rentré de l’Euro lundi. Je suis arrivé mercredi à 23h en Espagne. Le jeudi matin, entraînement à 8h40, je n’ai jamais vu ça. Fallait être au taquet. On m’avait prévenu mais faut le vivre pour le croire. Je me suis reposé mardi soir vite fait en France mais l’enchaînement était dur. Les premiers jours, j’étais complètement mort. Mais depuis ça va.

BasketActu : Quel a été le discours du coach à ton arrivée à Vitoria ?

KS : A mon arrivée, je lui ai demandé ce qu’il attendait de moi. Il m’a dit : ‘Tout’. Défense, attaque, rebond. Il veut que je sois très présent. Après, c’est forcément basé sur la défense. En attaque en tout cas, on a beaucoup de ballons à l’intérieur. Il y a beaucoup de systèmes pour les postes 5, l’objectif est de mettre le ballon à l’intérieur à chaque fois. Ils ont eu des mecs comme Luis Scola ou Tiago Splitter donc c’est normal.

BasketActu : Tu sors d’une saison NBA où tu as eu très peu de temps de jeu. Là tu retrouves le championnat européen. Est-ce que le fait d’avoir participé à l’Euro t’a facilité le passage du jeu NBA au jeu européen ? Comment s’est passé l’adaptation ?

KS : Clairement ouais. Ça m’a aidé à retrouver mes marques. Le niveau de jeu de l’Euro est ce qui se rapproche le plus du niveau Euroligue. Et on retrouve les mêmes joueurs. L’adaptation a été dure dans le sens où je ne parle pas espagnol. D’habitude je m’adapte assez vite mais là tous les entraînements sont en espagnol. Le coach parle un peu français mais sinon j’ai un assistant qui me traduit tout. Ça n’a pas été facile. Mais là je commence à trouver mes marques et je connais tous les systèmes donc ça va. Et les gars sont vraiment cools.

BasketActu : Le fait d’avoir Thomas Heurtel dans l’équipe, ça doit pas mal aider justement.

KS : Ça aide beaucoup. Rien que le fait d’arriver dans une équipe et de connaître un des joueurs. En plus, c’est un meneur, donc il connaît les systèmes et il m’a bien aidé pour ça. Il m’a tout expliqué. Et puis, c’est chiant de tout le temps parler anglais donc c’est cool de parler français. Il m’a raconté comment ça se passait dans l’équipe, il m’a debriefé. Même pendant le match, dès que je fais une erreur, il me remet dedans et me dit ce qui ne va pas.

BasketActu : J’imagine que vous avez dû parler de l’Euro avec les autres internationaux de ton équipe.

KS : On en a parlé avec San Emeterio un peu, il m’a chambré très vite fait mais c’est cool, ça chambre gentiment. Y’a une bonne ambiance dans l’équipe, on rigole énormément mais ça ne chambre pas beaucoup.

BasketActu : L’Euro t’a permis de te révéler. Tu ressens le changement de statut vis-à-vis de ton coach et de tes coéquipiers ?

KS : J’ai un statut différent maintenant dans le sens où on ne me considère plus comme un jeune. C’est terminé maintenant, je suis comme tout le monde. Bon le coach m’a pris pour apprendre et je sais que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre mais mon statut a changé. Je dois prendre mes responsabilités et c’est quelque chose que j’aime bien.

BasketActu : Tu nous as sorti une très grosse perf face à Lagun Aro l’autre jour.

KS : Physiquement, je me sentais vraiment bien et je suis resté très concentré sur ce que je faisais. J’ai eu beaucoup de ballons à l’intérieur et j’ai su les exploiter. J’ai fait quelques interceptions aussi. Le coach me met en confiance et veut que je joue sans pression. A l’entraînement, je progresse vraiment parce que je ne domine pas l’autre pivot. Et ça se ressent en match après.

BasketActu : Comment tu la sens, cette saison, de ce que tu as vu ? Quelles sont tes premières impressions ?

KS : Je la sens bien. On a vraiment une bonne équipe et ça tourne bien. Quand je suis arrivé, je me suis dit qu’un entraînement, ça allait pas être trop dur et que physiquement ça irait. Mais quand j’ai commencé à jouer avec les autres, je me suis rendu compte que c’était quelque chose quand même. Les mecs sont physiques à tous les postes. Ça m’a surpris parce que je ne pensais pas que ça serait aussi agressif. Ça s’annonce bien si on continue comme ça et qu’on garde le rythme, ça devrait bien se passer.

BasketActu : Y’a un Nancy-Vitoria de prévu dans la saison. Les retrouvailles avec Nico Batum ?

KS : Ouais je l’attends avec impatience ce match. Le but sera bien évidemment de gagner. Ça va me faire plaisir de retrouver Nico et j’imagine que ça va chambrer un peu.

Tags : ,
Comments

Commentaires (4)

  1. Testo

    Très bonne interview. J'aime bien ce que dit Kévin ici, l'aspect très physique, ses nouvelles responsabilités, son adaptation a Victoria, le come back de l'euro… Et il ne parle pas une fois de NBA et du lockout (les questions n'orientent pas dans cette direction aussi).

    J'aimerais beaucoup qu'on retrouve rapidement plusieurs français dans les équipes dominantes d'Euroleague (il y en a déja quelques uns dans des équipes top16). Peut être que Séraphin montrera la voie…

  2. Rahsaan

    Très bonne interview effectivement. Il semble avoir mûri.

  3. jcvd

    ?c'est qui l'autre pivot de l'équipe ?