ITW Yohann Sangaré : « Personne n’avait de propositions du club »

Comme chaque été, Yohann Sangaré était présent sur la tournée de l’association Giving Back. Entre deux actions, il revient avec nous sur son départ d’Orléans et le projet roannais.

BasketActu : On a appris récemment que tu souhaitais faire jouer ta clause de sortie. Pourquoi ce choix de quitter Orléans après la belle saison de l’équipe ?

Yohann Sangaré : Ce n’est pas quelque chose que j’avais prévu. Ça s’est décidé après la fin de saison. J’ai mes enfants et mes parents à Orléans, je n’avais absolument pas prévu de partir comme certains ont pu le dire. A la fin de la saison, j’ai fait le bilan avec le coach et je n’allais pas forcément dans son sens. Je voulais retrouver le poste de meneur et dans son système de jeu, il voulait que je sois meneur et ailier. Je voulais plus de minute à mon vrai poste. J’ai pas mal de matchs qui me sont restés en travers de la gorge dans ce sens mais j’ai accepté parce que nous avions un bon groupe et c’est important pour moi de tout faire pour l’équipe. J’ai accepté de moins jouer à la mène, j’ai fait pas mal de sacrifices. Pour le bien de l’équipe. Après dans ta carrière, il y a des opportunités qu’il ne faut pas louper. J’ai eu des propositions de l’ASVEL et d’autres clubs mais le projet sportif de Roanne m’a séduit.

BasketActu : Qu’est-ce qui t’a attiré précisément ? Tu as discuté avec le coach ?

Y.S. : Bon déjà le coach m’a dit que je jouerai uniquement à la mène et ça c’est important pour moi. Il suffit de voir Amara. Il y a deux ans, il évoluait aux postes 3 et 4 et il a eu une saison difficile. La saison dernière, il a été recentré au poste 4 et il a explosé. Je voulais être repositionné sur un seul poste.

BasketActu : On a l’impression que ton départ d’Orléans s’est mal passé…

Y.S. : Que ce soit pour moi ou pour Georgi, les dirigeants l’ont mal pris. Quand des joueurs sont coupés pendant la saison, comme Zach Moss, c’est vraiment embêtant pour les joueurs en question. Mais personne ne dit rien c’est le business, ça fait partie de notre boulot. Par contre, quand c’est l’inverse, on nous tombe dessus. J’ai trouvé un accord financier pour qu’Orléans n’en pâtisse pas. Je ne suis pas parti comme un voleur. Je n’ai rien à dire de négatif sur Orléans mais l’année prochaine, je n’ai pas envie d’avoir le rôle que l’on veut me donner dans l’équipe. Et puis la force de l’équipe, c’était le groupe. Tout le monde partait donc tu n’as plus forcément la même motivation. Jouer avec Maleye, Cedrick, Amara, Georgi, c’était une des choses qui m’avaient poussé à signer, là les conditions sont différentes.

A la fin de la saison, personne n’avait de propositions du club. Même une pièce maîtresse de l’équipe comme Amara n’a rien eu. Maleye pareil. Marco était sur le départ. Cedrick ne savait pas. Monds n’a pas été resigné. On s’est demandé ce qu’il allait se passer. Personne n’avait de nouvelles et en même temps d’autres équipes se positionnaient sur nous.

Et puis, on était assez déçu de l’image que l’on nous donnait en interne. Une image de banlieusards. Notre façon de jouer n’était pas du tout street. Entendre le coach dire qu’on n’est pas vraiment une équipe de bosseurs alors que sur le terrain, on faisait exactement ce qu’il nous demandait, c’est blessant. En pré-saison, on s’est donné à fond. En matchs comme à l’entraînement. On nous cataloguait par rapport à notre manière de vivre et de fonctionner. Mais on savait appliquer les consignes. En défense, on était solidaire, on écoutait ce que le coach nous disait au millimètre près. On était respectueux des systèmes d’attaque, il n’y en avait pas un qui prenait tous les tirs ou autre.

BasketActu : Ça vient aussi du fait que vous êtes une majorité de joueurs que l’on voit sur le Quai 54 par exemple.

Y.S. : Bah moi je ne l’ai fait qu’une seule fois. Et puis je ne prends pas ça comme un vrai reproche. Ce qui me dérange c’est cette image de joueurs de playgrounds  qu’ils ont voulu nous donner. Je n’ai pas apprécié d’entendre dire qu’on n’était pas une équipe de bosseurs. On ne fait pas la saison qu’on a fait sans bosser. On a gagné de gros matchs à l’extérieur. On ne peut pas avoir les résultats qu’on a eu sans bosser à l’entraînement.

BasketActu : Tu as eu de nombreuses propositions à part Roanne ?

Y.S. : Il y a eu l’ASVEL, Roanne et Le Havre. Après, vu que je n’avais pas l’intention de bouger, je n’avais pas donné de consignes à mon agent. J’ai reçu un coup de fil du coach de Roanne qui était en Serbie. J’ai parlé avec lui du projet sportif et ça m’a plus parlé que celui d’Orléans. Il veut me donner des responsabilités, à la mène notamment. On a parlé du recrutement, il voulait changer ses Américains pour les repositionner sur les postes d’ailiers et pivots. Et puis, il avait déjà recruté Pape, William et Victor avec qui j’ai grandi aussi.

BasketActu : Georgi et Amara vont se retrouver à l’ASVEL. Ça ne te tentait pas ?

Y.S. : Non pas forcément. D’abord, Amara et Georgi ont signé après moi. Et puis j’ai senti que Roanne avait beaucoup plus envie de me prendre. Le coach m’a appelé pour me parler, ça montre qu’il était vraiment intéressé. L’ASVEL m’a vaguement proposé quelque chose. J’ai pris ma décision et je n’ai pas de regret. De toute façon, Roanne-ASVEL c’est à côté donc on se verra.

BasketActu : Tu t’es « renseigné » sur Luka Pavicevic auprès des joueurs qui l’ont eu avant de signer ?

Y.S. : J’ai eu Uche qui m’a dit que c’était un bon coach. Le premier match qu’il a coaché avec Roanne la saison dernière, c’était contre nous et on a largement gagné. Pourtant, Uche m’a dit qu’il faisait du très bon boulot. Quand j’étais à l’ASVEL avec Amara, on avait joué contre lui. Depuis, il a suivi mon parcours. Quand j’ai entendu son discours, je me suis rendu compte qu’il me connaissait très bien et qu’on avait la même idée de ce que je devais bosser.

Le meneur est le relais du coach sur le terrain. Il faut forcément une bonne entente entre le meneur et le coach. Quand les deux sont sur la même longueur d’onde, les choses sont beaucoup plus simples. Je préfère évoluer dans un groupe où je vais avoir des responsabilités et où je vais devoir me donner à 100% plutôt que de naviguer entre les postes 1 et 2 en fonction de ce que les autres feront sur le terrain.

BasketActu : Comme de nombreux joueurs français, tu as signé sur du long terme.

Y.S. : Oui, les équipes qui fonctionnent sont celles qui se construisent sur plusieurs années. On l’a vu avec Chalon. Le collectif soudé leur a permis de gagner de nombreux matchs difficiles. Et Roanne veut vraiment construire. Le coach a signé les joueurs qu’il voulait. Dès la fin de saison, il avait sa base de JFL. Maintenant il faut voir quels Américains ils vont prendre.

Tags :
Comments

Commentaires (20)

  1. MICK

    Bienvenue à ROANNE ….YOHANN va faire une super saison à son vrai poste…

  2. Burt Cassander

    Interview vraiment intéressante.

    J'aime bien le passage :

    "Quand des joueurs sont coupés pendant la saison, comme Zach Moss, c’est vraiment embêtant pour les joueurs en question. Mais personne ne dit rien c’est le business, ça fait partie de notre boulot. Par contre, quand c’est l’inverse, on nous tombe dessus."

  3. MJ

    enfin un joueur qui dit la vérité

  4. bouboul

    sangaré parle trop !

    ya 1 meneur USA en attente !

  5. lexa

    Ouai, sauf que l'image banlieusard c'etait surtout apres les reactions débiles sur le match contre Chlon.

    (ca m'enerve qu'on attaque donne l'image de racaille des qu'un "noir" dérape, mais les Sangaré, Joseph etc..n'ont jamais montrés qu'ils regrettaient leurs propos et ca montre bien qu'ils n'ont pas grand chose dans la tete)

  6. GW

    Encore une petite allusion sur le fait que Pierre Vincent ne parle pas aux joueurs, n'est pas integré directement au process de recrutement de l'ASVEL.

    "Et puis j’ai senti que Roanne avait beaucoup plus envie de me prendre. Le coach m’a appelé pour me parler, ça montre qu’il était vraiment intéressé. L’ASVEL m’a vaguement proposé quelque chose. "

    C'est pas la première fois qu'on lit ce genre de choses…

  7. Boutch

    Bienvenu dans le Roannais Monsieur SANGARÉ !!!!

  8. rasta

    lexa et GM c'est marrant de parlé de Sangaré comme ça. tu dis ses stats mais en sortant du banc , et en jouant un poste qui n'est pas le sien et en jouant bcp moins , il a les meme stats que pellin: ensuite de dire qu'il a rien dans la tete , je crois que vous avez jamais rencontre ce garçon, il est vice president d'une association humanitaire, il passe ses ete et jours de repos a faire des actions en afrique ou dans la france. tres ouvert et disponible (demander aux fans de orleans). enfin bref j'ai pu le voir a plusieurs reprise et l'entendre parlé et de dire qu'il a rien dans la tete je trouve ça petit. Et puis si il est pas bon et que ses stats pique pourquoi pas le laisser partir ????? vs avez pris antoine eito on verra bien ce que sa donne. vous parler du status JFL mais un joueurs 3 fois all star, plus de 20 selection en EDF, qui a jouer a milan bologne ou l'asvel pendant 4 ans a je pense le droit de dire qu'il ne veut pas jouer un poste ou il est pas a l'aise.

    sinon Bienvenu a Roanne nous au moins nous sommes vraiment vraiment heureux de l'avoir parmis nous.

  9. linstit

    Seul la saison à venir dira si son choix est le bon.

    Une chose est sure : il est meneur et a besoin d'avoir la balle en main !

    Super joueur !!

  10. GW

    Oui ca confirme ce que je dis.

    Pierre Vincent demande un profil de joueur et son role s'arrete la.

    Et quand j'évoque projet sportif ca veut aussi role sur le terrain et dans le vestiaire. Et ca il y a que le coach qui peut en parler.

    Bien sur Foirest va donner une vision à moyen terme, parler du projet jeune, des ambitions mais je le vois mal dire à Sangaré "chez nous tu joueras uniquement à la mène et tu auras droit à tant de minutes".

  11. GW

    Annoncer publiquement son départ avant que le club ait négocié une indemnité avec Roanne.

    Ne pas attendre qu'Orléans lui trouve un remplaçant.

    Ce genre de choses.

    Mais Albicy a fait la même au BCM… qui du coup n'a pas prolongé Pape Sy et se retrouve sans meneur !

    Il profite de la pénurié de JFL à son poste, du système JFL en lui même, qui met les français sur un marché parallèle où les quelques 10 meneurs français capables de jouer 30min en pro A auront toujours une porte de sortie quelque soit leur bilan sportif ou leur manière de gérer leur départ…

  12. bouboul le mito

    alors Bouboul!!!! Sangaré c'est toujours un mito. regard l'interview du coach aujourd'hui ou il dit bien que c'est lui le meneur titulaire. et que les americains sont sur les autres poste. un vrais jaloux tu dois etre d'orleans toi c'est sur. jaloux. Sangaré a la chorale c'est super pour nous. toi continue d'aller sur les blog te faire passer pour un gars qui a des infos alors que c'est que du vent. peace menteur