JBAM : « Il faut être collectif et ne pas penser individuellement »

Après la défaite au Havre au Paris Levallois, JBAM s’est montré agacé de voir le même scénario se reproduire à nouveau.

On le sait JBAM n’est pas le genre de joueur à économiser ses efforts quand il est sur le terrain. Pour son retour sur le parquet du Paris Levallois, son ancien club, l’envie était même plus forte qu’à l’accoutumée. Son début de match façon boulet de canon en a été la preuve la plus éclatante. Mais cette énergie on ne la retrouve malheureusement pas pour les Normands chez tous les joueurs, Lawrence Hill en tête. Résultat : malgré une avance de cinq points avant le money-time, le STB Le Havre s’est à nouveau laissé renverser. Un scénario qui se répète et qui agace fortement le colosse JBAM.

L’analyse du match

« Je pense qu’en fin de match on déjoue. On donne des matchs à l’adversaire. A chaque fois on fait de bonnes prestations et à la fin je ne sais pas ce qu’il se passe mais on joue différemment. Franchement ça commence à me prendre la tête énormément. On ne peut pas se permettre de faire des matchs comme ça et de donner la victoire à l’adversaire à la fin. Je pense qu’à un moment il va falloir changer quelque chose, changer notre mentalité en fin de match car on ne peut pas continuer comme ça. On a l’impression que quand une équipe joue Le Havre elle sait qu’au quatrième quart-temps bam on va lui donner le match. A un moment ça commence à saouler. Je pense qu’il faudra dire les choses en face pour qu’on puisse jouer différemment en fin de match ».

Des matchs bêtement gâchés

« C’est ça, on gâche les efforts fournis, surtout quand on revient dans le troisième quart-temps. On fait l’effort pour revenir, pour passer devant. Je ne sais pas ce qu’il se passe. Il y’en a peut-être qui veulent faire le match de leur vie, faire des stats mais à un moment donné il faut être collectif et ne pas penser individuellement. Si on ne change pas notre mentalité on va vers des désillusions. Franchement en tant que joueur âgé de de l’équipe, je n’ai pas envie que ça se passe comme ça. S’il faut dire les choses et remettre des gens à leur place, je prendrais mes responsabilités ça c’est sûr ».

Une défaite plus inquiétante que les autres ?

« C’est sûr que cette défaite elle est inquiétante. Mais toutes les défaites nous plongent vers les bas-fonds du championnat. Si on applique les consignes du coach jusqu’au bout peut-être que l’on sera dans une autre position. On fait les efforts pendant 35/36 minutes, la seule fois où on les a fait pendant quarante minutes on a gagné. Maintenant il faut qu’on se sorte les doigts du cul, pardonnez-moi l’expression. Il faut se dire les choses et crever l’abcès car on ne peut pas continuer comme çà ».

Problème d’individus ou collectif ?

« Quand on regarde la dernière action le coach demande quelque chose et on n’arrive pas à placer le système, c’est qu’il y’a un problème quelque part. Après savoir si c’est un problème d’envie je ne peux pas être à la place des autres. Je pense que si on va dans le même sens pendant quarante minutes on peut faire quelque chose. Ce match était important. Moi je n’étais pas venu à Paris depuis quelques temps et je voulais impérativement repartir avec la victoire. C’est l’équipe qui en voulait le plus, et ça c’est vu sur les cinq dernières minutes, qui a gagné. C’est le sport; il faut savoir accepter les défaites mais celle-là elle passe difficilement ».

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.