Jean-Denys Choulet : « Pitoyable de la première à la dernière minute »

La très lourde défaite à Orléans avait du mal à passer pour Jean-Denys Choulet.

Perdre n’est pas déshonorant quand une équipe donne tout sur le terrain. Mais pour la Chorale de Roanne, ce ne fut clairement pas le cas sur le parquet d’Orléans. Le promu a pris une bonne rouste (105-72), ne montrant pas vraiment qu’elle souhaite se battre pour se maintenir dans l’Elite. Et c’est cette absence de volonté de faire les efforts, particulièrement en défense, qui a fortement agacé Jean-Denys Choulet.

« Pitoyable. De la première à la dernière minute. Sur les matchs à domicile, on a fait trois sur quatre avec une défaite de 6 points contre Dijon qui derrière a gagné la Leaders Cup. A l’extérieur, fessée à Gravelines, fessée à Nanterre, fessée à Boulazac et fessée à Orléans. J’ose espérer que le coronavirus va s’arrêter parce que sinon on va jouer à huis clos, et si nous on joue à huis clos, on ne gagnera pas un match. C’est un comportement inacceptable. J’ai essayé de faire parler tout le monde dans les vestiaires, mais c’est très compliqué. Certains pensent qu’ils savent. Ils ne savent rien. On peut compter le nombre de joueurs qui ont gagné des titres, capables de l’ouvrir et de dire des choses qui vont dans le bon sens […] C’est un problème de responsabilité d’équipe qui n’a pas envie de se faire mal en déplacement et qui ne respecte pas les autres équipes. On fait des électrochocs, on change de coach mais bon. Les leviers sont extrêmement difficiles à trouver. Comment on peut passer de 116 points contre Paris (Metropolitans 92) à 72 à l’extérieur parce qu’ils font entrer un espoir à la fin ? On n’est pas en mission commando. Les combattants, je les cherche » (Activ-Radio, relayé par Bebasket).

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.