Jean-Luc Monschau : « Nicolas Batum c’est une chance pour Nancy mais également pour le basket français »

C’est un Jean-Luc Monshau très accueillant qui a répondu à nos questions sur Nicolas Batum et sur les objectifs de cette future saison.

Suite à l’annonce de la signature de Nicolas Batum, nous sommes allés à la rencontre de Jean-Luc Monschau pour avoir ses premières impressions sur ce renfort de poids.

Basketactu : Lorsque nous avons parlé avec Nicolas Batum, il nous a dit que c’est en regardant la finale qu’il a eu l’idée de se rapprocher de Nancy pour y évoluer cette saison. Sans cette démarche c’est quelque chose à laquelle vous auriez pensé ?
JLM : Disons que nous l’envisagions déjà avant avec son agent. Mais il faut bien se rendre compte que le fait que Nicolas vienne à Nancy, cela sous entend d’abord qu’il le veuille bien. Cela sous entend deux préalables, le premier c’est qu’il ait voulu jouer, ne pas être attentiste pendant le lock-out, ce qui est une raison sportive. Et une raison de coeur qui est de choisir la France et un club français. Sans ce choix là à l’étranger, il y a suffisamment de concurrence, d’autres clubs qui peuvent offrir plus financièrement. Ce n’est donc pas un choix financier, c’est un choix de coeur. Et dès lors qu’il a fait ce choix, tout bien regardé, aujourd’hui il n’y a que Nancy qui soit qualifié pour l’Euroleague de façon certaine. Je dirais qu’il a commencé à réfléchir en fonction de ça. Lorsque nous avons gagné la finale, Nancy devenait son meilleur choix en France.

Basketactu : Vous parliez d’un choix de coeur. Est-ce que ce n’est pas encore plus important et intéressant pour vous que ce ne soit pas un choix financier ?
JLM : C’est un choix de coeur et un choix sportif, parce que là encore, en France il y aurait sûrement eu des clubs qui pouvaient lui offrir plus, je ne vais pas les citer ça ne me regarde pas. C’est donc un choix de coeur mais aussi sportif de vouloir jouer l’Euroleague avec un club français. C’est nous qui avons aujourd’hui les arguments sur le plan sportif. Et oui, certainement, c’est encore plus important et intéressant que ce ne soit pas un choix financier car cela dénote des valeurs humaines dans un milieu professionnel où beaucoup de choses sont dictées par l’argent. Donc effectivement ce choix là valide les qualités humaines de ce garçon.

Basketactu : Est ce que l’effervescence que pouvait créer la signature de Nicolas autour du club est quelque chose qui comptait pour vous et Monsieur Fra ?
JLM : Ce qui nous fait plaisir c’est qu’on en revient aux mêmes valeurs, c’est d’accueillir, pour Monsieur Fra et pour moi, un joueur de très grande qualité, de renommée mondiale. Un joueur qui peut-être je dirais pourrait être inespéré pour les moyens du SLUC Nancy. On l’apprécie comme une chance énorme. Et depuis nous avons pu mesurer, et Monsieur Fra le premier en tant que patron de ce club, les retombées médiatiques qui montrent bien que nous avons embauchés une valeur mondiale.

Basketactu : Monsieur Fra avait tiré une énorme satisfaction de la décision de Nicolas par rapport à une certaine reconnaissance du travail qu’il y a eu au club depuis que Monsieur Fra et vous êtes en place. Vous en tirez la même satisfaction ?
JLM : Oui, il faut reconnaître que le choix de Nicolas, mais aussi les mots gentils qu’il a prononcé à l’égard de Nancy, font chaud au coeur pour président qui justement s’est investi tellement dans ce club ici, pour en faire finalement une terre de basket. Et que ce soit un joueur du niveau de Nicolas Batum qui en quelque sorte accrédite le fait que Nancy soit devenu une terre de basket, ma foi ne permet plus dans douter (rires). Et cela fait chaud au coeur quand on s’est investi comme Monsieur Fra s’est investi.

Basketactu : On connaît tous l’importance qu’ont les ailiers dans vos équipes. Est ce que ce n’est pas compliquer de signer un jouer sur ce poste sans savoir si celui-ci pourra finir la saison ? (En cas de fin de lock-out)
JLM : Ca fait partie du deal de l’avoir avec nous pour jouer l’Euroleague et le championnat ne serait-ce qu’un temps c’est une plus-value pour notre équipe clairement. Mais c’est aussi une chance pour tout le basket français puisque Nicolas pourra évoluer dans les différentes salles de France, où le public aura plaisir à le voir jouer. Vraiment ce choix c’est une chance pour Nancy mais également pour le basket français. Que ça puisse finir à un moment donné, on sait que ce ne sera pas notre décision, du moment qu’on s’engage ensemble on ne pense qu’aux bons côtés et nous verrons… On fera des choix, on fera des choix obligés, prédestinés, ou déjà décidés au moment où ça se produira. Mais essayons déjà de bien travailler ensemble le temps que ça durera.

Basketactu : Un éventuel départ en cours de saison c’est quelque chose que vous préparez déjà ?
JLM : Non, parce qu’on ne sait pas quand. Aujourd’hui ce qu’on prépare, c’est une reprise avec des joueurs qui seront à l’entraînement mais sans Nicolas. Donc il faudra à la fois apprendre à se passer de lui, mais aussi apprendre à jouer les organisations de jeu où il aura une place pour qu’il puisse lui s’intégrer en une semaine pour jouer le match des champions contre Chalon dans de bonnes conditions le 1er Octobre. Mais aussi pour que toute l’équipe soit prête à jouer avec lui. On a donc un défi un peu compliqué dans la préparation où l ‘on veut trouver les meilleurs compromis, apprendre à jouer sans lui et avec lui alors qu’il n’est pas encore là.

Basketactu : A Portland l’apport offensif de Nicolas n’est pas une priorité. C’est quelque chose qui vous intéresse de l’investir un peu plus en attaque ?
JLM : On verra. Je considère que Nicolas est un joueur complet au talent reconnu, performant des deux côtés du terrain. Ce qui est certain c’est que nos organisations de jeu vont faire en sorte qu’il aura l’occasion de le montrer.

Basketactu : Vous attendez quoi de lui ?
JLM : Qu’il soit Nicolas Batum, un compétiteur. On ne peut pas être un grand joueur si on n’est pas compétiteur d’abord. Il l’a dit d’emblée, il ne vient pas faire une tournée d’exhibition. Il vient rentrer dans une équipe, et quand les joueurs le verront arriver, ils n’auront aucun doute que c’est un compétiteur, il veut aider l’équipe à gagner. Il fera toute chose utile en ce sens, j’en suis persuadé. Il ne viendra pas pour essayer de se montrer mais pour aider l’équipe à gagner.

Basketactu : Vous êtes satisfait de la tournure du reste de votre recrutement ?
JLM : Forcément ! Déjà on parle longuement de Nicolas, je dirais que c’est un must dans le recrutement par rapport, je le répète, aux possibilités de Nancy. Mais c’est absolument génial, on a réussi à garder 5-6 joueurs, ça c’est très bien. On a réussi à pallier le départ de Darden qui était un joueur clef dans nos organisations avec l’arrivée de Nicolas, c’est assez génial ! Et puis nous sommes en passe de trouver un joueur extrêmement efficace pour combler le départ de Deane en Ukraine (NDLR : Amagou). On devrait donc être capable de retrouver des qualités avec des apports en intensité, en athlétisme, en qualité de basket avec les arrivées de Nicolas Moerman et Jamal Shuler.

Basketactu : Est ce que vous avez déjà fixé les objectifs de votre saison ?
JLM : Non, on n’en fixe jamais. Les joueurs oui, ils sont ambitieux, parfois même un peu vantards. Ils n’ont pas peur d’afficher des ambitions. Moi je suis plutôt enclin à leur demander de ne rien afficher du tout si ce n’est une envie de travailler le mieux possible. Là ils peuvent l’afficher quand ils veulent depuis le vestiaire jusqu’au terrain il n’y a aucun problème (rires). L’envie de bien faire est un peu ce qui nous a animé tout au long de la saison mais d’autres équipes peuvent être championnes cette année, le championnat est tellement équilibré, je ne saurai pas dire qui sera champion cette année.

Basketactu : En 2009 vous avez frôlé le TOP 16 en Euroleague, est-ce que ça peut être un objectif pour vous cette année ?
JLM : On était tout près, on menait à moins de 2 minutes de la fin à Kaunas un match qui nous aurait mené aux portes du Top 16. Nous l’avons perdu finalement et c’est bien dommage. Nous étions dans un groupe faramineux. On n’a jamais vu ça entre le meilleur en Grèce, en Espagne et en Italie, il n’y avait pas beaucoup de place pour gagner des matchs. Surtout que les matchs que nous avons gagnés c’est contre le meilleur en Lituanie ou en Pologne, c’est pas mal. C’était vraiment une poule très difficile. Cette année encore nous sommes dans une poule difficile puisque si on sort du sixième et dernier chapeau c’est bien la preuve que l’on est le moins bien considéré. Il faudra donc mettre deux équipes présumées meilleures que nous derrière, ce qui n’est pas évident.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (5)

  1. AND11

    Va quand même falloir lui donner un jour le titre de meilleur coach à ce mec…. Je l'aime pas comme beaucoup mais les résultats parlent pour lui.

  2. el gaucho

    Interview intéressante, mais l'orthographe…:(

  3. Phil

    Interview en effet super intéressante … Le recrutement du sluc l est tout autant même si il manque encore du matos ( pivot de + de 2m10) pour atteindre le top 16 .. Ça va être chaud a gentilly

  4. Jean

    Non c'est surtout que ça veut dire Nicolas batum, moerman et shuller je t'accorde qu'ilmanque une virgule