Jean-Luc Monschau : « On taxe les Américains de mercenaires mais les Français sont pareils »

Le coach du Sluc aborde la saison à venir plus motivé que jamais et en a profité pour faire le point sur l’évolution du basket français.

Jean-Luc Monschau va attaquer sa neuvième saison avec le SLUC. Et le temps ne semble pas agir sur la motivation du coach nancéien qui s’est confié au Républicain Lorrain.

« J’ai toujours le même enthousiasme, la même envie de mordre dedans ! »

Eliminé par Le Mans en quart de finales des derniers playoffs, Monshau compte sur ses joueurs pour rebondir. Malgré la déception, un seul mot d’ordre pour les joueurs du SLUC : aller de l’avant.

« On n’est pas passé loin. Rendez-vous compte, contre Le Mans on perd seulement une mi-temps sur six (lors des trois rencontres en quarts de finale) puis une prolongation et on est dehors… Mais on ne va pas refaire la saison, j’ai trop de plaisir à vivre celle qui vient ! »

Pour la saison à venir, la Pro A arborera un nouveau visage suite aux nombreux transferts opérés durant l’intersaison. Des mouvements qui n’ont pas profité à l’ancienne équipe de l’entraîneur de Nancy, Gravelines, dirigée aujourd’hui par son frère Christian.

« C’est vrai. Albicy revient à Paris, Pape Sy est parti, comme Jomby, Bokolo s’interroge mais c’est sa femme qui ne se plaît pas dans le nord. Le destin est cruel pour Gravelines (1 er de la phase régulière) qui a remporté 80 % de ses matchs comme Chalon mais c’est Chalon qui a gagné tous les titres sur les compétitions courtes (Semaine des As, coupe, playoffs). »

Pour rester compétitives, les équipes de Pro A doivent s’adapter aux nouvelles contraintes imposées par le marché des transferts. A 61 ans et après un gros quart de siècle passé sur les bancs de touche, Jean-Luc Monschau a été le témoin de cette évolution, bouleversée par l’arrêt Bosman.

« Il y a eu un immense tournant avec l’arrêt Bosman qui a ouvert les frontières et mondialisé le basket avec une possibilité de 50 % d’étrangers. Avant, par exemple, Limoges, avec Antibes, se partageaient l’équipe de France et ajoutaient deux bons Américains. La hiérarchie était pliée car les autres étaient moins forts. Aujourd’hui, on a la possibilité de recruter malin et d’être compétitif sans posséder le plus gros budget. »

« C’est le métier qui veut ça. On taxe souvent les Américains de mercenaires mais nos Français agissent pareil. Chacun pense à lui d’abord. Heureusement, nous avons John Linehan, qui en est à sa quatrième saison. »

 

Tags : ,
Comments

Commentaires (8)

  1. GW

    Il pose un problème bien connu. Espérons que la LNB pourra agir face au problème des agents de JFL qui poussent les joueurs à voyager de club en club pour faire monter les enchères…

    Comme monschau l'a dit, avec l'ouverture aux étrangers, c'est les américains qui bien souvent permettent à un club d'être compétitif. Le Mans na jamais été aussi fort que la saison dernière, malgré les blessures de Diot et Koffi, Chalon, Nancy et Cholet n'avaient que des JFL de rotation l'année où ils ont été champions.

    Donc la pilule passe mal quand un club perd sa compétitivité car un JFL exige un départ du jour au lendemain et que, quota oblige, il faut le remplacer par un autre, qui va peut etre demander encore plus, proftant de sa rareté et du besoin pressent du club…

    Le BCM est un beau gachis, et ce à cause des JFL du back court peu scrupuleux et avec un amour du maillot très relatif…

    Sy, Albicy ont franchi un cap grace au BCM. Bokolo aurait pu etre un beau symbole, cela aurait prouvé qu'en pro A aussi on peut proposer des contrats longue durée a des internationaux.

    Alors oui peut etre ses 3 la ont besoin de jouer l'Europe, mais qui des 3 peut affirmer qu'il n'a rien à se reprocher sur les play off ? qu'il a été à 100% contre Cholet ?

    A votre avis pourquoi Monschau a benché Sy pendant presque tous les playoff ? Ce mec a completement été relancé par le BCM et pendant les playoff il est déja à repenser à la NBA ou à sa future destination…

    Au final ca donne un club qui n'est pas européen l'année prochaine et qui peut revoir son projet, tout ca parce que seul Akpomedah était au niveau dans la belle contre Cholet et que seul Vaty est reconnaissant envers son club au moment de resigner.

  2. RA

    Un commentaire sur les propos de J.L Monschau concernant le joueurs français qui seraient des mercenaires.

    je suis le basket depuis plusieurs decennies et ai un proche qui joue en professionnel actuellment.

    je constate que les clubs changent 60 à 80% de leur effectif chaque année et que très rarement, ils proposent des contrats aux joueurs JFL de plus d'un an. Ce qui permet d'ailleurs aux clubs de ne pas les payer pendant les mois d'été.

    Si encore les salaires des JFL (hors joueurs de l'équipe de france) étaient suffisement élevé pour compenser cette précarité! mais ce n'est pas le cas.

    Je ne parle pas de l'élite des joueurs français qui peuvent jouer en sélection mais tous les autres (80% des JFL) Pourquoi les clubs ne misent pas sur la continuité ? je suis persuadé que ces joueurs adhéreraient à des contrats à long termes mais encore faut-il leur proposer.

    En outre, les supporters ne se retrouvent pas dans des équipes dont l'effectif change tous les ans.

    Dés lors où les clubs ne cherchent pas à fidéfiser les joueurs, la contre partie est que les joueurs (qui ont des carrières courtes) recherchent un compromis entre le sportif et le financier.

    Maintenant je comprends le discours de J.L Monschau qui est victime cette année du départ de nombreux joueurs cadres.

  3. vito

    lol JLM découvre le règlement, le déroulement des différentes compétitions…libérer la piste JLM atterrit !!!

    Quand on s'investit si peu dans la formation, quand on ne donne pas sa chance aux jeunes, faut pas s'étonner après…

  4. elro

    Le garcon n'est pas pret de lacher les rennes à Nancy….

    Ensuite le blem des JFL n'est pas d'aujourd'hui et existe depuis des années. Revers de la médaille de promouvoir le french au dépends du ricains…

  5. Pierre

    Petit éclairage s'il vous plait si il perd 1 mi temps sur les 6 comment ce fait il qu'il ne soit pas qualifié pour les demis ?