Jean-Pierre De Vincenzi : « Un jeune coûte cher si vous ne lui faites pas confiance »

Le DTN a donné son point de vue sur l’état actuel de la formation.

Depuis quelques années, la formation et la promotion des jeunes joueurs français sont parmis les principaux chantiers de la FFBB. La règle des JFL va d’ailleurs dans ce sens. Mais pour le moment cette politique peine à montrer ses effets. Si la question financière a parfois été évoquée par les dirigeants de clubs, pour le DTN Jean-Pierre De Vincenzi, c’est une fausse excuse.

« Les présidents de clubs disent qu’un joueur français coûte cher, mais il coûte cher si vous ne lui faites pas confiance ! Et puis, les clubs français ne sont pas compétitifs en Euroligue comme on l’a encore vu cette saison avec Chalon. Des joueurs préfèrent partir à l’étranger pour relever des challenges dans des clubs plus ambitieux où ils auront l’opportunité d’avoir du temps de jeu » (Est Républicain, relayé par catch-and-shoot).

Vaste débat qui n’est donc pas prêt de trouver un point de conclusion…

Tags :
Comments

Commentaires (6)

  1. GW

    On sait former, ca s'est pas nouveau. D'ailleurs Lauvergne ou Westermann ils se sont pas transformés en bons joueurs du jour au lendemain.

    C'est juste qu'on a un championnat où les USA nous apportent le pire de leur basket. Les meneurs avec un corps d'ailier (Louis Campbell, Terell Everett, Justin Gray…) et les pivots bucherons aux mains carrés (Collins, Massie, Uche, JK Edwards) et c'est ce standard qui dicte les choix du coach…

    Même Gobert que les recruteurs voient comme l'intérieur le plus doué de sa génération en Europe, n'arrive pas à s'imposer en Pro A parce qu'il ne fait pas encore le poids face aux mastodontes qu'il doit affronter chaque semaine.

    Comment peut il exprimer sa technique dans ces conditions ? Pour progresser lui aussi devrait aller faire un saut à l'étranger…

    Et le plus inquiétant c'est que si les meilleurs de leur génération, Westermann, Lauvergne et Gobert n'y arrivent pas, comment les jeunes destinés à être juste de bons joueurs de rotation en pro A auront leur chance et viendront augmenter le nombre de JFL ?

  2. Vinnie

    Si je résume, le fait qu'il ne faut pas être une brindille pour exister en proA et proB, "tue" le championnat et l'éclosion des jeunes?