Journée 2 : la séance de rattrapage

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. La 2e journée de l’Euro ne fait pas exception. Mirza « Tinky-Winky » Teletovic non-plus.

On s’y attendait un peu :

La rencontre entre Polonais et Lituaniens, sous un air de derby, tombe dans un contexte politique très chargé entre les deux pays. Accrocheurs comme la veille, les joueurs d’Ales Pipan n’ont en revanche pas tenu la longueur face à leur voisin historique. Emmenés par un Kalnietis intenable (19 pts, 6reb, 6 pds à 100% aux tirs), et ultra dominants au rebond (41 à 19), les Baltes ont fait explosé leur adversaire en seconde mi-temps. Une ombre au tableau : 19 balles perdues. Beaucoup trop. Thomas Kelati (16 pts) est trop seul. Score final : 97-77.

Autre derby, celui des cousins de la péninsule ibérique, entre Espagnols et Portugais. Un monde d’écart au départ. A l’arrivée aussi. Victoire 87-73 de la Roja. Tout le monde a joué, Pau s’est promené.

La Belgique continue son chemin de croix et tombe face à la Bulgarie, ou plutôt face au duo Rowland (22 pts)/ Videnov (17 pts). 68-65, dans le groupe D, qui n’est pas le plus suivi.

Le match contre l’Israel donne à la France l’occasion de capitaliser deux victoires avant de monter en régime face à l’Allemagne. L’objectif a donc été de bien négocier un adversaire potentiellement dangereux, en avançant dans la continuité du match de la veille. Hormis la série infligée aux Bleus en première mi-temps, et qui aura eu le mérite de remobiliser tout le monde, l’EdF n’a, dans l’ensemble, pas trop mal géré le rendez-vous. Une hiérarchie semble cependant très marquée dans le groupe, entre le niveau des « titulaires » et celui du banc. Un peu de frustration de la part ce certains, De Colo en tête, que l’on espère vite voir disparaître. David Blu (14 pts), Lior « de maison du café » Eliyahu (15 pts à 85%) et Yotam « Francis » Halperin (15 pts) ont tenu le coup. Le 8/14 à 3 pts de l’EdF a évité de trop subir la zone. Nico Batum s’est montré omniprésent (15 pts, 6 int), TP tranchant (21 pts, 8 pds), Mike Gelabale comme on l’aime (13 pts), et Jooks très utile (9 pts, 9 reb). Score final 85-68.

La suite : Un peu d’astrologie… L’Italie ayant perdu, contre deux adversaires directs, elle est presque hors course, et seule l’EdF peut redevenir un adversaire pour la qualif. De ce fait, si la France bat l’Allemagne, il faudrait en suite au pire « juste » battre l’Italie. En revanche, en cas de défaite face aux cousins germains, il faudrait, pour rester maitre de son destin, taper les Italiens ET les Serbes, afin d’éviter la loterie.

Sans génie, les Grecs sont présents, et enchainent face aux Finlandais. Plus denses physiquement et plus expérimentés, Bourousis (19 pts, 10 reb) et son orchestre ont déroulé. 11 joueurs à 10 minutes ou plus, 41 rebonds à 27, et 81-61 à l’arrivée. Koponen (21 pts) surnage, Lee le suit.

 

Dur, mais ça passe :

Ils ont joué le coup jusqu’au bout, les Géorgiens, et ils ont laissé passer le train à un peu plus de 7 minutes de la fin. Les Russes ont fait un break court, mais suffisant, de 6 points, et comme souvent avec eux : Rideau (de fer). Dommage pour cette surprenante équipe géorgienne. AK47 en pose 20, et Manuchar Markoishvili 21, soit plus de points que de lettres dans son nom. 65-58.

Les implants capillaires de Mike Fratello contre le légendaire sourire de Bozidar Maljkovic : Le choc culturel a tenu ses promesses. Moulinés dans le 2e QT (23-8), l’Ukraine est revenue dans la course sur le fil (26-11 dans le 4e), mais les Slovènes continuent quand même leur route. Le rebond (39 à 23) a en partie sauvé la mise de Slovènes dont on attend un peu mieux, vu leur campagne de prépa. Mirza Begic, de retour en Lituanie, laisse 14 pts et 7 reb. Steve Bertt, côté ukrainien, score 14 également. Score final 68-64.

 

Un peu surprenant :

Menée 47-37 dans le 3e QT, la Macédoine a longtemps cru que les carottes étaient cuites. McCalebb (19 pts) a alors envoyé la sauce, et réveillé ses troupes. Les Croates, pourtant adroits et tenant le match, sont retombés dans leurs travers en pensant arriver au port. Poussée par ses fans (photo), la petite Macédoine ne fait pas de salade et arrache la victoire 78-76.

Le risque, calculé, de miser sur le Team GB dans le preview était important. Merci donc à la Grande-Bretagne de nous planter en beauté en explosant face aux Turcs, 90-61 (46-24 à la pause). Luol Deng (22 pts) est vraiment trop seul, et face à Turkoglu, Asik, Savas et les autres, ça passe ou ça casse. Là, c’est pas passé. Emir Preldzic, énième Turc né en Bosnie, assure avec 15 pts et 6 reb en 15 minutes. 30 points ça fait cher payé quand même. Réveil des Turcs ?

 

Plus intéressant que prévu :

Tinky Winky-Teletovic

Alors qu’il se traine à 2/17 à 3 pts en cumulé, Mirza Teletovic (23 pts) se transforme. 4 tirs à 3 pts plus tard, marqués dans les 10 dernières minutes, il achève presque tout seul le Monténégro. Henri Domercant, lui, n’a pris que 5 tirs en tout. Nihad Dedovic (19 pts) joue le rôle du facteur X. En face, Omar Cook et Nikola Pekovic ramènent 16 pts chacun. 94-86 pour la Bosnie.

Héroïques hier, difficile de croire au « doublé » pour les Lettons aujourd’hui. Et pourtant. Menés 23-8, et sur un coup de chaleur longue distance, les Baltes reviennent dans la roue des Serbes (33-38 à la pause). Il faudra toute la science du jeu serbe, et une ou deux gueulantes d’Ivkovic, pour que les Plavis se défassent d’un adversaire collant et dangereux. Comme quoi la France n’était pas si mal. Freimanis (19 pts) et Krstic (23 pts) sont les leaders de leur équipe au scoring. Teodosic est métronomique (9 pts, 9 pds). Score final : 92-77.

 

Le match douloureux :

Nos amis italiens semblent bien mal embarqués, après cette nouvelle déroute face à l’Allemagne. 3 QT et fin de l’histoire. Le 4e, à sens unique, se solde sur un 30-17 pour la Mannschaft. La défense devait être le fon de commerce de l’Italie, mais les carences aux postes clés sont trop importantes. Dirk et Chris Kaman font le chantier (38 pts, 29 reb), et on ne voit pas trop comment la Squadra pouvait les ralentir. L’Italie ne perd que 5 ballons (??), ses stars sont plus ou moins présentes, mais sans un vrai 1 et un vrai 5 de haut niveau, point de salut. Mine de rien, si l’équipe se ramasse, ce sera sans doute le premier gros revers en carrière de Simone Pianigiani. Score final 76-62. Italie-France va valoir très cher.

 

Et nos petit gars de Basketactu.com ?

Steed Tchicamboud a joué 10 minutes, pour 2 pts, et fait le taf en défense.

Marquez Haynes a joué 22 minutes, avec 7 pts (3/9) et 6 reb. face à la Russie.

 

Les stats après 2 matches :

Meilleur marqueur: Parker (FRA) 26.0 pts

Joueur le plus adroit : P. Gasol (ESP) 76.2%

Meilleur rebondeur : Dasic (MNE) et Kaman (ALL), 13.5 reb.

Meilleur passeur : Teodosic (SER), 8.5 pds

Meilleur contreur : Asik (TUR), 2.5 ctr.

2 joueurs (Dasic et Kaman) sont à deux double-double d’affilée.

 

On ne sait pas :

  • Ce qu’est l’objet qui est tombé du plafond de la salle d’Alytus pendant le match de la Bosnie. Certains parlent d’une brique de Teletovic, jetée mercredi et juste retombée.
  • Ce qui a traversé l’esprit de la FIBA en élargissant à 24 équipes.
  • Si Chris Kaman a prévu de changer de look…
  • Si les Turcs ont eu un soubresaut, ou si ils se réveillent vraiment.
  • Si ça fait pas un peu cycliste le logo « Française des jeux » sur le polo du staff France.
  • Si David Cozette a sorti les sneakers argentés…

On sait :

  • Que les fans de Macédoine et de Bosnie ont été très actifs aujourd’hui.
  • Que la géopolitique et le sport se croisent souvent. Aujourd’hui la Russie, coachée par un Américain d’origine a battu la Géorgie, coachée par un Serbe naturalisé Américain.
  • Que bientôt plus personne dans les médias généralistes ne parlera de l’Euro, coupe du monde de rugby oblige.
  • Que quand on voit la salle d’ Alytus, la France peut espérer organiser des matches à St Vallier pour l’Euro 2015
  • Que quand on voit le nombre de jeunes de moins de 23 ans dans les autres équipes, on a un peu de retard sur le développement en Pro A.
  • Que rien que parce que c’est Dirk, on aimerait qu’il soit champion d’Europe. Mais y’a l’EdF qu’on veut voir aux JO, quand même…

 

 

Tags : , , ,
Comments
Un peu de LNB, un peu d'Euroleague, beaucoup de bonheur...

Commentaires

Comments are closed.