Journée 3 : La séance de rattrapage

Seulement la moitié des équipes était sur le pont aujourd’hui, mais ça n’a pas empêché deux gros chocs d’avoir lieu.

On s’y attendait un peu :

Le chemin de l’Espagne continue ? Oui ! La victime du jour est le Team GB, qui a en tout cas bien résisté et à été super face aux Gasol. Menés de 6 petits points dans le 3e QT, les Grands-Bretons perdent le fil et encaissent un 10-0. L’Espagne file, Marc Gasol régale en inscrivant 12 points sur ses 18 dans cette même période. 39 pts et 17 reb sont à mettre au crédit des frères Gasol. En face Luol Dengcontinue (17 pts). Le prospect Davon Van Oostrum gratte 23 minutes dans l’histoire, mais sans être très rentable. Le Team GB n’est, à l’heure actuelle, pas loin d’être bouilli, après cette nouvelle défaite 86-69.

Dur, mais ça passe :

Nos charmants amis Serbes ont du croire que la rencontre serait plus accessible, Israël a chèrement vendu sa peau. Menés 41-35 à la pause, la Serbie a basiquement refusé d’abdiquer. Reveillés, Teodosic et consorts infligent un cinglant 31-16 dans le 4e QT et s’imposent de 9 pts. Comme pour le Team GB, Israel est désormais hors course. La Serbie a fait exploser les stats au rebond (45-27), etDusko Savanovic confirme son statut de joueur en pleine explosion (24 pts à 61% et 7 reb). Quatre Serbes sont à plus de 7 rebonds, et Milos Teodosic est toujours LE chef d’orchestre (6 pts, 7 reb, 5 pds). En face, le quatuor Nissim-Blu-Eliyahu-Halperin fait le taf, en inscrivant 64 points sur 80. Score final : 89-80.

Un peu surprenant :

Pourquoi surprenant ? Car c’est une bonne surprise, tout simplement. L’EdF, parfois sur courant alternatif lors des deux premières sorties, joue sa qualif’ contre l’Allemagne. Une rencontre attendue comme un vrai choc, avec du NBAer, du bon joueur d’Euroleague, bref tout pour plaire. Les deux équipes ont encore une marge de progression, chacune derrière leur leader respectif. TP est à un niveau inédit sous le maillot bleu, qu’on aime ou qu’on n’aime pas le bonhomme. Pas de gâchis, du tir extérieur, du drive, du leadership. N’en jetez plus. L’équipe s’articule autour de lui, et le jeu semble moins souffrir de son ombre permanente. Autre nouveauté, l’équipe a fait preuve de sang froid et d’adresse lors d’un match déterminant. Seul Boris Diaw semblait en retrait, mais c’est aussi sa force parfois, que de savoir s’effacer. Cette rencontre, gagnée 76-65, est peut-être le match référence que l’équipe attendait. Maintenant, on enchaine, et tant pis pour Kool Shen.

Plus intéressant que prévu :

C’est plus pour les Portugais que pour les Polonais que le match est douloureux. Pétris de bonnes intentions, les Lusitaniens sont pour l’instant Fanny au bar, alors qu’ils ne sont pas passés pas si loin. 1:09 à jouer, la Pologne est devant, 73-71. Déclic, ou quoi que ce soit d’autre, peu importe, Thomas Kelati (transparent) et son orchestre enchaînent un 8-2 pour clouer le cercueil du Portugal. Philippe Da Silva sort un match dont il a le secret (12 pts, 4 pds, 4 int), et Antonio Tavares confirme (13 pts en 21 min). Lukasz Koszarek(130 points au Scrabble) en met, quant à lui, 18 dans la musette. Pologne 81-73 Portugal

Le match douloureux :

Les Turcs sont visiblement bien réveillés. La Lituanie a bien failli en faire les frais ce soir. Ce n’est que dans les dernières minutes de la rencontre, et après avoir été menés presque tout le long, que la Lituanie repasse devant. A 1:18 de la fin, les Baltes mènent 69-67, quand Preldzic est victime d’une antisportive. Après avoir cafouillé les LF et accessoirement raté un lay-up, la Turquie concède deux LF à Songaila qui ne se fait pas prié. S’en suit une pathétique balle perdue par Preldzic –dont c’est la soirée- sur un retour en zone… Et la salle explose. Le banc Lituanien a mis tout le monde d’accord avec 33 pts contre 16 côté Turc. Kaukenas brille (11 pts à 100%),Jasaitis confirme (11 également). Saras envoie 7 ballons dans les tribunes. En face, Ilyasova fait le taf (20 pts), avant sans doute de disparaître bientôt. En gagnant 75-68, la Lituanie reste invaincue, tout comme l’Espagne, avant le choc de dimanche soir.

Sortie probable par la petite porte pour des Lettons qui ont séduit par leur générosité et leur potentiel. La 3e défaite, face à une Italie pas vraiment dans le groove, condamne les monomaniaques du tir. L’Italie, de son côté, espère encore, à condition de faire le carton plein et que les autres résultats lui soient favorables. Rihards Kuksiks (amis bègues et dyslexiques, bonjour…) est le leader offensif letton du jour -19 pts, 6 reb-. Andrea Bargnani fait le double ou presque, avec 36 pts et 7 reb. L’Italie ne perd que peu de balles (7), mais c’est souvent le cas quand on joue sans rien structurer. Victoire transalpine 71-62. Simone Pianigiani a beau être un coach de génie, l’équipe italienne présente quand même trop de carences pour espérer faire beaucoup mieux. Sienne doit lui manquer. Méfiance quand même, au moins jusqu’à dimanche soir.

Et nos petit gars de Basketactu.com ?

Steed Tchicamboud était en mode DNP ce soir.
Marquez Haynes a balancé une quinzaine de tweets, et sans doute bu un coca. La Géorgie était off.

Les stats après 3 matches :

Meilleur marqueur: Parker (FRA) 28.0 pts
Joueur le plus adroit : P. Gasol (ESP) 73.5%
Meilleur rebondeur : Dasic (MNE) et Kaman (ALL), 13.5 reb.
Meilleur passeur : Teodosic (SER), 7.3 pds
Meilleur contreur : Bargnani (ITA) 2.3 ctr.

On ne sait pas :

• Si les Grecs se sont fait beaucoup d’amis aujourd’hui, parmi les bénévoles de l’organisation. Refusant de respecter le planning et de quitter la salle d’entraînement, ils ont été forcés de s’exécuter par le staff du gymnase… Qui a tout simplement coupé la lumière.
• Si Afik Nissim est toujours free agent, mais il l’était avant l’Euro.
• Si c’est vrai, mais Marko Tomas aurait été évacué d’urgence suite à une blessure, et serait rentré directement à Zagreb. A confirmer, mais ça sent vraiment l’Euro en bois pour les Croates.
• Si ce n’est pas un peu dommage qu’en plus de Tavares, il n’y ait pas un Gomes dans l’équipe du Portugal…
• Si Simone Pianigiani ne regrette pas un peu de s’être embarqué avec la Squadra Azzura. Juste un peu.

On sait :

• Que des millions de Français se sont ennuyés ce soir. Quelle idée de regarder un match de foot sans intérêt aussi…
• Que certaines rencontres des deux dernières journées risquent d’être dramatiques, vu le manque d’enjeu possible.
• Qu’en finissant à 5-0, la France pourrait avoir 3 orteils en ¼, si l’Allemagne et la Turquie passaient au second tour avec 2 défaites.
• Que mine de rien, l’EdF a fait un gros coup.
• Que l’arbitre a bien fait de tourner le dos à Bauermann après lui avoir posé sa faute technique.
• Que l’équipe de foot de Lituanie est heureuse que les basketteurs aient gagné. Leur match dramatique face au Lichtenstein passe donc inaperçu…

Comments
Un peu de LNB, un peu d'Euroleague, beaucoup de bonheur...

Commentaires

Comments are closed.