Justin Harper et le lock-out

Drafté en 32e position par Cleveland puis envoyé à Orlando, Justin Harper est directement touché par le lock-out. Une situation à double-tranchant pour l’ailier-fort.

Pour lancer sa carrière, rien de pire que de vous prendre un bon vieux lock-out dans la tronche. C’est le cas de Justin Harper. Pour l’intérieur US de Strasbourg, la situation est toutefois moins grave que pour certains de ses comparses de la dernière draft n’ayant pas trouvé de contrat en Europe.

« Je ne perds pas la NBA de vue, mais il faut que je considère cette situation comme une opportunité pour progresser, améliorer certains aspects de mon jeu, en un mot, devenir un meilleur basketteur » confiait-il ainsi aux Dernières Nouvelles d’Alsace.

En six matches, ses stats montrent d’ailleurs une adaptation plus que correcte quant à son adaptation au basket FIBA : 13 points et 6,3 rebonds de moyenne en 28 minutes de temps de jeu. Mais si l’expérience européenne semble lui être profitable, Harper n’oublie pas que derrière le conflit que traverse la NBA, il n’y a pas que les basketteurs à rester sur la touche.

« C’est une situation difficile qui affecte beaucoup de monde, et pas seulement les joueurs. C’est aussi une tragédie pour les salariés des franchises par exemple, pour tous les gens qui travaillent de près ou de loin avec la NBA ».

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.