L’EuroCup pour Kuban !

L’équipe russe n’a pas tremblé pour remporter son premier trophée européen (75-64).

Avec le Lokomotiv Kuban, il faut s’attendre à tout, c’est à dire à un match complet ou à un jour sans. Bilbao a eu la difficile tâche d’affronter une équipe russe en mode rouleau compresseur. Les Espagnols qui ont marqué près de 82 points par match durant la compétition ont vu leur compteur s’arrêter à 64 unités ce soir. La faute à un Loko tout simplement intouchable, qui a prouvé qu’il ne volait pas sa place en Euroleague pour la saison prochaine.

Pourtant, le premier quart temps laissait présager un match serré (17-16 pour Bilbao). Kostas Vasileiadis (16 points et 6 rebonds) et Alex Mumbru (10 points et 4 rebonds) ont tout de suite montré qu’ils ne lâcheraient rien. Sauf qu’en face, Nick Calathes est monté en puissance (10 points, 7 rebonds et 7 passes) et a amorcé dans le deuxième quart temps un 11-0 fatal aux Basques. Cette série noire doit actuellement tourner dans les têtes de tous les joueurs de Bilbao. Shoots ratés, balles perdues et points encaissés, le cauchemar de tout basketteur. A la mi-temps, Krasnodar comptait 8 points d’avance (38-30). Parfois, cela peut paraître peu mais en finale de coupe d’Europe, un tel écart est irrattrapable. Surtout qu’en face, les joueurs du Loko n’ont jamais économisé leurs efforts, à l’image de Richard Hendrix, MVP du match et instoppable près du panier (14 points et 9 rebonds). Son coéquipier à l’intérieur, Aleks Maric, a également pu se faire plaisir (12 points et 10 rebonds) et a surtout pointé la faiblesse espagnole, la défense intérieure.

Au final, malgré les efforts de Rakovic (11 points), Bilbao n’a jamais été en mesure de revenir au score. Le Lokomotiv Kuban a offert à ses supporters son premier titre à l’échelle européenne. Un titre qui va permettre à Pashutin et Calathes de retrouver l’Euroleague. Une chose est sûre, ceux là n’iront pas pour faire de la figuration. En revanche, pour Bilbao les affaires se compliquent sérieusement…

La bonne nouvelle pour nous français, c’est de voir que Moerman a réalisé une performance honnête avec 8 points (dont 5 consécutifs en début de deuxième quart temps) et 6 rebonds en 18 minutes de jeu. La mauvaise nouvelle, c’est l’absence de public, hormis les fans des deux clubs. Pour une aussi belle finale, le RTL Spiroudome aurait dû être rempli.

Tags :
Comments
Plongeur avec Rudy Fernandez et coiffeur de Simone Pianigiani. Aussi solide que Lior Eliyahu dans un Final Four. Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.