La France bat l’Italie sans Parker mais avec ses tripes

Avec un TP touché, Boris Diaw s’est transformé en patron et a permis à l’EDF de remporter une victoire précieuse face à l’Italie 91-84.

Après 3 victoires et une montée en puissance intéressante, l’Equipe de France affronte cette après-midi l’Italie dans un match qui, encore une fois, s’avère essentiel. Si la France remporte ce match, elle est certaine de terminer dans les 2 premières places du groupe B, position essentielle pour la seconde phase de poules.

Quelques chiffres :

  • La France est la 3e meilleure attaque de l’Euro avec 82,5 points à 57%.
  • L’Italie est la 2e plus mauvaise attaque de l’Euro avec 61,6 points à 42,5%.
  • L’Italie est la plus mauvaise équipe à trois-points du tournoi avec 19,7% de réussite contre 44,4% pour l’EDF (2e du tournoi).
  • L’Italie est l’équipe réalisant le moins de passes décisives : 7 passes en moyenne pour 7,7 balles perdues. La France tourne à 13,2 passes pour 11,9 pertes.
  • Au rebond, les 2 formations se tiennent : 33,4 rbds pour l’Italie contre 32,7 pour l’EDF.

——–

QT1 – Bargnani on fire : 20-23

Dès le début, la France montre ses intentions avec un beau panier deDiaw. Mais sur l’action suivante, Bargnani prend le dessus surNoah qui récupère même la faute. De Colo, titularisé dans le 5 majeur, fait parler sa pointe de vitesse pour aller marquer en lay-up.Parker, lui, va aller provoquer la faute d’Hackett mais c’est Batum qui marque sur alley-oop (6-3, 1m30). Noah fait preuve de beaucoup d’activité en attaque mais il est bien cornaqué par la défense italienne. Celle-ci fait cependant beaucoup de fautes (3 en à peine 2 minutes). Après un panier de Parker, l’Italie prend un temps-mort, étant déjà dans la difficulté face aux Bleus. Carrarettoprend sa chance à 3 pts et le plante mais sur l’action suivante, son équipe rentre déjà dans la pénalité.

Point négatif pour les Bleus : TP a pris une béquille mais reste sur le terrain. Le temps-mort fait son effet puisque l’Italie a passé un 5-0 aux Bleus mais c’est Batum (8 pts) qui redonne l’avantage aux Bleus (8-10, 4min17). On assiste alors à une partie de ping-pond où les deux teams se rendent coup pour coup. Noah marque son panier en prenant l’avantage sur Bargnani qui se rattrape en dunkant sur l’action suivante (avec en prime la faute de Diaw).

En ce début de rencontre, ce sont les intérieurs qui s’illustrent au scoring, les extérieurs ayant moins d’opportunités. A l’image du 3 pts de Batum, la France semble souffrir un peu au niveau de la réussite avec deux tirs ratés de rang. Collet tente alors un coup en faisant rentrer Kahudi pour avoir un peu plus de dureté en défense. Gallinari ouvre son compteur à 3 pts, suivi d’un panier de Bargnani. Ce dernier fait souffrir les Bleus avec déjà 13 pts au compteur (23-16, 8min10). Pas assez présente sur les lignes de passe, moins concentrée en défense, les Bleus semblent méconnaissables par rapport au niveau montré face à l’Allemagne. Collet prend alors un temps-mort pour casser la dynamique italienne et redonner ses consignes. Batum remet en route les Bleus avec un 2/2 aux lancers-francs. Avec l’entrée en jeu de Seraphin et Pietrus, la France a moins de shooteurs mais l’option paye en défense. TP tente sa chance mais ça ne rentre pas. La tension montre entre les deux équipes avec un Mordente un brin provocateur et tireur de short juste avant le coup de sifflet des 10 premières minutes (23-20).

 

QT2 – Belinelli prend le relais, la défense se troue : 41-48

A la reprise, TP rentre sur le terrain avec le sourire, visiblement peu inquiet, alors que Batum et Gallinari discutent ensemble. Ce dernier est trop court sur son shoot. Cusin, lui, place un contre monstrueux et empêchent les Français de concrétiser. Les Bleus apparaissent un peu maladroit en attaque à l’image de De Colo qui a flirté avec la reprise de drible. Il faudra un TP bien avisé pour trouver le chemin du cercle alors que sur la remontée de balle Mancinelli se rend coupable d’une faute offensive. En prenant l’avantage sur De Colo, celui-ci permet aux Italiens d’avoir 3 pts d’avance au bout de 2min30 (25-22). Peu après, sur une bonne défense de Kahudi, la France réussit à garder la possession. Avec les rentrées conjointes de Diaw et Traoré, Collet veut donner plus d’impact offensif dans le secteur intérieur. Les Italiens, comme à leur habitude, provoquent beaucoup mais le revers de la médaille c’est leur grand nombre de fautes (4 en à peine 3min20). Une très mauvaise stratégie car sur la ligne des lancers-francs, les Bleus sont à 100% de réussite. Mais pour que les Bleus reprennent l’avantage, il faudrait arriver à mettre plus de rythme en attaque et ne pas subir le jeu italien. Aussi tôt dit, aussi tôt fait. Ali Traoré redonne l’avantage aux Bleus sur une belle contre-attaque menée par Diaw. Mais sur l’action suivante,Hackett file seul au cercle, les intérieurs Bleus ne s’étant pas compris. Ceux-ci retombent dans leurs travers en laissant les Italiens tirer avec trop de facilité. Notamment Bargnani qui en est à 15 pts. Mais fort heureusement Traoré est là pour assurer un peu de scoring (5 pt s déjà).

Noah revient alors en jeu alors que Parker est très songeur sur le banc. Avec raison car Bargnani nous sort un match à la TP face à l’Allemagne vendredi dernier (17 pts à 7/10, 37-35, 7min). Nando de Colo, plutôt que d’aller vers le cercle, fait une passe complètement raté pour Albicy. Malgré la présence de deux gentils accompagnateurs, Noah prend sa chance dans la raquette avec réussite mais une action tout de suite gâchée en contre-attaque par une faute facilement évitable de Batum. Pour l’instant, le jeu français est trop brouillon pour renverser la vapeur. Gelabale, jusque là si précieux, n’est toujours pas rentré, signe d’un petit pépin physique ? Mais capitaine Diaw est là pour redonner un petit coup de fouet au groupe en marquant dans la raquette mais juste après shoot à 3 pts de Belinelli. Diaw remarque sur l’action suivante mais Belinelli, encore à 3 pts, donne 7 pts d’avance à l’Italie à la mi-temps (48-41).

 

QT3 – La France continue de subir : 60-67

A la rentrée des vestiaires, la première possession est pour les Italiens. Les Bleus font tout de suite preuve de beaucoup de hargne en défense. L’entente Diaw-Parker fonctionne à merveille et permet à la France de revenir à 5 pts dans la première minute (48-43). Cependant, les Bleus ont parfois tendance à trop se précipiter en attaque et à prendre des shoots compliqués. Aussi, en défense, les Bleus n’y sont toujours pas. Les aides sont en retard et les Italiens ont le dessus sur les situations de un-contre-un. Comme souvent, c’est Diaw qui donne l’exemple en contrant une action italienne. Avec la planche, Noah réussit son tir malgré le pressing de Bargnani. Bien placé, Babac prend sa chance à 3 pts et le marque, plus que 2 pts d’écart (52-50, 3min37). A noter que Mike Gelabale est entrée en jeu. Après une série de 9-4, l’Italie décide de prendre un temps-mort étant plus dans le dur. Avec 13 pts, Diaw, très influent dans le jeu, est le meilleur marqueur des Bleus pour le moment. En défense, les Bleus ont tendance à trop sauter sur les écrans, facilitant la circulation du ballon pour leurs adversaires. Mais fort heureusement, les shooteurs extérieurs, à l’image de Batum, ont retrouvé plus d’efficacité (54-52, 5min). il restait une seconde sur la possession et malheureusement Diaw prend la faute, sa 3e. Collet doit alors le sortir et décide de faire rentrer Pietrus, assez transparent depuis le début du game. Résultat : les Bleus cafouillent et multiplient les passes ratées. Les Bleus se compliquent la tache en subissant trop le jeu, en manquant d’agressivité et de précision en attaque. S’il fallait une preuve supplémentaire des difficultés des Bleus, il suffit de regarder le pourcentage de réussite de TP au tir (30%). Collet tente alors un coup en faisant entrer Tchicamboud. Mais pas sûr que la somme de touts ses essais donnent plus de lisibilité au jeu français. La stratégie à adopter pour les Bleus sera de provoquer les Italiens, les faire bouger car beaucoup ont cumulé les fautes dans ce match et cela pourra avoir son importance à la fin. Les Bleus peuvent toutefois profiter de la vista de Gelabale dans la raquette, lui qui ne gâche que très peu d’occasions de tirs. Problème pour les Bleus : avec la 3e faute de Noah, les Bleus se retrouvent avec deux intérieurs à 3 fautes. Collet fait alors rentrer Traoré pour éviter que Jooks ne prennent la 4e. Mais le plus important à l’instant t c’est de revenir au score. 8 pts d’écart avant que Traoré, en prenant le dessus sur Bargnani, remette l’écart à 6 pts. Mais de si brillant en attaque, Bomaye pêche en défense et laisse Bargnani marquer. Grâce aux lancers-francs, l’EDF termine son 3e quart-temps avec un écart de 7 pts (67-60).

 

QT4 – Boris Diaw et Mike Gelabale portent l’EDF à la victoire 91-84

Avant d’attaquer les 10 dernières minutes, les Bleus auront surement pensé à leur très petit 1/7 à 3 pts. Tchicamboud marque rapidement à 3 pts. Mais en défense, les Bleus sont encore trop passifs, spectateurs des prises de shoots italiennes. Mais super Mike est on fire et y va lui aussi de son 3 pts. En une minute, les Bleus ont passé un 6-0 qui les relancent totalement (67-66). C’est ce moment que Gallinari, en fin de possession, décide d’artiller à 3 pts avec de la réussite au rendez-vous. Après un shoot raté de Traoré, Pietrus a bien suivi au rebond offensif et a poussé Mancinelli à récolter sa 3e faute. L’Italie, pour éviter de redonner confiance, a opté pour la zone mais ça ne stoppe pas Pietrus, l’actuel meilleur Bleu sur le parquet. Mais toutes ces bonnes volontés offensives sont gâchées par l’attitude en défense où les Bleus sont bien trop laxistes. Grâce à un 2/2 de Batum aux lancers-francs, les Bleus reviennent à égalité au bout de 4 minutes de jeu (74-74). A la croisée des chemins, c’est maintenant qu’il faut montrer « qui c’est Raoul » dixit David Cozette. Et  pour ça on peut faire confiance à Gelabale qui donne l’avantage aux Français avec un magnifique shoot à 3 pts. Mike Gelabale aka le joueur discret mais qui au final te plante panier sur panier. Plus concentrés désormais en défense, les Bleus empêchent les Italiens de prendre un shoot avant la fin des 24 secondes. Les Bleus sont désormais en bonne position pour gagner le match. Diaw, en bon capitaine (15 pts), creuse l’écart à 3 pts mais Belinelli marque de suite sur la contre-attaque suivante (78-79, 6min32). La preuve est faite que les Bleus vont souffrir jusqu’au bout. Gelabale fait sa 3e faute et désormais les Bleus arrivent dans la pénalité. Au vue du match serré, les lancers-francs pourraient avoir un rôle d’arbitre. Et faire péter une durite au coach italien complètement bouillonnant sur son banc. Batum provoque la faute de son vis-à-vis, un mal pour un bien car les Bleus venaient de rater tir sur tir. Fort heureusement, c’est encore un 2 :2 pour Batum. Nico qui s’illustre encore en interceptant le ballon mais la contre-attaque n’ira pas au bout, Gallinari récupérant le ballon en provoquant au passage une faute de Tchicamboud. Babac, sur la ligne, redonne l’avantage d’un pt grâce à un 2/2. Une minute de jeu : la tension est à son paroxysme. Gros rebond de l’énorme Gelabale avec une attaque bien menée par Bobo qui donne 3 pts d’avance aux Bleus sur une belle feinte au poste-bas (85-82). Au prix d’une grande tension et dans un match parfois un peu laid et qu’ils ont failli perdre, les Bleus repartent quand même avec la victoire (91-84), synonyme de qualification assurée pour le 2e tour, sans défaite au compteur avant le match de demain face à la Serbie.

 

ITALY

Name Min FG 2P FG 3P FG FT Reb AS TO ST BS PF Pts
M/A % M/A % M/A % M/A % O D Tot
4 Maestranzi, A. 3 0/1 0.0 0/0 0.0 0/1 0.0 0/0 0.0 0 0 0 1 0 0 0 0 0
*5 Carraretto, M. 12 2/3 66.7 1/1 100.0 1/2 50.0 2/2 100.0 0 0 0 1 0 1 0 4 7
6 Mancinelli, S. 30 2/6 33.3 2/5 40.0 0/1 0.0 0/0 0.0 1 2 3 0 0 0 0 5 4
*7 Bargnani, A. 34 9/15 60.0 8/11 72.7 1/4 25.0 3/3 100.0 0 5 5 1 1 0 1 0 22
*8 Gallinari, D. 29 5/13 38.5 3/5 60.0 2/8 25.0 6/7 85.7 1 4 5 1 3 1 0 2 18
9 Mordente, M. 13 0/1 0.0 0/0 0.0 0/1 0.0 4/4 100.0 0 0 0 1 1 1 0 3 4
10 Cinciarini, A. DNP
*11 Belinelli, M. 37 7/13 53.8 3/5 60.0 4/8 50.0 1/3 33.3 0 2 2 3 0 0 0 5 19
12 Cusin, M. 6 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 1 1 0 0 0 1 2 0
13 Datome, L. 3 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 0 0 0 1 0 0 1 0
14 Renzi, A. DNP
*15 Hackett, D. 32 4/6 66.7 4/5 80.0 0/1 0.0 2/2 100.0 0 0 0 5 2 0 0 3 10
TEAM/COACH 1 2 3 1 0
TOTAL 29/ 58 50.0 21/ 32 65.6 8/ 26 30.8 18/21 85.7 3 16 19 13 9 3 2 25 84

FRANCE

Name Min FG 2P FG 3P FG FT Reb AS TO ST BS PF Pts
M/A % M/A % M/A % M/A % O D Tot
*4 Noah, J. 20 4/7 57.1 4/7 57.1 0/0 0.0 2/2 100.0 2 5 7 1 2 0 0 3 10
*5 Batum, N. 31 6/11 54.5 6/9 66.7 0/2 0.0 8/8 100.0 0 5 5 1 2 4 1 3 20
6 Seraphin, K. 5 0/1 0.0 0/1 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
7 Albicy, A. 7 0/0 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 2/2 100.0 0 0 0 1 0 0 0 0 2
8 Kahudi, C. 6 0/1 0.0 0/1 0.0 0/0 0.0 0/0 0.0 3 0 3 0 0 0 0 0 0
*9 Parker, T. 24 3/11 27.3 3/10 30.0 0/1 0.0 2/4 50.0 0 3 3 4 1 0 0 3 8
10 Traore, A. 10 4/6 66.7 4/6 66.7 0/0 0.0 3/3 100.0 1 0 1 0 1 0 0 1 11
11 Pietrus, F. 22 2/2 100.0 2/2 100.0 0/0 0.0 0/0 0.0 2 3 5 0 1 0 0 3 4
*12 De Colo, N. 17 2/4 50.0 2/2 100.0 0/2 0.0 0/0 0.0 0 1 1 0 3 0 0 0 4
*13 Diaw, B. 27 7/9 77.8 6/7 85.7 1/2 50.0 6/6 100.0 1 3 4 4 0 0 1 3 21
14 Tchicamboud, S. 12 1/4 25.0 0/3 0.0 1/1 100.0 0/0 0.0 0 1 1 1 0 0 0 2 3
15 Gelabale, M. 20 3/3 100.0 1/1 100.0 2/2 100.0 0/0 0.0 1 5 6 2 1 1 0 3 8
TEAM/COACH 1 1 2 1 0
TOTAL 32/ 59 54.2 28/ 49 57.1 4/ 10 40.0 23/25 92.0 11 27 38 14 12 5 2 21 91

 

 

Tags : ,
Comments

Commentaires (9)

  1. AND11

    Bravo les Bleus! Bravo Boris!

    Bilan 4-0!

    Espérons que les pépins physiques ne soient pas trop graves pour les uns et les autres..

  2. Francky IX (also wan

    En effet, c'est bien cette victoire pour garder la confiance.

    TP et Gelabale n'ont pas beaucoup joué aujourd'hui, ç'est pas mal aussi.

    PS : c'est mieux de commenter et de lire les commentaires içi. Affligeant le niveau sur BS, il y a un paquet d'abrutis et de cas désespéré là bas…

  3. Patrick

    à Noter : demain l' Allemagne pourra se reposer face à la Lettonie pour un match sans enjeu. Tout comme la Lituanie face au Portugal.

  4. el gaucho

    Ce qui est (un peu) rassurant, c'est que lorsque TP se troue, on s'aperçoit qu'on a d'autres attaquants… Même s'ils leur a fallu un moment pour se trouver…

    On peut aborder le match contre la Serbie décontracté…