La France sans difficulté face à la Belgique

La France a remporté son dernier match de préparation face aux Belges.

Derrière ligne droite pour les Bleus qui joueront leur dernier match de préparation face à la Belgique. Vincent Collet aura l’occasion d’effectuer les derniers réglages avant le tant attendu championnat d’Europe en Lituanie sans pour autant griller ses joueurs majeurs.

Hier, Tony Parker and co ont disposé de la Bosnie sans grosse difficulté. La veille, les Belges n’avaient fait qu’une bouchée de la Bosnie 81-55. La rencontre face aux Bleus devraient être plus équilibrée.

Début de match à 20h30 en direct sur Sport+. N’hésitez pas à venir commenter le match ici.

1er quart-temps : 28-6

Dès le début du match, les Bleus récupèrent la possession. Et ça démarre fort avec un alley-oop de Gelabale sur un service de Gelabale. Touché à la cuisse (béquille), ce dernier est vite remplacé par De Colo. Collet ne veut prendre aucun risque. Les Belges eux ont vite la poisse et perdent très vite leur leader Axel Hervelle, blessé à la hanche après une mauvaise réception (4-0, 42s’). Peu mis en danger, les Bleus ne serrent pas totalement leurs adversaires et ne rentrent aucun tir sur leurs rares tentatives. En attaque, leur jeu rapide fait merveille. Mais sans toujours l’adresse au rendez-vous (3 pts raté de De Colo au bout de 2min20) à l’extérieur. Pêchant parfois par gourmandise, les Bleus ne mènent « que » 8-0 au bout de 4 minutes de jeu. Les Belges auront du attendre Christophe Beghin et 4min20 pour marquer leurs premiers pts (11-2). Un trou d’air étonnant alors qu’ils avaient battu la Bosnie de 26 pts avant la France. Mais ce soir, par leur percussion, leur facilité à accélérer le jeu, les Français arrivent à provoquer leurs adversaires en les poussant à commettre la faute. Résultat : ils creusent leur avance grâce à leurs passages aux lancers-francs (9/9). Les Belges, à l’instar de Dimitri Lauwers tentent d’artiller à l’extérieur mais la stratégie ne marche pas, les joueurs ne prenant pas assez de temps pour se créer des positions de shoot favorables (21-6 au bout de 7min30). Après 8 pts marqués en 7min40s, Parker est remplacé par Albicy histoire de souffler un peu. Les remplaçants font le taf comme Seraphin auteur d’un contre monstrueux. L’identité défensive des Bleus n’en sort que renforcée avec de telles actions. L’évaluation illustre elle le différenciel entre les deux équipes : 32 à -1. De quoi finir le quart-temps avec un large sourire malgré une petite mésentente entre Pietrus et Albicy qui ne se sont pas trouvés sur une passe (28-6)

2ème quart-temps : 35-19

A la reprise du deuxième quart-temps, la Belgique change de stratégie en défense et opte pour la zone. Mais Mister K arrive toutefois à trouver le chemin du panier (30-6, 1min). Beghin, joueur de Charleroi et donc futur coéquipier de Gelabale, lui répond par un shoot à 3 pts. Taroré démarre mal et à la suite d’une perte de balle il « oblige » Albicy à faire faute pour stopper la contre-attaque. Niveau réussite au shoot, la France étonne avec un 63% qui n’est pas dans son habitude. Traoré se rattrape en trouvant le panier par un tir main droite en mouvement mais est trop court sur le lancer-franc obtenu (33-9, 3min20). Les Belges eux sont à 9 pertes de balles soit le même total que leur nombre de pts. Sur le parquet, Tchicamboud joue en 2 avec un Traoré replacé en 4 suite à la rentrée de Noah. Un test de Collet assez logique car avec son touché de balle, Traoré possède les qualités d’un 4. Mais Jooks est aussi un bon shooteur capable d’actions spectaculaires comme ce alley-oop à la 6eminute (35-13). Dans ce quart-temps, l’accent est davantage mis sur la défense avec moins de tirs tentés de part et d’autres (7 pts inscrits pour les deux équipes). D’où la levée de bras de Maxime De Zeeuw lorsqu’il trouve, quasi miraculeusement, le cercle (1/5 au tir). Les Belges, plus en confiance et face au manque de fluidité du jeu de passe des Bleus, prennent confiance et passent un 6-0 aux Bleus de Parker dans les deux dernières minutes (35-19 à la mi-temps).

3ème quart-temps : 61-31

Pour la reprise, Gelabale n’est pas sur le parquet et ne devrait pas rentrer à nouveau. Le Belge Hervelle, lui, serait touché aux ligaments. Les premiers pts viennent de De Colo, qui ouvre son compteur. Le meneur de Valence avait bien suivi au rebond. De nouveau d’attaque, les Bleus ont appuyé sur l’accélérateur, le jeu rapide comme sur la remontée express de Boris Diaw (39-19, 1min30). Ou alors comptent sur leur collectif et l’entente Diaw-Parker qui se trouvent les yeux fermés. Et si la finition n’est pas toujours au rendez-vous (48% de réussite), les Bleus compensent par leur domination au rebond (22-16). Grâce à un 5-0, les Bleus augmentent l’écart à 23 pts (46-23 à la 4e). Et ce en partie grâce à leurs shooteurs extérieurs qui bénéficient du travail de fixation de Noah sous le cercle. Mais également par une zone plus brouillonne des Belges moins agressifs dans leur marquage. Noah continue à faire le taf au rebond (déjà 7) mais Cheval Furieux (du surnom donné par Ali Traoré) est toute suite moins à l’aise quand il s’agit de passer sur la ligne des lancers-francs (1/2). Nico Batum, lui, son truc c’est le dunk sur une passe millimétrée de Diaw (53-25, 7min). Sur l’action suivante, Diaw contre et récupère le ballon, passe à Batum qui redunk. La France est sur son petit nuage quant à son jeu collectif qui apparaît particulièrement bien rôdé en cette fin de période très animée (61-31).

4ème quart-temps : 74-44

Première action dangereuse des 10 dernières minutes : un dunk litigieux pour un Belge qui n’aurait pas du être accordé, n’étant pas totalement descendu. Qu’importe, finalement, car l’avance est conséquente. La difficulté pour les Bleus est de remettre du rythme dans un match qui baisse d’intensité. Seraphin, après son anti-sportive, est recadré par Vincent Collet. 5-2 pour la Belgique : c’est le tout petit score en 4 minutes de jeu. Plus haché, le match se joue dans la récupération du ballon. Albicy décoince les siens en rentrant un 2 pts près du cercle après un moulinette, sa spéciale. Ça ne dure pas longtemps car plus agressifs dans le pressing, les Belges empêchent leurs adversaires de shooter rapidement. Jouant moins près du cercle que Noah, Seraphin ne permet pas pour l’instant de créer des décalages pour ses coéquipiers. Traoré, lui, trouve le panier dès son retour sur le terrain et rassure après un passage jusque là moyen. Il compense ainsi un manque de mobilité des Bleus en attaque pouvant correspondre à de la fatigue mélangée à l’absence de Parker (69-42, 8min20). Traoré prend un shoot ouvert et ça rentre. Les 4 derniers pts des Bleus ? C’est lui ! De Colo provoque ensuite l’anti-sportive de Steinbach en le prenant par rapidité. Accroché sur cette action, son short en porte d’ailleurs les stigmates. Malgré un dernier dunk de De Zeeuw, c’est bien la France qui l’emporte dans un match rondement mené (74-44). Forcément rassurant à quelques jours de l’entrée en lice à l’Euro.

Tags : ,
Comments

Commentaires (3)

  1. tupinier

    allez equipe de france courage , pour tout a l'heure bonne chance au joueurs

  2. AND11

    Comme hier. Je vois pas l'intérêt de ces matchs. A part risquer une blessure et une prise de confiance trop importante de l'équipe.. Autant faire des entrainements!

  3. Patrick

    Distension des ligaments du genou pour Hervelle. Plusieurs semaines d' arrêt.