La France se fait peur mais domine l’Allemagne !

Après un départ canon, les Bleus ont un peu trop laissé l’Allemagne espérer (victoire 78-74). L’essentiel est là et il y a du positif à retenir.

L’équipe de France a remporté (78-74) le match le plus important de son premier tour à la Coupe du monde 2019. C’est bien là l’essentiel. Cette rencontre face à l’Allemagne importait autant pour la suite des événements en Chine que pour laver l’affront subi en 8e de finale l’Eurobasket 2017. Les Bleus auraient toutefois pu nous faire un peu moins transpirer après avoir été extrêmement intéressants et prometteurs.

Leur début de match a été tout bonnement exceptionnel en termes d’intensité défensive et d’efficacité. Amath M’Baye (21 points à 8/12 dont 4/6 à 3 points) s’est révélé aux yeux du grand public à cette occasion et les joueurs de Vincent Collet ont fait cauchemarder leurs bourreaux d’il y a deux ans avec un 14-0 épatant. A la pause, la France menait de 16 points (36-20) et tout indiquait une promenade sans accroc. C’était avant que la rotation ne s’avère un peu poussive. Et que certains joueurs évoluent nettement en-dessous de leur meilleur niveau…

Nando De Colo a notamment vécu l’un de ses matches les plus compliqués en sélection, avec beaucoup de mauvais choix et une nervosité palpable. Frank Ntilikina, Louis Labeyrie ou Axel Toupane n’ont pas n’ont plus eu l’apport escompté. Ce n’est que la vérité d’un match, fort heureusement.

Voigtmann intenable, Fournier clutch pour la France

Emmenés par Johannes Voigtmann, le nouveau pivot du CSKA Moscou, les Allemands ont progressivement gommé leur retard. Voigtmann a boosté son pays à coups de bombes from downtown avec une réussite phénoménale (25 points à 5/7 à 3 points). Revenus sous les 5 points dans le money time, les coéquipiers de Dennis Schröder (23 points) sont passés à côté d’un gros comeback. Les responsables principaux : Rudy Gobert, auteur d’un panier avec la faute, et Evan Fournier, qui a parfaitement endossé le rôle de go-to-guy en deuxième mi-temps avec 26 points, dont 4 dans les 30 dernières secondes.

Pour une entrée en matière face au meilleur adversaire de la poule, il y a quand même du positif à tirer de cette partie. Le potentiel défensif des Bleus a parfaitement été mis en avant. Leur solidité mentale pour ne pas craquer après un gros run adverse aussi. Les deux prochains matches contre la Jordanie et la République dominicaine serviront surtout à travailler les automatismes. Le 2e tour s’annonce évidemment plus corsé contre les deux meilleures équipes du groupe H. L’Australie (victorieuse du Canada) et la Lituanie, qui a étrillé le Sénégal, ont montré qu’elles n’étaient pas là pour faire de la figuration.

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.