La France s’incline sur le fil contre la Serbie

Pourtant devant en première mi-temps, les Bleus ont fini par subir le retour des Serbes avant de perdre de cinq points (56-61).

France – Serbie : 56-61

Que retenir de ce dernier match de préparation de l’équipe de France avant la Coupe du Monde en Chine ? Les Bleus affrontaient la Serbie, cador mondial, avec peut-être l’ambition de réaliser une performance référence juste avant le début du tournoi. Ça n’a pas été le cas. Solides et sérieux en première mi-temps, les joueurs de Vincent Collet ont manqué de ressources lorsque leurs adversaires ont haussé leur niveau d’intensité au retour des vestiaires. Mais tout n’est pas à jeter sur cette partie. Les vingt premières minutes ont même été intéressantes. Surtout sur l’aspect défensif. Bien en place, les Français ont étouffé des Serbes très peu impliqués – et privés de Bogdan Bogdanovic et Nemanja Bjelica, laissés au repos.

17-14 en faveur de l’EDF après dix minutes. Un écart qui s’est creusé dans le deuxième quart temps sous l’impulsion des remplaçants. L’activité des Vincent Poirier, Paul Lacombe et Andrew Albicy a fait la différence. Et c’est donc avec un matelas confortable de 9 points que les tricolores sont rentrés au vestiaire. Trop mou, Nikola Jokic avait déjà enregistré 6 des 11 ballons perdus par son équipe. Ses coéquipiers n’étaient guère plus agressifs. Sasha Djordjevic leur a peut-être passé un savon à la pause. Parce que ses hommes sont revenus avec plus d’ambitions. Plus conquérants, ils ont très vite refait leur retard pour même repasser devant en cours de troisième quart (40-41).

Les Bleus étaient encore au contrôle à l’entame des dix dernières minutes (48-46). Mais pas pour longtemps. Aucun des deux coaches n’a réellement joué la gagne et la plupart des remplaçants – plus Jokic côté serbe – ont été laissés sur le parquet dans le money time. Les Serbes ont tranquillement géré pendant que les Français peinaient terriblement à attaquer le secteur intérieur adverse, certes bien fourni. Le manque d’adresse a penché en faveur des derniers vice-champions d’Europe. La Serbie l’a donc emporté sans forcer. Maintenant, l’EDF peut déjà tourner la tête vers l’Allemagne, son premier adversaire en phase de poules de la Coupe du Monde, ce samedi.

Comments

Commentaires

Comments are closed.