La JDA Dijon n’a plus de joker

Pour la JDA Dijon l’équation est simple : il faut la victoire face à Gaziantep ce mardi pour continuer à exister en Eurochallenge.

Andre Harris Valentin DelrueAvec deux défaites en autant de rencontres depuis le début du Last 16 de l’Eurochallenge, Dijon est au pied du mur. Car en cas de défaite face aux Turcs de Gaziantep (leader invaincu de la poule K), les Bourguignons pourraient dire avec quasi-certitude adieu aux chances de poursuivre la compétition. Pour avoir une chance de l’emporter, Jean-Louis Borg, coach de la JDA, est clair : il n faudra pas laisser les Turcs imposer leur emprunte sur la rencontre.

« Comme toutes les équipes de la poule, Gaziantep s’appuie sur une grosse défense. En attaque, elle alterne entre le jeu rapide et sur demi-terrain, en s’appuyant sur tous les postes. Elle a cette capacité à imposer le rythme d’une rencontre » (Le Bien Public).

La tâche s’annonce donc ardue et ce d’autant plus que Tony Dobbins ne pourra pas être aligné par Jean-Louis Borg car le staff dijonnais a fait le choix de le préserver, l’arrière n’étant pas encore totalement remis de sa blessure au dos. En son absence certains éléments, comme Antoine Mendy, ont été davantage sollicité sans pour autant que l’équilibre de l’équipe ne s’en retrouve fragilisé. Une tactique nécessaire car le mois de février s’annonce chargé pour Dijon qui aura en plus la Leaders Cup à disputer à partir de la mi-février (premier match le 14 février contre la JSF Nanterre). Mais comme l’appétit vient en mangeant…

 

Crédit photo : Valentin Delrue

 

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.