Le CSKA et Malaga au Top 16, l’Olympiakos et le Barça se baladent

Tous les matchs d’Euroleague de la soirée façon bullets.

CSKA Moscou-Partizan Belgrade : 78-61

En perdant à l’extérieur, les Serbes se sont un peu compliqués la tâche. Sans Léo Westermann, les meilleurs marqueurs du Partizan furent le duo Lucic/Milosavljevic avec 12 points chacun. Mais le rouleau compresseur moscovite avait dans ses rangs un excellent Dionte Christmas auteur d’un match-plein avec 13 points et 3 fautes provoquées. Les 6 rebonds d’un Sacha Kaun ont été tout aussi important avec une différence qui s’est faite également grâce à un hyper-réalisme à trois points (63,6%) des hommes d’Ettore Messina.

 

Fenerbahce-Union Olimpija : 85-68

Favori pour le Final Four, Fenerbahce a facilement battu l’équipe slovène. Bogdanovic termine meilleur marqueur de son équipe avec 19 points et trois autres joueurs ont eux aussi dépassé les dix points. Une diversité offensive que l’on n’a pas retrouvé chez les Slovènes avec un certain Dylan Page à 23 points dans le rôle de l’arme offensive number one. Pourtant, malgré cet écart de 17 points, l’Union Olimpija a largement gagné la bataille du rebond (43 à 29). Mais une première mi-temps ratée (43-26) les avait plombé.

 

Barcelone-Lietuvos Rytas : 90-66

At home, les Catalans n’ont eu aucun souci pour venir à  bout de leurs adversaires lituaniens. Il n’y a guère que dans le deuxième quart perdu 27-15 que les hommes de Xavi Pascual ont laissé exister le Rytas de Leon Radosevic (14 points et meilleure marque de son équipe). Cependant que faire face à une équipe shootant à 81,8% ? Attendre que l’orage passe. Ante Tomic a ainsi rendu une copie ultra-propre avec ses 17 points (un seul lancer-franc raté) et 6 rebonds, bien secondé par Pete Mickeal et ses 15 points. c’est donc en toute sérénité que le Regal peut aborder la suite de la compétition.

 

Malaga-Gdynia : 63-48

Une chose est sûre : si l’on s’attarde sur les stats on n’a clairement pas asssité au match de l’année. Mais il faut dire que Gdynia évolue un peu en roue libre n’ayant plus rien à espérer de la compétition. D’ailleurs avec aucun joueur au-dessus des dix d’éval, on voit mal comme les Polonais ppuvaient espérer briller. Côté andalou, les stats sont donc un peu plus ronflantes à commencer par les 12 points de Kosta Perovic et les 11 pions d’Earl Calloway. Mais le plus important était bien évidemment de ne pas perdre pour ne pas se tirer une balle dans le pied.

 

Olympiacos-Anadolu Efes : 75-53

De la maitrise et de l’efficacité c’est ce qui a caractérisé la prestation des Grecs. Kostas Papanikolaou s’est montré à son avantage des deux côtés du terrain (17 points et 6 rebonds). Finalement la seule faiblesse de l’Oly aura été un petit manque au rebond offensif (6). Quand à l’Anadolu, qui est donc allé se faire voir chez les Grecs, hormis le match de bonne tenue de Jamon Lucas (15 points, 5 rebonds et 2 passes décisives), il n’y avait pas grand chose de fameux à retenir.

 

Milan-Zagreb : 75-60

En l’emportant confortablement, Milan a fait une bonne opération et Sergio Scariolo s’est accordé un peu de répit quant à ses chances de poursuivre avec le club italien. C’est toute une équipe qui aura été à l’aise offensivement puisque cinq joueurs ont au moins atteint la barre des dix points avec une mention particulière pour Antonis Fotsis et ses 15 points. Et sous le cercle Milan a pu compter sur un très bon Ioannis Bourousis (12 prises). A l’instar de Mike Gelabale (6 points et 5 rebonds), la team croate a donc fait un petit match.

Tags : ,
Comments

Commentaires (8)

  1. Helpless

    Basket français:RIP.

  2. Yoyo

    Il faut revoir la défense sur pick and roll Greg

    Y a un gros souci sur les rotations

    Dommage

  3. turin

    Une bonne partie des Joueurs de Chalon n'ont pas le niveau et la régularité exigés par l'Euroligue,difficile d'exister dans ces conditions.

  4. Qiou

    J'ai remarqué que les grecs aimaient bien se faire l'Efes.