La méforme de Covile

Auteur d’une pale copie, l’intérieur Ryvon Covile s’est fait tancé par son entraineur en conférence de presse.

Censé être un joueur dominant, Ryvon Covile déçoit. Lors de ses trois dernières sorties avant la rencontre de ce week-end face à Chalon, l’intérieur n’a pas dépassé 7 d’éval. Face à Dijon, un concurrent direct pour le maintien, il aura même été fantomatique : 6 points, 1 seul rebond pris et 5 fautes le tout en 16 minutes. Contre Chalon, et malgré l’absence de Stephen Brun, il n’aura joué que 9 minutes sans marquer un seul panier pour finir avec -3 dévaluation. Résultat : Pascal Donnadieu a parfois du bricoler et faire jouer Marc Judith en 4 afin de soulager Will Daniels et Johan Passave-Ducteil. C’est sans lui en deuxième mi-temps que l’équipe nanterrienne aura opéré sa remontée. D’où une inquiétude son entraineur.

« Je suis quand même inquiet sur la performance d’un joueur comme Ryvon Covile. On a mieux joué sans lui, on a mieux joué sans lui je crois à Dijon. Chaque fois que je le mets dans le 5, on en prend 20. C’est notre joueur normalement dominant. Ce soir, il fait -3 d’éval en 9 minutes. Je pense que si je le mets en deuxième mi-temps, on  ne revient pas ».

En perte de confiance, Ryvon Covile n’est pas pour le moment le joueur rassurant qu’il manque à la JSF pour avoir une raquette plus solide. S’il a réalisé jusque là deux très bons matches (face au Mans lors de la première journée et face à Orléans à qui il a mis le panier de la gagne), Ryvon Covile doit maintenant justifier le statut qui le précède. Face à Poitiers, il aura en tout cas l’occasion de se rattraper. Car la victoire aura un prix encore plus important qu’à l’accoutumée.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (2)

  1. mimouane

    Je crois tout simplement qu'il s'agit plutôt d'un joueur moyen, voire assez moyen. Il était transparent au Mans l'an passé, et à Orléans je ne l'ai jamais trouvé transcendant, en tout cas souvent moins bon que Ludo Vaty qui devait avoir tout juste 20 ans à l'époque…