La NBA dans une bulle, ce n’est peut-être pas terminé

Devant la situation sanitaire, la NBA pourrait mettre en place plusieurs bulles afin de disputer l’intégralité de la saison 2020-21.

Aux grands maux, les grands remèdes. Pour terminer sa saison 2019-20, la NBA avait fait le choix osé d’une bulle. C’est à dire réunir 22 équipes sur un même site pendant plusieurs semaines, voir plusieurs mois. Il y avait évidemment des questions, de l’inquiétude. Voilà maintenant près d’un mois que tous sont réunis sous le soleil de Floride, chez Mickey à Disneyworld. Et mis à part la petite affaire Lou Williams, aucun incident majeur n’est à signaler. Et plus important encore, aucun cas de Covid-19 n’a été importé. La bulle est, pour le moment, un succès de ce côté-là. Dans les gymnases, la ligue a également fait un travail remarquable pour compenser l’absence du public. Des jeux de lumières, des écrans, du bruitage, du public virtuel. Rien ne remplace le bruit des fans mais il faut admettre que pour nous tous, téléspectateurs, ça ressemble vraiment à un tournoi FIBA.

Malgré tout, l’objectif principal de la NBA reste le même, pouvoir faire revenir du public dans les salles le plus vite possible. Elle est même prête à reporter au maximum son exercice suivant pour le permettre. Il faudra une condition, qu’un vaccin ou remède soit disponible sur le marché. Ce qui, à l’heure actuelle, est très difficile à prévoir. Saut que la ligue doit déjà anticiper. C’est pourquoi Michèle Roberts, directeur executif de la NBA, a expliqué que le plan de plusieurs bulles était bel et bien sur la table.

« Je ne dirais pas qu’on puisse écarter cette option pour la saison prochaine. Personne n’a envie de rester six mois dans un bulle, c’est insensé. Il y aurait plusieurs bulles, avec un temps hors de la bulle. Peut-être qu’il n’y aura pas de bulle du tout mais bien entendu, c’est un scénario ou l’un des scénarios que nous devons considérer car, une nouvelle fois, c’est le virus qui dicte quelles sont nos restrictions ou pas. »

Si la NBA doit penser à tout, c’est que le paramètre familiale est très important. À DisneyWorld, tous les joueurs, coaches, membres du staff sont loin de leur famille. Et refaire ce procédé pendant six à sept mois est tout simplement impossible. Du moins, dans une seule et même bulle. Mais au moins la NBA est claire, revoir le championnat que l’on connaissait avant la pandémie prendra du temps.

La NBA a un autre plan, condenser la saison prochaine

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.