La Pologne éliminée, Israël pour l’honneur, la Bulgarie et la Géorgie en attente

Les premiers matches de la journée sont déjà terminés et certaines équipes peuvent plier bagages.

L’Italie sort sur une nouvelle défaite

Les Italiens n’auront même pas sauvé l’honneur avant de quitter la compétition.

Israël aurait pu boucler l’affaire à la fin du temps réglementaire mais il leur aura fallu une prolongation et une dernière décision arbitrale qui s’est fait attendre pour s’imposer face à la bande de Bargnani (96-95). Les Israéliens ont d’abord pris le contrôle de la partie en première mi-temps avant de sécuriser le tout dans le troisième quart-temps.

Mais dans les dix dernières minutes, la roue a tourné et les Italiens ont été pris d’un sursaut d’orgueil pour passer un 24-5 à leurs adversaires. Israël a mis 8 min à inscrire ses premiers points et Bargnani envoyait tout ce beau monde en prolongation. Une prolongation d’abord dominé par les Israéliens puis par l’Italie.

Dans les dernières secondes, Gallinari loupe le shoot de la gagne, Bargnani s’empare du rebond mais ne parvient pas à convertir et c’est au tour de Gallinari de récupérer le rebond pour se planter également (95-95). Derrière Yanniv Green récolte la faute et inscrit le lancer de la victoire.

La Bulgarie et la Géorgie pas encore éliminées

Si les Bulgares ont battu les Géorgiens, les deux équipes attendent le résultat de Belgique-Ukraine.

En battant les Géorgiens (69-79), la Bulgarie n’a pas fait une croix sur une qualification au second tour. Mais elle devra compter sur une victoire des Belges, qui ont tout perdu et ne jouent plus rien, face à l’Ukraine, déjà éliminée également. Si l’Ukraine gagne, c’est la Géorgie qui passera.

En tout cas, les Bulgares, qui avaient besoin d’une victoire de 14 pts pour assurer le 2ème tour, ont fait tout ce qu’ils ont pu. Menés de 5 pts à 4 minutes du terme, ils ont enchaîné avec un 14-0 pour reprendre l’avantage. Très adroits derrière l’arc, la Bulgarie a pu compter sur son naturalisé, Earl Rowland, qui finit à 25 pts, dont un beau 5/6 à 3-pts, et 4 pds.

La Finlande tape la Bosnie

Les Finlandais se sont imposés face au Monténégro 71-65.

Après avoir été menée de 7 points durant le 3ème quart, la Finlande a soudainement relevé la tête pour finalement reprendre les rênes du match et ne plus les lâcher sous l’impulsion de Petri Virtanen et de ses deux tirs à trois-points consécutifs et décisifs.

Le Monténégro a été incapable de réagir malgré les 16 pts et 6 rbds de Nikola Pekovic (mais également 5 fautes) et a fini par payer cher son manque de rendement au rebond (46-30).

Luol Deng dompte la Pologne et qualifie la… Turquie

Les Polonais ont craqué contre une Team GB emmenée par un un impressionnant Deng et sont éliminés.

Grâce à un énorme Luol Deng (28 pts, 14 rbds, 6 pds) et un Freeland impressionnant (27 pts, 11 rbds), la Grande-Bretagne a éteint toutes les chances polonaises de poursuivre dans cet Euro.

Malgré le premier panier du match marqué par la Pologne, les hommes d’Alex « Scottie » Pipan sont très tendus et prennent un 10-0 dans les quatre minutes suivantes. Les Anglais commencent par ouvrir la défense en mettant leurs shoots extérieurs avant d’aller défier les Rouges et Blanc à l’intérieur. Mais la défense polonaise se ressaisit et, grâce à une adresse extérieure retrouvée, les Polonais reviennent à 12-12 à 2 mins de la fin du 1er QT. Finalement, Robert « Biggy » Archibald donne un point d’avance aux British sur un hook main gauche pour finir le 1er QT. (18-17).

Le 2ème QT commence avec un beau duel DengKelati au scoring, bien aidés respectivement parFreeland à l’intérieur pour les Britanniques et Berisha (PL) à l’extérieur pour les Polonais. L’ailier fortClark nous fait même cadeau d’une action « Vince Carterienne », un peu involontaire et au ralenti jugera-t-on, avec un bon gros fake-pump à 3 pts digne d’Antic, un shoot-brique contre la planche récupéré pour la petite claquette agrémentée d’un « And One“. Tout ça pour donner 6 points d’avance à la sélection britannique.

L’écart monte même à 8 pts (34-26) à 2’48 du retour aux vestiaires. Il faut dire que les 4 mns sans marquer des Polonais (entre la 14ème et la 18ème) n’ont pas vraiment arrangé leurs affaires dans cette première période où la maladresse à 3pts est contagieuse (22% pour les deux teams). Comme les Polonais ne captent aucun rebond offensif (0 en 1ère mi-temps, contre 10 pour les Britanniques), ils ne se donnent pas les moyens de revenir au score. Pour ne rien arranger pour les Slaves, Deng finit la mi-temps en mode énervé, avec un rebond capté au milieu de 4 Polonais, d’un panier avec la faute, puis d’un 3-pt distance NBA sur l’action suivante, pour maintenir l’écart à la mi-temps (39-31). Il termine d’ailleurs celle-ci avec un beau 13 pts et 7 rbds.

Les chants « Polska » s’intensifient dès le retour des joueurs et les Polonais reviennent à 3 pts après 4 mns sur un petit layup de Kelati. La partie s’enflamme un peu et les deux équipes enchaînent les possessions rapides ainsi que les paniers. Deng continue son festival et harponne la défense polonaise plus souvent qu’à son tour, tout en ne donnant pas sa part au chien au rebond et provoquant un maximum de fautes (8 sur la partie), ayant déjà un double-double (19 et 10) après 27 mns. On a néanmoins tendance à voir se profiler la Deng-dépendance avec ses coéquipiers qui attendent que le Bull les sauve.

Hrycanuk prend le 1er rebond offensif polonais à 2′ de la fin du 3eme et ramène la Pologne à 3 pts sur un petit layup au milieu de la raquette britannique. Kozsarek essaie ce qu’il peut pour garder la « Reprezentace » dans le match et fait passer la Pologne devant suite à 4 lancers de suite, consécutifs à une faute technique (28’43) et lui donne même 3 longueurs d’avance, sur un shoot alléluia en fin de possession. Le guard commet tout de même sa 4ème faute au buzzer mais il est trop important pour ne pas commencer le 4ème QT sur le parquet.

La Pologne a donc un QT pour décider de son avenir dans ce Tournoi et le commence bien mal en encaissant un 4-0 qui remet les British dans la course (59-56, 31ème). Les Blancs enchaînent même sur un 7-4 sous l’impulsion d’un Freeland dans la zone (20pts à 9/9 après 35mns) et gardent 2 points d’avance malgré les réponses polonaises des mains de Kelati et Berisha (73-71). Le meneur, héros de la veille avec son shoot devenu mythique sur les playgrounds de Varsovie, égalise même sur une contre-attaque (73-73, 36ème).

C’est une fin de match où l’avantage passe d’une équipe à l’autre sur pratiquement chaque possession. Mais les deux joueurs dominant côté britannique s’allient sur un alley-oop lancé par Deng pour Freeland pour donner 3 points d’avance à la sélection de Chris Finch (80-77, 38ème). Freeland finit l’après-midi de sa vie (27 pts à 100%, augmentés de 11 rbds) avec un 3-pt dans le corner pour donner 6 points d’avance aux Britanniques face à des Polonais complètement anéantis et désorganisés.

Après la rituelle litanie des lancers-francs, c’est la Grande-Bretagne qui l’emporte 88-81, qualifiant par la même les Turcs qui, même en perdant ce soir, arriveraient troisièmes grâce à la différence de points entre les trois nations (Turquie, Grande-Bretagne, Pologne). Bien que les statistiques offensives soient assez comparables, c’est clairement le déficit au rebond des Polonais (seulement 25 (3 offensifs) contre 46 (dont 16 offensifs) aux Britanniques) qui leur enlève toute possibilité de gagner ce match et de continuer leur aventure. Pas sûr que le staff de l’équipe de France soit ravi par la nouvelle…

Comments

Commentaires

Comments are closed.