La Serbie a encore pris le dessus sur l’équipe de France

L’équipe de France s’est incliné contre la Serbie pour la troisième fois cet été. Contrairement aux deux premiers matches assez serrés, les Bleus ont été corrigés en Argentine.

France 88 – 105 Serbie

L’équipe de France a décroché son ticket pour les Jeux Olympiques de Rio en remportant le tournoi qualificatif organisé à Manille, aux Philippines. Elle entamait ce soir le premier de ses trois derniers matches de préparation avant la compétition en affrontant la Serbie à l’occasion du tournoi de Cordoba, en Argentine. Les deux équipes ont forgé une certaine rivalité en se retrouvant face à face en demi-finale de la Coupe du Monde 2014 puis lors du match pour la troisième place de l’Eurobasket 2015. Elles s’étaient déjà rencontrées par deux fois cet été avant le match de ce soir. Deux tests amicaux remportés par les hommes de Sasha Djordjevic (à Paris 77-79 puis à Belgrade 94-88).

Ce sont d’ailleurs les joueurs serbes qui ont pris le meilleur départ ce soir en prenant rapidement l’ascendant dans le premier quart (25-22). Privés de Tony Parker, qui fêtait la naissance de son deuxième fils, les Bleus se sont parfois montrés brouillons en attaque. Ils ont surtout pris l’eau en défense, dépassé par la circulation de balle de leurs adversaires. Guidé par ce génie de Milos Teodosic, auteur de 9 points et 4 passes en première période, les Serbes ont exploité les failles de la défense française. Le meneur du CSKA Moscou a notamment enrhumer trois tricolores sur un reverse avant de finir près du cercle. Quelques secondes plus tard, il plantait une banderille à trois-points afin d’offrir 12 points d’avance à son équipe (39-27). Alternant scoring et passe décisive, à l’image d’un caviar pour Miroslav Raduljica après une bonne combinaison sur pick-and-roll, Teodosic a été l’homme fort des 20 premières minutes.

Les Bleus se sont maintenus au contact grâce à l’activité de Rudy Gobert en attaque. Le pivot du Utah Jazz a été à la finition de plusieurs actions. Un tear drop suivi d’un lancer-franc de Thomas Heurtel ont permis à l’EDF de revenir à deux petits points de leurs adversaires. Mais la Serbie a repris l’écart à chaque fois qu’elle a accéléré le rythme en attaque et c’est donc logiquement qu’elle a rejoint les vestiaires avec un avantage de six points au compteur.

La domination totale des Serbes

Alors qu’une réaction des joueurs de Vincent Collet était attendue, ce sont encore leurs opposants qui on marqué l’entame du troisième quart de leur empreinte. Ils ont fait remonter l’écart à 15 points en à peine plus de trois minutes à la faveur d’un 11-2. Avec Milos Teodosic à la création et un garçon comme Nikola Jokic, dominateur à l’intérieur, à la finition, les finalistes de la Coupe du Monde 2014 ont mis les Bleus en difficultés, obligeant le coach français à prendre un nouveau temps mort.

L’écart est à peine descendu malgré les multiples tirs derrière l’arc de Thomas Heurtel et de Nando De Colo par deux fois chacun. La faute a une défense trop approximative, trop attentiste et pas assez appliquée dans ses rotations. A ces approximations se sont ajoutées les ballons perdus, une lacune de l’EDF depuis plusieurs années. C’est avec un nouveau matelas confortable que Bogdan Bodganovic et les siens ont débuté le quatrième quart temps (82-68).

Insolent d’adresse, les Serbes ont compté jusqu’à 19 points d’avance avant de légèrement baisser le pied… puis d’en remettre une dernière couche face à des Français déjà sortis du match mentalement.

L’équipe de France a été dominée dans tous les compartiments du jeu et elle est apparue bien fatiguée après son long périple de Pau jusqu’à Cordoba. Les Bleus auront désormais deux matches – contre la Croatie et l’Argentine – pour se rassurer avant le coup d’envoi officiel des Jeux Olympiques dans huit jours.

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.