L’anti-récap : Moscou se promène, Bilbao y croit encore, le Pana hésitant…

Le meilleur de la semaine Euroleague en bref…

Les 10 choses à regarder :

Les 10 choses à retenir :

1. Sienne tombe, comme pas mal d’autres équipes, sur un Bilbao coriace, qui a joué sa chance jusqu’au bout. Après un premier QT d’anthologie (7-8), et une première MT de feu (21-22), on pouvait s’attendre au pire. Au final, un score « Toupanesque » (60-59) et une victoire basque au buzzer. Sienne doit gagner contre Madrid la semaine prochaine, ou au pire garder son +19 du match aller, afin d’éviter le CSKA au tour suivant.

2. Moscou fait du petit bois avec l’équipe grecque, en visite en Russie. 118 d’éval à 51, 13/20 à 3pts –dont un 11/11 d’entrée-, et une tartine à la fin. L’histoire ne dit pas si il y a de la fêta ou du caviar dessus.

3. Le derby turc entre le GS Medical Park et l’Anadolu Efes tourne à l’avantage de l’équipe stambouliote. Pas simple comme ça, hein ? Le parc médical enterre les espoirs du petit poney brasseur, et continue à croire à une qualif pour les quarts. L’EFES prend cher.

4. Le Pana continue son parcours en dents de scie, et tombe à Milan. Ça ne change absolument rien au parcours des deux équipes, puisque les Grecs continuent leur route, et que, de leur côté, les Italiens n’ont jamais vraiment commencé la leur. Aleks Maric continue de hanter le vestiaire.

5. Les parcours de Bilbao et Cantù devraient inspirer un peu les équipes françaises. Plutôt que de chercher à sortir de l’Euroleague, autant regarder le parcours de ces deux clubs, pas forcément les plus argentés. Cantù va bien, mais échoue d’un rien contre le Barça. C’est le printemps, Jean-Charles Navarre monte en régime. L’histoire ne dit pas si ses 8 fautes provoquées sont la conséquence de 8 séquences de flopping.

6. Malaga s’est présenté en victime expiatoire à la maison blanche –rien à voir avec Washington, ni avec une boite de nuit de Vaux-sur-Mer-. Passablement remontés depuis leur défaite face à Sienne, les joueurs de Pablo Laso n’ont pas fait de détail. Pour changer, Mirotic termine encore avec la meilleure éval (20, avec 18 pts, 10 rbds). Jorge Garbajosa nous rappelle ces grands pachydermes qui s’écartent du troupeau pour mourir doucement, comme Théo Papaloukas. Une page se tourne.

7. Aleksandar Trifunovic vit sans doutes ses dernières heures a) à Kaunas b) en Euroleague c) En Euroleague, avec Kaunas. Chosissez la bonne réponse. Zalgiris échoue d’un rien face au Maccabi Carmen (Electra). MadVlad Romanov ne devrait pas tarder à donner à l’Europe une leçon de management sportif. Kaunas avait pourtant le match en mains. Soubresaut de Théo Papaloukas (24 minutes, 7 pts), qui bouge encore.

8. On ne sait pas si c’est le climat turc, mais Lynn Greer s’est salement énervé (43 d’éval) face au Fener. Il était donc véner au Fener. De là à savoir si c’est pire ou moins grave que Rost, qui était lui vénere comme Lucifer, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas. Malgré la défaite, Kazan est toujours en course. Incroyable Ulker.

9. Quelqu’un pourrait nous expliquer, à l’occasion, pourquoi la LNB ne prend toujours pas en compte les fautes provoquées, dans son calcul de l’éval, contrairement à la Roligue ? Peut-être encore une des raisons motivant la volonté sécessionniste d’Alain Béral aka Jean-Michel Réformes

10. Si on en reste là, les quarts ça donne : Moscou-Bilbao, Sienne-GS, Pana-Maccabi, Barça-Kazan. Moscou, le Pana, le Barça et le Maccabi sont actuellement surs d’être qualifiés. L’affiche de la semaine prochaine reste Sienne-Madrid, avec comme enjeu pour le Real de se qualifier, et pour Sienne d’éviter Moscou en gardant la première place.

Les chiffres :

  • Pas un joueur de Sienne au dessus de 9 d’éval.
  • Le MVPire : Sarunas Jasikevicius, -7 d’éval, 13 minutes de bonheur et 4 balles perdues.
  • Le MVP : Lynn Greer, 43 d’éval, 33 pts, 6 rbds, 6 pds, 11 fautes provoquées. Ah non, pardon, c’est Omar Cook

  • Le cinq de la semaine : C’est encore une fois un cinq qui ressemble à l’ALBA Berlin, époque Pesic. Pas de poste 5, et de la mobilité : Greer (Kazan, 43), Cook (Milan, 22), Bogdanovic (Ulker, 20), Banic (Bilbao, 20), Mirotic (Real, 20)
Comments
Un peu de LNB, un peu d'Euroleague, beaucoup de bonheur...

Commentaires (6)

  1. AND11

    "Peut-être encore une des raisons motivant la volonté sécessionniste d’Alain Béral aka Jean-Michel Réformes"

    Ouvre les yeux Personne. Arrête de vivre dans le mythe de Limoges des années 90.

    Regarde ce que raconte le grand Pierre Seillant aujourd'hui même :

    "L’Elan Béarnais reste la dernière équipe française à s’être qualifiée pour le top 16 de l’Euroligue (en 2007). Qu’est-ce que cela vous inspire ?

    Il y a vingt ans, quinze ans même, on pouvait encore rivaliser avec les meilleurs clubs européens. Nos meilleurs joueurs ne partaient pas en NBA, nous avions accès à un meilleur marché de joueurs américains… A Pau, nous avons parfois fonctionné avec un budget équivalent à 8,5 millions d’euros. Aujourd’hui, nos budgets n’ont cessé de reculer, les meilleurs clubs étrangers ont des sponsors que nous n’avons pas, nos salles sont petites. Quant à la télé, elle paye quatre millions d’euros pour le basket. Le rugby en touche trente et le foot trois cents millions (Ndlr : 600 millions, en réalité). Quant à L’Euroligue, elle se dirige vers un système totalement fermé au sein duquel nous n’aurons bientôt plus notre place. Je me battais contre ça lorsque j’étais au « board » de l’Euroligue."

    (http://www.estrepublicain.fr/sport/2012/02/24/j-aime-ce-que-font-l-asvel-et-gravelines)

    Bon sinon les équipes du groupe du Sluc se font plaisir dans ce top 16 !