L’ASVEL et le PL relèvent la tête, la SIG se balade

Les résumés de la huitième journée de Pro A, marquée par les victoires de l’ASVEL et du PL, à Boulogne et à Bourg.

ali-traore-strasbourg-ec14-photo-strasbourg-dorian-braultStrasbourg IG-Cholet : 77-63

Les matchs de la SIG se suivent et se ressemblent, la victime du soir est le Cholet Basket. Comme au Mans la semaine dernière, le début du match a été une blitzkrieg (12-2 après 2 minutes de jeu). Les joueurs de Vincent Collet ont ensuite contrôlé cette rencontre, jusqu’à prendre 21 points d’avance à 7 minutes de la fin (68-47), sur un panier d’Ali Traoré (22 points et 7 rebonds). Les arrières de CB muets, seul Zachery Peacock s’est mis en évidence (15 points et 5 rebonds).

Boulogne sur Mer-ASVEL : 90-99

Comme bien souvent cette saison, la défense boulonnaise a rapidement pris l’eau (33 points marqués par l’ASVEL sur le premier quart temps). Une nouvelle fois bien emmenés par Stephen Brun (18 points et 5 rebonds), les joueurs du SOMB se sont toutefois accrochés à une dizaine de points de l’ASVEL tout au long de la rencontre. Mais, malgré l’excellent match de Kenny Boynton (23 points à 4/8 à 3 points), le SOMB n’a jamais pu recoller. A noter que les pistoleros green Edwin Jackson (30 points) et David Lighty (19 points) se sont mis en évidence.

Bourg en Bresse-Paris Levallois : 76-84

La rencontre de la peur a finalement tourné au profit du Paris-Levallois. Après un premier quart temps raté (24-14 pour Bourg), les troupes franciliennes se sont réveillées, notamment Sharrod Ford (24 points et 13 rebonds). Le PL a alors dominé le match jusqu’à un money time tendu, où Philippe Braud (21 points, 5/10 à 3 points) a ramené la JL à 2 longueurs (76-78) à une minute du terme. Sauf que Ford, puis Mike Green (11 points et 8 passes) n’ont pas tremblé sur la ligne des lancers francs. Pour son premier match avec le PL, Dionte Christmas a également assuré : 12 points en 15 minutes. De bonne augure pour la suite…

Crédit Photo : Dorian Brault

Tags : , ,
Comments
Plongeur avec Rudy Fernandez et coiffeur de Simone Pianigiani. Aussi solide que Lior Eliyahu dans un Final Four. Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.