Laurent Sciarra :  » Peut-être que c’est moi le problème »

Après la nouvelle défaite du SPO Rouen, Laurent Sciarra n’a pas hésité à prendre ses responsabilités.

sciarraLourdement battu par Saint-Quentin lors de cette onzième journée, le SPO Rouen n’occupe actuellement que la seizième place (sur dix-huit équipes). Un classement peu glorieux pour un groupe qui a, ou avait, l’ambition de jouer les playoffs. Après le faux-pas picard, Laurent Sciarra était donc en colère, poussant un coup de gueule dont il a le secret mais en assumant ses responsabilités.

« Il y’a des pros qui sont léthargiques, peureux qui refusent d’assumer leurs responsabilités. Je dis les Pros dans la globalité. A un moment donné je préfère envoyer les jeunes. Ils vont peut-être faire des conneries mais ils vont vite se mettre dans le rouge. Mais on est à notre place au classement. Quand on n’est pas capable de défendre certaines valeurs, de jouer dur, quand tu rates tout le temps des choses faciles…On est sanctionné, ça n’est pas plus compliqué que ça. C’est comme la météo c’est de pire en pire. Là il y’a quand même état d’urgence. Il faut être capable de se regarder en face et de se dire qu’il y’a état d’urgence. J’évite d’y penser mais ça me fait pensez à Vichy. Mais là je n’ai pas d’excuses car ces mecs-là c’est moi qui les ai fait venir. Et c’est surtout ça qui me chagrine. Je vais essayer de rester calme. Je maintiendrais le cap et s’il faut jouer avec des jeunes, s’il faut jouer à six ou sept et que je noies Maxime Courby qui est l’un des seuls à surnager je le noierais. Vous les médias n’épargnez personne, moi en premier. Car je le répète cette équipe c’est moi qui l’ai faite à 100%. Je tiens bien à le préciser. Moi j’assume ma responsabilité jusqu’au bout. Là ça n’est plus une question d’envie de confiance. On est peut-être à la limite. Playoffs ? Là ça n’est plus playoffs. On est plutôt à sauver le club. Cette équipe-là je vais la défendre car je l’ai construite. Peut-être que c’est moi le problème. Peut-être que certains ont besoin d’entendre autre chose. Je vais peut-être devoir que je me mette la vraie réalité en face. Tu joues ta survie tu encaisses 48 points la première mi-temps ça n’est pas sérieux. On en revient toujours à la même chose : la vérité c’est celle du terrain ».

 

Crédit photo : FX Rougeot

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.