LDC Finale Pro A : Strasbourg enfin récompensé

Au terme d’un match indécis jusqu’au bout, Strasbourg remporte la Leaders Cup en battant Le Mans 60 à 58.

Victime du syndrome Poulidor lors de ses deux dernières finales, Strasbourg avait envie de mettre un terme à cette incapacité à gagner sur la dernière marche. Mais pour ça il fallait d’abord mettre à terre le MSB. Avec courage et abnégation, Le Mans a éliminé Nanterre (après trois prolongations) puis Nancy.

Mais très vite le MSB a su que la tâche ne serait pas facile. A la 2e puis à la 12e minute, Rodrigue Beaubois et Antoine Eito ont été légèrement touchés respectivement au genou et à la cheville. Bien dans leur basket, la SIG a, elle, déroulé faisant parler son avantage physique. Antoine Diot et Bangaly Fofana ont enfoncé Le Mans avec un mélange d’adresse et de présence au rebond. Sans un bon Shy Ely (8 points sur la première mi-temps), les Sarthois auraient même pu perdre très vite pied (31-24 à la mi-temps).

Au retour des vestiaires, Charles Kahudi a passé la surmultiplié. Attaque, défense…l’ailier manceau a été partout relançant son équipe en provoquant des fautes et en transformant ses lancers. Seulement tous les efforts fournis sur les deux derniers matchs ont commencé par peser beaucoup trop lourdement sur les organismes. Face à un effectif aussi complet que la SIG cela ne pouvait pas passer surtout quand la défense est aussi étouffante. Les rotations que sont Paul Lacombe, Axel Toupane ou Bangaly Fofana ont ainsi parfaitement contribué à la fête en profitant de la dynamique collective. Mais à l’entrée du quatrième quart-temps, la SIG s’est fait une petite frayeur avec la série d’Antoine Eito qui a su bien dynamiser le jeu manceau (52-42 à la 34e). Le meneur manceau a même réussi à provoquer une faute anti-sportive à Antoine Diot à la 36e après un échange musclé entre les deux joueurs. Un trois points de Daniel Ewing a alors totalement relancé le match (54-49 à la 37e). Mais au terme d’un final très haletant où Antoine Eito a eu la balle de la prolongation (avec peut-être une faute sur son tir de la part de Jérémy Leloup),  la SIG n’a pas tremblé et remporte enfin une finale après les deux échecs en playoffs (en 2013 face à Nanterre et 2014 face au Limoges CSP).

Les stats

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.