Le Barça marche sur le Pana, Fenerbahçe sur la brèche

Tous les résultats de la soirée de Top 16 Euroleague du vendredi.

juan-carlos-navarro-fc-barcelona-eb13

Il n’y a pas eu match au Palau Blaugrana. Deux bons crans au-dessus du Pana, le FC Barcelone est allé chercher sa douzième victoire en autant de rencontres de Top 16. Un record.

Monstrueux depuis de longues semaines, Ante Tomic (11 pts, 9 rbds, 22 d’éval) n’a fait qu’une bouchée de Stéphane Lasme (9 pts, 2 rbds, 2 ctrs) et des autres intérieurs greens, alors que Juanca Navarro (8 pts) ou Alex Abrines (15 pts) ont évolué à leur aise aux bordures extérieures. Limite brillant par instant en dépit de ses trop nombreuses tentatives de shoot primé (10/31…), le club catalan confirme un peu plus sa place d’ogre du Groupe E et laisse la formation athénienne à ses devoirs.

Une semaine après s’être relancé face à Fenerbahçe, le Panathinaikos d’Alvertis a vécu un calvaire en deuxième et troisième quart-temps, ne laissant même pas entrevoir un semblant de révolte ou de dureté défensive. De quoi faire sourire Pedoulakis. En course pour le troisième-quatrième place, la Green Team se devra absolument de l’emporter à domicile face à Unicaja Malaga jeudi prochain, au risque de se mettre en très grande difficulté avec d’aller défier l’Olympiacos.

Zoc mis dehors par Arteaga en 2009.

Zoc mis dehors par Arteaga en 2009.

Une course à la qualification à laquelle le Fenerbahçe Ulker est toujours mêlé même si sa défaite du soir contre Milan, pourtant qualifié sans jouer depuis hier, fait quelque peu tâche. Avec à peine deux passes décisives à la pause mais seulement 10 unités de retard, la formation stambouliote a longtemps sauvé les apparences avant de toucher le fond suite à l’expulsion de Zeljko Obradovic. Ulcéré par l’arbitrage et mis dehors par Arteaga, qui l’avait, pour la petite histoire, déjà exclu lors du Final Four berlinois de 2009, le tacticien serbe a au moins eu le mérite de réveiller ses troupes.

Plus en rythme voire tout simplement plus déterminé, le Fener a profité de la révolte de Bojan Bogdanovic (24 pts) Bo McCalebb (17 pts) pour faire trembler la squad ritale en revenant à 7 petits points à l’entrée du money time, après avoir accusé 20 pions de retard dans le troisième quart-temps.

Reste que, grâce à un très bon David Moss (15 pts) et à l’orgueil d’Alessandro Gentile (13 pts), l’Olimpia Milano est tout de même sorti vainqueur de l’affrontement, sécurisant ainsi sa deuxième place du groupe.

Enfin, plus tôt dans la journée, à Krasnodar, le Lokomotiv Kuban s’est fort logiquement défait des jeunes loups du Partizan. En évoluant à sa guise, ne se contentant d’hausser le rythme en défense que par séquence, la bande à Derrick Brown (18 pts, 5 rbds, 7 pds) et Valeriy Likhodey (15 pts) répond là à la victoire du Galatasaray acquise hier en terre lituanienne. Toujours privé de Tarence Kinsey, le Partizan Belgrade a profité du gros retour du rouquin Davis Bertans (20 pts) et de l’adresse de Sasha Pavlovic (13 pts, 4 pds) pour sauver les meubles en fin de partie. Présent sur le parquet pendant cinq minutes, Boris Dallo n’a pas pesé (1 pd). Joffrey Lauvergne (8 & 7) s’est lui contenté de faire le job. Dobre.

Les résultats

Lokomotiv Kuban  84 – 73  Partizan Belgrade

Fenerbahçe  73 – 82  Olimpia Milano

FC Barcelone  84 – 62  Panathinaikos

Tags : , , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.