Le Barça s’impose dans l’OAKA, Galatasaray confirme, le Partizan chute encore

Tous les résultats de la soirée de Top 16 Euroleague.

« Keeeuwa ? Diamantidis n’est pas un scoreur ?!? »

La victoire de la soirée va quant à elle au FC Barcelone, venu prendre le meilleur sur le Panathinaikos dans une OAKA pleine à craquer.

Auteur d’un début de match canon dans le sillage d’un Marcelinho Huertas incisif et adroit à longue distance (17 pts à 7/8), le Barça poursuit son parcours sans faute qui le mène tout droit vers l’obtention de l’avantage du parquet pour les quarts de finale. Avec un Kostas Papanikolaou (14 pts) retrouvé face à son grand « pote » Jonas Maciulis (11 pts, 5 rbds, 4 pds) et une défense resserrée, la formation coachée par Xavi Pascual n’a longtemps laissé que des miettes aux Greens, avant de faire le dos rond après la pause.

Malgré les jambes retrouvées de Dimitris Diamantidis (13 pts, 5 bps) et l’envie de Stéphane Lasme (13 pts, 8 rbds), le Pana subit ainsi son deuxième revers du Top 16, le premier son « vrai » domicile dans cette édition de l’Euroleague. Trop souvent sans adresse et en manque de solutions face au bloc adverse, la Green Team n’était clairement pas dans un bon soir. Tout comme les commentateurs beIN Sport. « Jonas Macilius », « Stéphane Laam », « Loukas Mavroke… »… Ça pique. Et en plus, aujourd’hui, la belle Mary Patrux ne s’est même pas pointée.

D’ailleurs, ceux pour qui ça pique, ce sont les joueurs du Zalgiris Kaunas. Cinq sorties, cinq défaites. En dépit du très gros match de Martynas Pocius (26 pts) et Robertas Javtokas (21 pts, 9 rbds), les Lituaniens ont subi la loi de Galatasaray et de ses fidèles UltrAslan. Toujours en verve dans le système dicté par Ergin Ataman, Carlos Arroyo a aligné les gros chiffres (22 pts à 8/13, 9 pds), bien secondé par le pistolero Zoran Erceg (12 pts, 8 rbds) et ce bon Ender Arslan (12 pions). Après avoir aligné trois défaites en entame de Top 16, Galatasaray profite de son calendrier pour se replacer en milieu de tableau. Avec le CSKA, Kuban, le Maccabi Tel Aviv, le Real Madrid ou encore un déplacement chez le Partizan dans les prochaines semaines, les choses s’annoncent tout de même plus compliquées.

Le bon air frais de Belgrade et de la Kombank Arena, le Lokomotiv Kuban, lui, aime ça. Tombeur de l’Etoile rouge dans l’arène serbe au premier tour, les Russes ont cette fois disposé du Partizan. Kruno Simon (18 pts) a confirmé ses dernières bonnes dispositions tandis que Derrick Brown (10 pts, 6 rbds) et Likhodey (15 pts) ont fait le métier. Brulantissime, Tarence Kinsey (32 pts) n’a de son côté pas suffi pour les idoles des Grobari. Joffrey Lauvergne s’est lui contenté de sortir une fiche de stats correcte (10 pts, 6 rbds) alors que Bogdan Bogdanovic, de retour sur le parquet après s’être fait tirer les oreilles par Dule Vujosevic ce weekend, s’est bien démené (16 pts, 5 pds).

Pays basque enfin où l’effet bœuf de la fin de l’année 2013 s’est envolée en même temps que Milko Bjelica (15 pts, 4 rbds), aujourd’hui sous les couleurs des adversaires de l’Anadolu Efes. Magistral en début de partie, Thomas Heurtel (13 pts, 4 pds) a peu à peu baissé de rythme et laissé les Stambouliotes prendre le jeu à leur compte, avec le consentement de ses partenaires. Autre tricolore du match, Fabien Causeur n’a pas pesé sur les débats (3 pts en 23 min). Côté Turcs, Jamon Lucas Gordon (12 pts), très bon des deux côtés du parquet, a fait le job en compagnie de Zozo Planinic (12 pts, 4 pds) et de l’ancienne très fine gâchette de Bilbao, Kostas Vasileiadis (15 pts). L’Efes va-t-il mieux ? L’Efes profite-t-il de la gentillesse de ses opposants ? Peu importe, les victoires sont là.

Les résultats :

Panathinaikos  56 – 63  FC Barcelone

Galatasaray   90 – 83  Zalgiris Kaunas

Laboral Kutxa  66 – 72  Anadolu Efes

Partizan  81 – 87  Lokomotiv Kuban

Tags : , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (3)

  1. someone

    Xavier Vaution a vraiment dit de tels propos sur Diamantidis ?
    On voit bien qu'il n'y connait pas grand chose au basket Euroleague. On ne peut pas commenter l'Euroleague si on n'est pas au courant du jeu des grands joueurs actuels.