Le BCM en mode champion

Très solide, le BCM s’est logiquement imposé sur les terres du Paris-Levallois (86-75).

Dans une ambiance de feu, et après le coup d’envoi donné par Stéphane MBia, le match est parti sur les chapeaux de roue mais avec un manque de finition des deux côtés. Il faut dire que le BCM pâtit de la bonne défense du PL. Il aura ainsi fallu attendre 2min20 pour voir un joueur gravelino-dunkerquois, Ludovic Vaty en l’occurence, scorer. Le Maritime domine d’ailleurs Jonathan Aka dans la raquette et se positionne comme la seule solution offensive de son équipe. Cependant les deux équipes étant en relative panne de réussite, la rencontre a du mal à s’emballer. La rentrée d’Edwards libère des espaces à l’extérieur mais Andrew Albicy n’arrive pas à les convertir pour le moment. Mais Johnson, sur son sport favori (le tir primé) ne faiblit pas et remet les deux équipes à égalité à 1min30 de la fin (13-13). Le début d’une partie de ping-pong où les deux équipes se rendent pour coup au point qu’elles n’ont pu se départager au bout des dix premières minutes (18-18).

A la reprise, le PL a d’abord du mal à attaquer la défense de zone du BCM. Mais, dans un bon soir, Giovan Oniangue trouve la mire à trois points. Sur contre-attaque aussi le PL trouve des solutions à l’image du lay-up tout en finesse de Meacham. Mais en face il y’a clients. Notamment Yannick Bokolo de retour de blessure et qui effectue donc son retour à la compétition. S’il manque encore de ryrhme, le combo fait le taf en défense sur Chatfield. Et inscrira ses premiers points après le travail d’Albicy qui l’aura remarquablement servi à l’extérieur. En face, Aka pallie plus que bien l’abscence d’Hamilton. Généreux dans l’effort, le pivot est un gros plus offensif et remet son équipe sur les rails (30-32 à la 18e).Seulement le duo Johnson/Vaty et l’opportunisme d’Albicy auront sérieusement mis à mal le PL (30-38).

Au retour des vestiaires, les machines ont mis un peu de temps à redémarrer. Un peu plus pour le PL qui encaisse un 6-0 en 40 secondes dont le dernier panier fut un alley-oop d’Akpomedah remarquablement servi par Rudy Jomby. Heureusement Aka est là pour apporter toute sa rage en attaque bientôt imité par Chatfield inspiré à trois points. Voilà une séquence qui relance le PL alors que les Franciliens semblaient marquer le pas. Visiblement énervé, le BCM réplique par un 4-0 tout aussi rapide dans un match en action-réaction hâché par les fautes. Mais après un début relevé, les deux formations connaissent un coup et ratent panier facile sur panier facile. Le PL n’engrange que sur lancer-franc. Alors quand en face ça plante à trois points comme avec Juby Johnson, difficile d’espérer faire son retard même si le « jeune » duo Ada Sane/Malela Mutuale justifie la confiance accordée. En multipliant les fautes sur Albicy, les Franciliens donnent le baton pour se faire puisque l’ex joueur maison fait preuve de matrise sur la ligne des lancers-francs (4/4) juste avant le money-time (49-61).

Alors que Yannick Bokolo s’échauffe seul sur le côté, ses partenaires font preuve de rigueur même si cela ne paye pas au scoring. Mais comme le PL n’en profite pas, cela est sans conséquence. Progressivement, sans véritablement forcer leur talent, les Gravelino-dunkerquois plante pour creuser l’écart à quatorze points à la 33e (51-65). Et si par « malheur » un Chatfield plante au tir primé, la politesse lui est vite rendue avec un Juby Johnson plutôt adroit sur ce secteur. Parfois critiqué pour son jeu, le BCM montre sur ce match qu’il a tout les atouts d’un champion tant le groupe paraît solide avec des joueurs qui se trouvent les yeux fermés.  Et malgré un ultime de Jawad Williams , le PL ne pouvait que s’incliner face à un BCM décidément très fort sur cette fin de saison régulière.

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.