Le BCM n’a pas de pression

Le BCM aborde en toute sérénité le Final Four de l’Eurochallenge.

La Turquie terre d’exploit ? Le BCM espère certainement une réponse positive. Mais avant de pouvoir faire mieux que Chalon, finaliste malheureux l’an dernier contre le Besiktas d’Istanbul, il faudra passer l’obstacle russe de Samara. En effet, la formation de l’entraineur Vasiliy Karasev possède le statut de favori. Dans ses rangs figurent ainsi l’arrière Chester Simmons (ex Milan) qui tourne à une belle moyenne de 15,4 points et 3,9 rebonds par match. Au tour précédent, c’est avec autorité que l’équipe russe est venue à bout du Telekom Baskets (80-60 puis 95-85). Mais comme l’a rappellé Christophe Denis, coach du PL, sur le site de l’Eurochallenge, le BCM, lui non plus, ne manque pas d’atouts. « Le BCM a une grosse équipe avec onze joueurs prêts à jouer […] Ils sont aussi très bon défensivement […] Si Gravelines bat Samara, ils gagneront l’Eurochallenge« .

Mais le BCM, qui en championnat a sécurisé la première place de la saison régulière et ce pour la deuxième fois de rang, reste serein à l’approche de l’évênement. « Le 30 avril 1988, on gagnait le match d’accession en Pro A. Ça fera 25 ans, dimanche….. Ce serait génial. On sait qu’il nous faudra un exploit contre les Russes. Mais on n’a pas de pression, je sens les joueurs décontractés » déclare Hervé Beddeleem, directeur éxécutif du BCM, dans les colonnes de La Voix du Nord. Un signe ? Réponse demain à partir de 16h30.

Tags :
Comments

Commentaires (4)

  1. Gouh' Gueule

    Décontractés ?!! Ben justement, ils le sont un peu trop ces derniers temps. Il leur faut toujours une mi-temps pour se réveiller et devenir agressifs. Contre Samara, s'ils commencent le match comme à l’accoutumée, ça va être la boucherie.

    Sortez les crocs les gars et tout de suite!

    Allez le BCM !

  2. BCMers

    Il n'y a pas de pression à avoir parce qu'on n'est pas favori. Et les joueurs sont d'autant moins sous pression que la 1ère place de la SR est verrouillée (merci A.J.Slaughter), ils peuvent se concentrer à 100% sur ce match. Même si la ProA et l'Eurochallenge sont 2compétitions différentes, ça peut jouer.

    Si l'équipe élève son niveau de jeu comme à la Leaders Cup (au format semblable à celui de ce F4 d'Eurochallenge, une compétition sur 2-3jours…), avec plus de constance, et défend pendant 40minutes (avec des prises à deux parfois, parce que les ricains de Samara en 1vs1 c'est même pas la peine de tenter…)., on peut y croire.

    Sinon, c'est un beau triplé en perspective pour le basket russe : Kuban en Eurocup, et peut-être le CSKA et Samara en EL et Eurochallenge.