Barcelone, Madrid et le CSKA favoris de l’Euroleague pour Vassilis Spanoulis

L’arrière grec pense que l’Olympiacos demeure un outsider à l’échelle européenne.

Vainqueur à la surprise générale de l’Euroleague en mai dernier, l’Olympiacos a conservé tous ses joueurs majeurs cet été. Si Dusan Ivkovic s’en est allé, les dirigeants du Pirée ont remplacé le légendaire coach serbe par Georgios Bartzokas et solidifié leur effectif en s’attachant les services de Dimitrios Mavroeidis et surtout de Stratos Perperoglou. Pour nos confrères d’Eurohoops, Vassilis Spanoulis, grand artisan des récents succès de la formation hellène, s’est penché sur les nouvelles échéances qui se présentent face aux siens.

« Peu importe ce qui est arrivé l’an passée, nous sommes toujours une équipe jeune », a déclaré l’arrière de 30 ans.

« Nous aimons jouer ensemble, nous voulons gagner, mais comme nous l’avons dit l’an dernier, notre but premier sera de prendre du plaisir dans ce que nous faisons et d’avoir un esprit positif. Nous étions des challengers du début jusqu’à la fin de la saison. Maintenant, nous sommes champions et tout le monde aura un surplus de motivation contre nous, mais nous n’avons aucune raison de changer notre mentalité.»

Pourtant, malgré le titre et l’arrivée de nouveaux joueurs de talents, l’ancien Rocket de Houston ne considère pas son équipe comme faisant partie des favoris de l’Euroleague.

« On a vu l’an passé que ce n’était que de la théorie, alors que l’histoire s’écrit sur le parquet. Mais si je devais dire quels sont les candidats au titre, alors le CSKA Moscou et les deux équipes espagnoles, Barcelone et le Real Madrid, ont de bonnes chances (NDLR : de l’emporter). »

Pourtant très dépensières sur le marché des transferts, Anadolu Efes et Fenerbahçe Ulker ne font donc pas partie des favoris de Spanoulis. Pour le natif de Larissa, la raison est simple : c’est deux équipes ont trop changé leur effectif pour connaitre leur niveau réel.

« Je n’ai pas mentionné l’Efes et le Fener parce que je veux les voir jouer avant d’avoir une opinion. Ils ont changé de coaches et maintenant elles ont du monde sur le banc. Ils ont fait de gros transferts, ils ont de gros noms mais il y a des questions sur l’alchimie de leur équipe et sur leur capacité à être au top au bon moment de la saison. »

Simone Pianigiani, le nouveau coach de Fenerbahçe, en sait quelque chose. Montepaschi Siena, son ancienne équipe, rayonnante lors des deux premiers tours de l’Euroleague, s’était faite au sortir au pire des moments par l’Olympiacos Le Pirée la saison passée.

Tags : ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (1)

  1. MATW

    Spanoulis cite 3 favoris pour le final four avec comme ambition à peine voilée de compléter ce trio en 2013 avec l'Olympiacos