Le derby du 92 pour la JSF Nanterre

Au terme d’une rencontre disputée, la JSF Nanterre obtient une précieuse victoire face au PL (83-77 ) et peut donc encore croire aux PO.

Dans une ambiance de folie, le PL a de suite montré qu’il était présent avec un panier dans la raquette d’Eric Chatfield, laisser seul. La JSF, elle, a du mal à rentrer dans son match et manque de réussite notamment au tir primé. Mamoutou Diarra ne ménage pas ses efforts dans son mano-à mano avec Noel mais c’est Will Daniels qui ouvre le compteur de la JSF au bout de 2min40 de jeu. Cependant, la JSF gâche encore trop d’occasions de tir pour rattraper son retard. Alors que le PL, notamment Lamont Hamilton (5 pts en 5 min) pillonent leur défense de l’autre côté du terrain. Et avec un petit problème de faute, difficile d’amorcer une remontée pour le moment… Mais avec davantage de rythme et un Will Daniels performant sous le cercle, la JSF se relance et sème un léger doute chez les joueurs du PL. Et Marc Judith enfonce le clou en claquant un dunk monstrueux à une main. Insuffisant toutefois pour virer en tête au bout des dix premières minutes (14-19).

 

La réussite n’a pas quitté la JSF à la reprise puisqu’ils démarrent par un tir primé de Xavier Corosine. En défense, les hommes de Pascal Donnadieu mettent aussi plus d’agressivité comme Garrett sur Chatfield plutôt bien maitrisé jusque là.Quant à Marc Judith, dans le genre panier artistique, mériterait un premier prix tant ses shoots sont peu académiques mais pas inefficaces loin de là. A l’intérieur, la rentrée de Covile fait du bien notamment pour « gérer » Hamilton, principal danger offensif du PL. Mais le « plus » de la JSF dans cette deuxième période se nomme Marc Judith, hyper-adroit au shoot, dans un registre qui n’est pas le sien. Pour autant le PL reste dans le match mais n’arrive pas à rentrer ses tirs. Une défaillance qui se paye chère mais qui ne les empêche toutefois pas de mener à la pause (32-33).

 

Au retour des vestiaires, les deux équipes repartent sur les chapeaux de roue. Mais avec la réussite pour le PL autant adroit au tir primé que dans la peinture. La JSF, moins précise sur les phases offensives, arrive à rester au contact grâce à l’apport de Daniels (6 pts en 3min) au scoring. Dans son duel avec Jawad Williams, le Nanterrien est nettement dominant. Mais un seul joueur ne fait pas une équipe et la diversité offensive du PL, avec Hamilton, Noel et Meacham, fait la différence. Il faudra tout l’expérience d’un Mam’ Diarra, par deux fois à 3 pts en mouvement, pour réveiller l’équipe. C’est ce moment que « choisi » Ryvon Covile pour faire sa quatrième faute ce qui pourrait couter cher à la JSF tant Brun prend cher avec Hamilton en défense. Seulement avec un tir primé de Corosine et deux lancers-francs de Diante Garrett, la JSF pourra attaquer le money-time avec un petit plus (55-54).

 

Enorme de réussite (57% au tir en 30min), Will Daniels attaque le dernier quart avec un shoot extérieur. A ses côtés, Corosine fait preuve lui aussi de précision en attaque. Un scénario qui ressemble, pour le moment, furrieusement à ce que la JSF avait montré face à Orléans la semaine dernière. Car lorsque ce Nanterre là prend feu, il faudrait un mur en béton armé pour les arrêter. Mais le PL ne lâche rien et peut compter sur la vista d’un Chatfield pour ne pas prendre un trop gros éclat car les shooteurs de Nanterre sont de sortis à l’image d’un Stephen Brun plus en réussite dans ce quart-temps (4 pts en 6 min) ou de Xavier Corosine adroit au tir primé sa spécialité. Même en déséquilibre, ses tentatives rentrent et donnent de l’air à son équipe. Mais le PL est toujours dans le match et n’accuse que trois points de retard avant la dernière minute. A domicile poussé par leur public, la JSF aura finalement su trouver les ressources supplémentaires pour remporter le derby et continuer à croire encore en une qualification pour les play-offs (83-77).

Tags : , ,
Comments

Commentaires (1)

  1. LiilOush

    Magnifique corosine !!!